Christine Orban

L'auteur :

Élevée au Maroc, à Casablanca, Christine Orban comprend très vite que l'écriture sera sa vie. Devenue clerc de notaire après des études de droit comme le souhaitait son père, la jeune femme se sent néanmoins irrésistiblement attirée par la littérature et publie son premier roman en 1986, Les Petites filles ne meurent jamais, sous le nom de Christine Rheims.

Suivront notamment L'âme soeur, J'étais l'origine du monde, Fringues et Mélancolie du dimanche. Mariée avec l'éditeur Olivier Orban, l'éternelle jeune femme respire l'air du large dans sa demeure normande, partage son temps entre ses deux fils, l'écriture, le sport et les brocantes, mais n'en délaisse pas pour autant sa passion pour l'écriture et signe encore Petites phrases pour traverser la vie en cas de tempête... et par beau temps aussi, en 2007, et N'oublie pas d'être heureuse en 2009, largement inspiré de sa propre existence. Reconnaissant elle-même un goût pour la solitude et la mélancolie, elle publie en 2011 Le pays de l'absence, roman dont l'héroïne n'est autre que sa propre mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer.
En 2014, deux cents ans après la mort de l'impératrice, Christine Orban endosse les habits de Joséphine dans une lettre imaginaire adressée à Napoléon.

N'oublie pas d'être heureuse Aux Editions Albin Michel
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Très tôt, Christine Orban a su que l'écriture jouerait un rôle essentiel dans sa vie. En 1986, elle publie son premier roman, « Les petites filles ne meurent jamais ». Dès lors, elle ne cessera d'écrire. De son enfance, à Casablanca, au Maroc Christine Orban a gardé une âme ensoleillée où la nostalgie du temps enfui le dispute à l'insouciance des beaux jours. Si elle ne cache pas son amour pour Paris où elle aime flâner, arpenter les boutiques et les musées, Christine Orban n'a rien de superficiel et derrière son son...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Bonjour Christine Orban. Merci de nous accorder quelques instants ici dans ce beau lieu, dans ce bel hôtel Le Lutetia. "N'oublie pas d'être heureuse" ,votre nouveau roman chez Albin Michel, quand on est une petite fille puis ensuite une adolescente, une jeune fille à Casablanca au Maroc, comment découvre-t-on la littérature française et quelle saveur a-t-elle ? Christine Orban (N'oublie pas d'être heureuse) : En fait, je l'ai découverte grâce à ma mélancolie. J'étais une enfant plutôt...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) Christine Orban « N'oublie pas d'être heureuse » chez Albin Michel c'est votre 17e ouvrage. C'est un joli titre, une jolie histoire, vous pouvez nous résumer brièvement l'histoire de cette jeune fille ? Christine Orban (N'oublie pas d'être heureuse) : Mon éditeur voulait écrire que c'était un roman initiatique... mais je trouvais que c'était un peu pompeux initiatique. Mais en fait ce qui m'intéressait c'était de raconter ce passage de l'enfance à l'âge adulte, quand en plus il est...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Le livre - Suite
    David Ezvan Librairie du Marché Place du marché 14800 Deauville 02 31 88 92 95 Christine Orban est dans une progression littéraire. De livres en livres elle capte de plus en plus de lecteurs, ce qui est très intéressant quand on est libraire parce que les gens viennent chercher son dernier roman. Et c'est aussi très intéressant en tant que lecteur de suivre un auteur, de livres en livres, parce qu'on a l'impression d'en connaître un peu plus sur lui, avec cette particularité pour ce dernier roman, et comme sa narratrice...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - L'avis du libraire - Suite