Marianne Maury Kaufmann

Marianne Maury Kaufmann

Varsovie-Les Lilas

Présentation 02'16"

C’est par l’illustration de presse que nous avions fait connaissance avec Marianne Maury-Kaufmann et ce personnage de Gloria que l’on retrouve toujours chaque semaine dans le magazine Version Femina. Mais depuis plusieurs années maintenant, Marianne Maury Kaufmann laisse libre cours à sa plume. Il y eut un recueil de nouvelles « Pas de chichis » et un premier roman en 2013 « Dédé, enfant de salaud ». A travers ces deux précédents titres, Marianne Maury Kaufmann avait déjà laissé entrevoir une sensibilité bien différente de son travail d’illustratrice et une appétence pour la geste littéraire. Elle confirme avec ce nouveau roman « Varsovie – Les Lilas ». Voici Francine, une petite dame de 80 ans, transparente, dont les journées se résument à arpenter Paris par le bus de la ligne 96 qui relie Montparnasse à la Porte des Lilas. Francine ressemble à ces personnes âgées dont la vie semble figée, dont l’avenir semble s’arrêter à la journée du lendemain. Et pourtant, Francine aurait des choses à dire, elle aurait envie d’extérioriser tout ce mal-être qu’elle trimballe depuis des années, cet héritage familial entamé en Pologne en 1939. Mais dans la famille de Francine, on a toujours fait comprendre qu’il fallait se taire, ne rien dire des drames et des blessures. Car après tout, le silence, c’est comme l’acide, ça vient à bout de tout. Et Francine a fait de même, elle s’est tue. Mais aujourd’hui, elle étouffe, elle a besoin de dire qui elle est. Mais à qui ? Dans ces personnes croisées dans le bus 96, trouvera-t-elle l’oreille attentive, le regard bienveillant ? Et en se révélant enfin, Francine parviendra-t-elle à renouer le fil de l’amour maternel, ce lien qu’elle n’a jamais su tisser avec sa propre fille. Voilà un roman d’une grande finesse, d’une grande sensibilité qui nous parle de la vieillesse, des drames de la vie que l’on cherche à cacher et qui nous reviennent en boomerang, de l’incompréhension qui peut naître dans les familles, de la difficulté de se dire les choses, que ce soit merde ou je t’aime. Un coup de cœur pour le nouveau roman de Marianne Maury-Kaufmann, « Varsovie – Les Lilas » aux éditions Héloïse d’Ormesson.

À la une :  - Varsovie-Les Lilas
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • C’est par l’illustration de presse que nous avions fait connaissance avec Marianne Maury-Kaufmann et ce personnage de Gloria que l’on retrouve toujours chaque semaine dans le magazine Version Femina. Mais depuis plusieurs années maintenant, Marianne Maury Kaufmann laisse libre cours à sa plume. Il y eut un recueil de nouvelles « Pas de chichis » et un premier roman en 2013 « Dédé, enfant de salaud ». A travers ces deux précédents titres, Marianne Maury Kaufmann avait déjà laissé entrevoir une sensibilité bien...Varsovie-Les Lilas de - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Marianne Maury-Kaufmann. Marianne Maury-Kaufmann : Bonjour Philippe. Philippe Chauveau : Votre actualité, « Varsovie - Les Lilas », chez Héloïse d'Ormesson. On se connait, nous nous sommes déjà rencontrés plusieurs fois, ici-même, sur ce plateau, pour évoquer votre parcours : celui d'illustratrice, de romancière et de novelliste. Pourquoi le roman prend-il de plus en plus de place dans votre parcours ? Marianne Maury-Kaufmann : C'est l'écriture qui prend toute la place. Je ne sais pas si...Varsovie-Les Lilas de - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Avec ce titre « Varsovie - Les Lilas » et cette jolie couverture, Marianne Maury-Kaufmann, nous allons faire connaissance avec une femme, une femme perdue au milieu de la foule de la grande ville, une femme perdue au milieu de Paris, elle s'appelle Francine. On va la retrouver dans un bus, ce bus 96 qui va de Montparnasse à la porte des Lilas. Qui est-elle Francine ? D'où vient-elle ? En quoi est-ce un personnage qui compte pour vous ? Marianne Maury Kaufmann : Pour moi, dans ce livre, la personne que je...Varsovie-Les Lilas de - Livre - Suite