Sophie Chauveau

Sophie Chauveau

Noces de charbon

L'avis du libraire 1'15

Elle a une particularité qui rend vraiment le récit très vif, de l'ordre de la chronique, c'est qu'elle écrit au présent. Dans les théories narratives, on parle du présent historique.
Donc c'est très vif, ça va très vite, on est tout le temps impliqué, on est avec les personnages en permanence. Ca donne une vivacité de ton, il y a peu de dialogues, peu de description. Vraiment l'ordre de la chronique. On avance avec les personnages.
C'est un livre qui pourra contenter les amateurs de fresques, il y a du souffle romanesque, mais aussi les amateurs de style. Un style très précis, très travaillé et qui est très appréciable.
Si j'avais à qualifier le style, ou l'esprit d'un livre comme celui de Sophie Chauveau, ce serait vivacité, courage, ténacité.

Elle a une particularité qui rend vraiment le récit très vif, de l'ordre de la chronique, c'est qu'elle écrit au présent. Dans les théories narratives, on parle du présent historique.
Donc c'est très vif, ça va très vite, on est tout le temps impliqué, on est avec les personnages en permanence. Ca donne une vivacité de ton, il y a peu de dialogues, peu de description. Vraiment l'ordre de la chronique. On avance avec les personnages.
C'est un livre qui pourra contenter les amateurs de fresques, il y a du souffle romanesque, mais aussi les amateurs de style. Un style très précis, très travaillé et qui est très appréciable.
Si j'avais à qualifier le style, ou l'esprit d'un livre comme celui de Sophie Chauveau, ce serait vivacité, courage, ténacité.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Après avoir été comédienne, Sophie Chauveau a choisi l'écriture. Tout en écrivant pur le théâtre, elle s'est lancée dans le roman avec « Débandade » en 1982, « Mémoires d'Hélène » en 1988 ou « Les belles menteuses » en 92, des romans qui donnaient la part belle à des personnages féminins puissants. Entre 2004 et 2007, c'est avec des biographies romancées de grands génies de la peinture italienne que Sophie Chauveau se fait connaître du grand public. « La passion Lippi », « Le rêve Botticelli » et...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Sophie Chauveau.Sophie Chauveau :Bonjour Philippe Chauveau.Philippe Chauveau :J'ai grand plaisir à vous accueillir. On commence à se connaître un peu puisque nous nous étions vu pour « Diderot », pour « Fragonard », mais je rappelle quand même que nous ne sommes pas de la même famille. Que les choses soient claires.Sophie Chauveau :Oui, il est important de le rappeler.Philippe Chauveau :Mais je le regrette. La famille, il en est fortement question dans votre dernier titre « Noces de charbon »...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :Cette actualité Sophie Chauveau, c'est ce nouveau roman chez Gallimard avec cette belle couverture à laquelle vous avez collaboré « Noces de charbon ». On va planter le décors. Vous parlez dans cet ouvrage du Nord. Avec deux familles de milieux complètement opposées. Et puis nous allons remonter le fil de l'histoire. On va démarrer à la fin du 19e siècle et aller jusqu'à 68. C'est toute l'histoire de France qu'on va retrouver, avec ces deux mondes que tout oppose et qui vont se téléscoper.Sophie Chauveau...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Le livre - Suite
    Elle a une particularité qui rend vraiment le récit très vif, de l'ordre de la chronique, c'est qu'elle écrit au présent. Dans les théories narratives, on parle du présent historique. Donc c'est très vif, ça va très vite, on est tout le temps impliqué, on est avec les personnages en permanence. Ca donne une vivacité de ton, il y a peu de dialogues, peu de description. Vraiment l'ordre de la chronique. On avance avec les personnages.C'est un livre qui pourra contenter les amateurs de fresques, il y a du souffle romanesque, mais...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - L'avis du libraire - Suite