Olivier Adam

Olivier Adam

Tout peut s'oublier

Présentation 00'02'50"

Depuis son premier roman paru en 2000, « Je vais bien ne t’en fais pas », Olivier Adam a trouvé une place qui lui sied bien dans le paysage littéraire, séduisant un public fidèle qui s’étoffe au fil des ans. Il a surtout su faire le lien entre une écriture exigeante abordant des sujets sociétaux, et un lectorat qui s’attache autant aux intrigues qu’à la qualité de la syntaxe.

« Falaises », « Chanson de la ville silencieuse » ou « Les lisières », autant de titres salués aussi bien par la critique que par les libraires et les lecteurs. Plusieurs des livres d’Olivier Adam ont été adaptés au cinéma, « Les vents contraires » ou « Le cœur régulier » et lui-même est régulièrement sollicité pour l’écriture de projets cinématographiques.

Pour compléter ce portrait, rappelons qu’il écrit aussi pour le jeunesse ou les ados avec par exemple « Ni vu ni connu » ou « La tête sous l’eau ».

Dans ces précédents titres, Olivier Adam a souvent situé ses intrigues dans des lieux qu’il connait bien, la Bretagne et plus particulièrement Dinard et Saint Malo, sur la Côte d’Emeraude mais aussi le Japon où il a effectué de fréquents séjours.

Ces deux univers sont présents dans le nouveau roman d’Olivier Adam, « Tout peut s’oublier » publié chez Flammarion. Nathan dirige un cinéma art & essai dans une petite ville du littoral breton. Après un chagrin d’amour, il a rencontré Jun, une jolie japonaise qui lui a donné un enfant, le petit Léo. Par amour, la jeune femme a quitté son pays pour s’installer dans la Bretagne de Nathan. Mais au fil des ans, la belle histoire s’est émoussée. Et un matin, Jun disparait avec Léo. Nathan retrouve leurs traces au Japon où Jun est retournée, là où la justice ne donne aucun droit aux pères en cas de séparation.

S’inspirant d’histoires que relaient régulièrement la presse, Olivier Adam nous raconte une histoire déchirante, celle d’un père prêt à tous les combats pour retrouver son enfant. Avec beaucoup de sensibilité, de pudeur mais de poésie aussi, il nous parle de cette absence abyssale, celle d’un enfant dont on est sans nouvelles. Et pour aller encore plus loin dans la démarche, on s’attachera aussi à un autre personnage du roman, Lise, dont le fils s’est radicalisé politiquement au cours des évènements qui ont marqué la société française ces dernières années et choisit de couper les ponts avec ses parents.

L’écriture d’Olivier Adam touche, émeut, bouleverse, révolte aussi parfois face à ces destins aux prises avec des situations ubuesques.

Comme une chanson triste, le nouveau roman d’Olivier Adam nous dit aussi que les blessures peuvent se refermer et que la vie continue, malgré tout.

« Tout peut s’oublier » d’Olivier Adam est publié chez Flammarion.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Depuis son premier roman paru en 2000, « Je vais bien ne t’en fais pas », Olivier Adam a trouvé une place qui lui sied bien dans le paysage littéraire, séduisant un public fidèle qui s’étoffe au fil des ans. Il a surtout su faire le lien entre une écriture exigeante abordant des sujets sociétaux, et un lectorat qui s’attache autant aux intrigues qu’à la qualité de la syntaxe. « Falaises », « Chanson de la ville silencieuse » ou « Les lisières », autant de titres salués aussi bien par la critique que par...Tout peut s'oublier d'Olivier Adam - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Olivier Adam.   Olivier Adam : Bonjour.   Philippe Chauveau : Vous êtes dans l'actualité avec ce nouveau livre chez Flammarion, Tout peut s'oublier. On a plaisir à suivre votre parcours depuis déjà pas mal de temps. C'est presque un anniversaire. C'était en 2000 votre premier titre.   Olivier Adam : Lundi 2 janvier 2000.   Philippe Chauveau : Ne dites pas ça avec nostalgie.   Olivier Adam : C'était le premier livre du nouveau millénaire.   Philippe Chauveau : Et puis, très vite, un beau...Tout peut s'oublier d'Olivier Adam - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dès que l'on voit ce nouveau titre, Olivier Adam, Tout peut s'oublier, il y a forcément une chanson de Jacques Brel qui vient à l'esprit. La musique est d'ailleurs très présente dans ce livre. Vous citez pas mal d'artistes qui font partie de notre patrimoine commun. Nous allons faire connaissance avec Nathan. Nathan est Breton. Il vit là bas, sur la côte d'Émeraude. Il tient un cinéma. Il a été en couple avec plusieurs femmes et notamment avec Jun, avec qui il a eu un petit Léo. Jun, il l'a rencontré au...Tout peut s'oublier d'Olivier Adam - Livre - Suite