Laurent Joffrin

Laurent Joffrin

Le cadavre du Palais-Royal

Présentation 00'03'24"

Attention, grande nouvelle pour les amateurs de polars historiques, Nicolas le Floch est de retour. Imaginé dès 2000 par le romancier Jean-François Parot, décédé en 2018, Nicolas le Floch fit aussi les beaux soirs de France Télévision avec la série éponyme.

Jean-François Parot avait fait vivre quatorze aventures à son héros, commissaire au Châtelet. De 1761 à 1787, le fringant policier breton, sous les ordres du ministre Sartine, allait vite devenir indispensable à Louis XV puis Louis XVI pour faire respecter la justice royale. La force de cette saga historico policière était de proposer des intrigues bien ficelées avec un héros récurrent attachant malgré ses paradoxes, le tout dans un décor historique parfaitement reconstitué avec une écriture plaisante, élégante, très littéraire.

La disparition prématurée de Jean-François Parot laissait Nicolas le Floch orphelin et les lecteurs inconsolables.

Mais les ayants droits du romancier ont donné leur accord et l’intrépide Le Floch revient sur le devant de la scène. C’est à Laurent Joffrin que revient le privilège de prendre le flambeau et le pari réussi !

Laurent Joffrin, on le connait bien sûr en tant que journaliste, polémiste, chroniqueur. Directeur de rédaction à Libération puis au Nouvel Observateur, il intervient régulièrement sur des sujets politiques et sociétaux. Engagé politiquement, il a créé son propre mouvement social-démocrate en 2020.

Mais Laurent Joffrin est aussi écrivain. On lui doit bien sûr de nombreux essais sur la vie politique française mais aussi une belle biographie de Noor Inayat Khan dans « La princesse oubliée » en 2002. Il est aussi romancier, racontant la jeunesse de 1968 dans « C’était nous », paru en 2004. Laurent Joffrin ne cache pas son goût pour l’Histoire. Il le prouve en publiant « Le roman de l’Histoire de France, de Vercingétorix à Mirabeau » ou encore « Les batailles de Napoléon ». Cet intérêt se manifeste aussi dans sa série romanesque « Donatien Lachance, espion de Napoléon » que Laurent Joffrin inaugure en 2010 avec « L’énigme de la rue St Nicaise ». Entre le Consulat et les premières années de l’Empire, déjouant intrigues et complots mettant en scène les plus hauts personnages de l’Etat, Donatien Lachance est depuis revenu régulièrement en librairie et a encore sans doute d’autres aventures à partager.

Ainsi donc, c’est tout naturellement, et presque comme une évidence que Laurent Joffrin a repris le personnage de Nicolas Le Floch, s’inspirant du style Parot tout en apportant sa touche personnelle. Avec cette nouvelle aventure, nous sommes à l’automne 1789, dans les premiers mois de la Révolution. Le peuple de Paris a pris la Bastille et le commissaire du Châtelet doit enquêter sur un cadavre dont il ne sait rien si ce n’est qu’il fait suite à l’enlèvement d’un couple au Palais-Royal. Bien vite, ce qui aurait pu n’être qu’un crime crapuleux se révèle être une affaire d’état. Mais qui est derrière. Le duc d’Orléans, qui manigance depuis des années contre son cousin le roi ou bien Monsieur, le propre frère de Louis XVI ? Nicolas le Floch a du pain sur la planche d’autant que la menace gronde, que le monde change et que les propres certitudes de le Floch, jusque là fidèle à la Couronne, commencent à vaciller.

Régalez vous avec ce nouvel opus des aventures de Nicolas Le Floch. Les amateurs des aventures de Nicolas Le Floch apprécieront et ceux qui ne le connaissent pas encore seront séduits.

« Le cadavre du Palais-Royal » de Laurent Joffrin est publié chez Buchet-Chastel.

  • PRÉSENTATION
  • Attention, grande nouvelle pour les amateurs de polars historiques, Nicolas le Floch est de retour. Imaginé dès 2000 par le romancier Jean-François Parot, décédé en 2018, Nicolas le Floch fit aussi les beaux soirs de France Télévision avec la série éponyme. Jean-François Parot avait fait vivre quatorze aventures à son héros, commissaire au Châtelet. De 1761 à 1787, le fringant policier breton, sous les ordres du ministre Sartine, allait vite devenir indispensable à Louis XV puis Louis XVI pour faire respecter la justice...Le cadavre du Palais-Royal de Laurent Joffrin - Présentation - Suite