Theresa Révay

L'autre rive du Bosphore

1919, La Turquie panse ses plaies. Alliée de l'Allemagne vaincue, elle doit allégeance aux nations victorieuses. Choc des civilisations, espionnages, rivalités amoureuses, destins en proie à la désillusion face à un monde qui change. L'autre rive du Bosphore » le nouveau roman de Theresa Révay. Une grande fresque historique dans la lignée de ses précédents succès traduits en une dizaine de langues « La louve blanche », « Tous les rêves du monde » ou « Dernier été à Mayfair ». « L'autre rive du Bosphore », l'heure des choix entre un monde qui meurt et une nouvelle ère incertaine. « L'autre rive du Bosphore » de Theresa Révay aux éditions Belfond. Theresa Révay est sur WTC.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Après des études littéraires à la Sorbonne et la traduction de plusieurs ouvrages allemands et anglo-saxons, Theresa Révay a choisi d'écrire à son tour. Après deux romans contemporains, « L'ombre d'une femme » en 1988 et « L'Ouragane » en 1990, c'est finalement vers le roman historique qu'elle se tourne et avec succès. S'inspirant notamment d'Henri Troyat, l'un de ses auteurs fétiches, Theresa Révay est devenue en quelques années une spécialiste de la grande fresque historique, ou quand la petite histoire des destins...La vie ne danse qu'un instant de Theresa Révay - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Theresa Révay. Merci de nous recevoir. Votre actualité chez Belfond « L'autre rive du Bosphore ». C'est votre nouveau titre. Le premier c'était en 1988, « L'ombre d'une femme » à la Table ronde. Lorsque vous regardez en arrière, votre parcours littéraire, comment l'analysez-vous ? Est-ce qu'il y a une évolution ?Theresa Révay :Il y a une évolution puisque j'avais commencé à écrire des romans contemporains – j'en ai écrit deux – et j'étais pas à l'aise dans notre époque, il faut...La vie ne danse qu'un instant de Theresa Révay - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :Dans ce nouveau titre Theresa Révay, « L'autre rive du Bosphore », vous nous entraînez dans une période et une contrée qui est assez peu explorée par les romanciers. Nous sommes dans la Turquie de l'immédiate après-guerre, à la fin du premier conflit mondial, lorsque les vainqueurs vont essayer de se partager le gâteau et que le nationalisme turc va surgir. Qu'est ce qui vous a donné envie de placer votre nouvelle intrigue à Istanbul en 1919 ?Theresa Révay :J'avais envie de parler de la chute de l'Empire...La vie ne danse qu'un instant de Theresa Révay - Le livre - Suite