Christine Orban

Christine Orban

Le pays de l'absence

Portrait 3'00
Philippe Chauveau (Webtvculture)
Bonjour Christine Orban

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Bonjour

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Merci de nous avoir donné rendez-vous, ici, dans votre quartier, nous sommes au coeur de Saint-Germain-des-Prés, dans ce bel établissement qui est l'Hôtel Bel-Ami. Un nouveau roman, le 19ème, Le pays de l'absence, aux éditions Albin Michel. Lorsque vous vous retournez sur votre parcours, si tant est que vous le fassiez d'ailleurs, lorsque l'on pense au premier roman en 1986, Les petites filles ne meurent jamais puis ce 19ème titre. Ca vous donne le vertige, c'est une satisfaction ? Comment percevez-vous tout ce chemin parcouru ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Une satisfaction, c'est pas tellement un mot qui me convient. En tout cas, il y a une construction, il y a de la suite dans les idées entre le premier et là, c'est le 19ème roman. Oui, je me dis en tout cas, c'était important de me laisser écrire, parce que mes parents étaient contre, et je me dis « j'ai fait le bon choix ».

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Est-ce que l'écriture vous a aidée à vous construire, à avancer dans votre vie ? Sans l'écriture, vous seriez où finalement ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Je serais sûrement en perdition sans l'écriture. C'est vraiment ma double vie, c'est ma vie à part entière, je ne peux pas être que dans la réalité, sans un pied dans l'imagination. Dans le roman, on peut tout recréer, construire, j'ai besoin de cette part de rêve. C'est la liberté, et aussi celle de revivre, pour essayer de comprendre et après, mieux vivre la vie.

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Vous m'avez confié que l'un de vos premiers chocs littéraires, c'était Rebecca de Daphné du Maurier. Il y a d'autres auteurs, qu'ils soient contemporains ou classiques, des titres qui vous accompagnent aujourd'hui, que vous aimez retrouver régulièrement ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Oui, il y en a tellement, je vis avec Virginia Woolf, Freud, qui sont toujours là. Sinon il y a la littérature, j'ai lu, il y a très longtemps le Livre de ma mère d'Albert Cohen, j'ai du le lire quand j'avais 20 ans, il m'avait absolument bouleversé, je ne l'ai plus jamais relu. Je me souviens je l'avais lu d'une traite en une nuit, il y a de si jolies choses écrites sur la mère, finalement c'est intimidant, on n'ose pas se jeter. Je me suis jetée avec beaucoup d'inconscience.

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Dans un an, dans cinq ans, dans dix ans ou plus tard. Quel est le livre que vous auriez envie d'écrire ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Le livre idéal, ça serait peut-être sur les destinées, sur les choix d'une vie, et comment une vie peut totalement changer à cause du hasard. C'est terrifiant de se dire qu'on peut sortir, croiser quelqu'un qui va absolument changer toute votre vie ; et vous pouvez vous attarder deux minutes de plus sur un café, et vous n'allez pas la rencontrer et votre vie sera tout à fait différente

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Merci beaucoup Christine Orban, votre nouveau titre c'est le 19ème roman, Le pays de l'absence aux éditions Albin Michel.
Philippe Chauveau (Webtvculture)
Bonjour Christine Orban

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Bonjour

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Merci de nous avoir donné rendez-vous, ici, dans votre quartier, nous sommes au coeur de Saint-Germain-des-Prés, dans ce bel établissement qui est l'Hôtel Bel-Ami. Un nouveau roman, le 19ème, Le pays de l'absence, aux éditions Albin Michel. Lorsque vous vous retournez sur votre parcours, si tant est que vous le fassiez d'ailleurs, lorsque l'on pense au premier roman en 1986, Les petites filles ne meurent jamais puis ce 19ème titre. Ca vous donne le vertige, c'est une satisfaction ? Comment percevez-vous tout ce chemin parcouru ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Une satisfaction, c'est pas tellement un mot qui me convient. En tout cas, il y a une construction, il y a de la suite dans les idées entre le premier et là, c'est le 19ème roman. Oui, je me dis en tout cas, c'était important de me laisser écrire, parce que mes parents étaient contre, et je me dis « j'ai fait le bon choix ».

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Est-ce que l'écriture vous a aidée à vous construire, à avancer dans votre vie ? Sans l'écriture, vous seriez où finalement ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Je serais sûrement en perdition sans l'écriture. C'est vraiment ma double vie, c'est ma vie à part entière, je ne peux pas être que dans la réalité, sans un pied dans l'imagination. Dans le roman, on peut tout recréer, construire, j'ai besoin de cette part de rêve. C'est la liberté, et aussi celle de revivre, pour essayer de comprendre et après, mieux vivre la vie.

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Vous m'avez confié que l'un de vos premiers chocs littéraires, c'était Rebecca de Daphné du Maurier. Il y a d'autres auteurs, qu'ils soient contemporains ou classiques, des titres qui vous accompagnent aujourd'hui, que vous aimez retrouver régulièrement ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Oui, il y en a tellement, je vis avec Virginia Woolf, Freud, qui sont toujours là. Sinon il y a la littérature, j'ai lu, il y a très longtemps le Livre de ma mère d'Albert Cohen, j'ai du le lire quand j'avais 20 ans, il m'avait absolument bouleversé, je ne l'ai plus jamais relu. Je me souviens je l'avais lu d'une traite en une nuit, il y a de si jolies choses écrites sur la mère, finalement c'est intimidant, on n'ose pas se jeter. Je me suis jetée avec beaucoup d'inconscience.

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Dans un an, dans cinq ans, dans dix ans ou plus tard. Quel est le livre que vous auriez envie d'écrire ?

Christine Orban (Le pays de l'absence)
Le livre idéal, ça serait peut-être sur les destinées, sur les choix d'une vie, et comment une vie peut totalement changer à cause du hasard. C'est terrifiant de se dire qu'on peut sortir, croiser quelqu'un qui va absolument changer toute votre vie ; et vous pouvez vous attarder deux minutes de plus sur un café, et vous n'allez pas la rencontrer et votre vie sera tout à fait différente

Philippe Chauveau (Webtvculture)
Merci beaucoup Christine Orban, votre nouveau titre c'est le 19ème roman, Le pays de l'absence aux éditions Albin Michel.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Christine Orban le reconnaît elle-même, la mélancolie est une composante forte de sa personnalité. Son enfance au Maroc, à Casablanca, avec des parents quelque peu fuyants, lui a laissé une indicible fêlure au cœur qu'elle exprime en filigrane dans plusieurs de ses romans. Derrière son élégance et sa courtoisie, se cache une femme réservée, pudique, presque timide qui a pourtant su imposer ses choix, lorsqu'elle décida de vivre de l’écriture, au grand dam de son père qui la rêvait notaire. En 1986, sous le nom de...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Webtvculture) Bonjour Christine Orban Christine Orban (Le pays de l'absence) Bonjour Philippe Chauveau (Webtvculture) Merci de nous avoir donné rendez-vous, ici, dans votre quartier, nous sommes au coeur de Saint-Germain-des-Prés, dans ce bel établissement qui est l'Hôtel Bel-Ami. Un nouveau roman, le 19ème, Le pays de l'absence, aux éditions Albin Michel. Lorsque vous vous retournez sur votre parcours, si tant est que vous le fassiez d'ailleurs, lorsque l'on pense au premier roman en 1986, Les petites filles ne...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Webtvculture) Christine Orban, votre nouveau titre chez Albin Michel, c'est le 19ème livre déjà, Le pays de l'absence. C'est un roman, mais dans lequel vous êtes forcément très présente, puisqu'il s'agit de la relation entre une mère et sa fille. Une maman qui est atteinte de la maladie d'Alzheimer, c'est ce que vous vivez au quotidien, ce livre s'est imposé à vous dans votre parcours, dans votre vie ? Christine Orban (Le pays de l'absence) Oui, il s'est imposé à moi ce livre. J'étais au milieu...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Le livre - Suite
    L'amandier 9, bld Richard Wallace 92800 Puteaux Tél : 01-47-42-62-25 www.librairielamandier.com librairielamandier@orange.fr Julie Bacques C’est un très beau témoignage d’une fille à sa mère. C’est effectivement un bouquin sur la maladie d’Alzheimer, mais je pense que c’est un prétexte à une relation entre cette fille et sa mère, qui n’a jamais vraiment été une mère pour elle. Le sentiment que j’en retire, c’est une grande tendresse, et une grande détresse de Christine, qui nous raconte ça. Ce n’est pas...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - L'avis du libraire - Suite