Emilie de Turckheim

Emilie de Turckheim

Lunch box

Présentation 00'03'16"

Comme elle le dit elle-même, d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, la vie d’Emilie de Turckheim s’est toujours construite dans les livres et les histoires, celles qu’on lui racontait comme celles qu’elle s’inventait.

Parallèlement, les souvenirs de sa petite enfance sont liés à ces quatre années pendant lesquelles sa famille s’était expatriée professionnellement aux Etats-Unis.

De retour en France, ses études de droit, de socio ou de sciences politiques n’ont jamais fait dévier la jeune femme de son objectif premier, elle serait écrivain.

A 24 ans, elle publie « Les amants terrestres » suivi rapidement de « Chute libre », « Le joli mois de mai » ou « Héloïse est chauve ». Autant de titres, certains primés, qui installent durablement Emilie de Turckheim sur l’étagère des auteurs qui comptent.

Son nouveau roman, qui signe son entrée chez Gallimard, confirme tout le bien qu’on pendait déjà d’elle.

Avec « Lunch box », ses souvenirs d’enfance ne sont pas loin. La lunch box, c’est cette petite boite métallique dans laquelle, chaque matin, toute bonne mère de famille américaine prépare le pique-nique de son enfant, y glissant entre deux tranches de pain de mie et un blanc de dinde, tout son amour et sa tendresse.

Nous sommes donc au milieu des années 80, dans une petite ville cossue de la côte est des Etats-Unis, là où sont installées de nombreuses familles françaises, souvent expatriées pour le business. Dans ce petit monde clos, au nom de la légendaire amitié franco-américaine, on se reçoit avec force effusions mais bien souvent les sourires restent de façade et ne traduisent qu’une partie des sentiments. C’est dans ce décor qu’évolue Sarah, une jeune professeur de musique qui, dans l’école bilingue de la petite ville, est la coqueluche des enfants et de leurs parents car, derrière son côté fantasque, elle n’a pas son pareil pour mettre sur pied les spectacles de fin d’année. Sarah a un coup de cœur pour David, à qui elle donne des cours de piano. Mais il est marié à Solène et leur fille, Laëtitia, est aussi l’élève de Sarah. Bref, rien n’est simple. Pourtant, dans ce décor rêvé de l’american way of life, Sarah a envie d’y croire. En attendant, deux fois par semaine, dans son van, elle accompagne six enfants du quartier à l’école, dont la petite Laëtitia. Mais, comme inévitable, le drame arrive, les sourires s’effacent et le quotidien de cette communauté éclate en mille morceaux.

Habilement construit, en deux temps, après et avant le drame, avec un enchainement implacable que je me garderai bien de vous dévoiler, le roman d’Emilie de Turckheim est une réussite, tant sur l’intrigue que sur la qualité de l’écriture, une histoire cruelle et féroce abordant entre autres les thèmes du deuil, du déracinement, de la fatalité et de la culpabilité.

Les personnages se fissurent au fil des pages, se laissant envahir par la mélancolie et le mal de vivre. Et cette Amérique idéalisée devient un enfer inextinguible où le destin tire les ficelles inexorablement.

« Lunch box » d’Emilie de Thurckheim est publié chez Gallimard.

  • PRÉSENTATION
  • Comme elle le dit elle-même, d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, la vie d’Emilie de Turckheim s’est toujours construite dans les livres et les histoires, celles qu’on lui racontait comme celles qu’elle s’inventait. Parallèlement, les souvenirs de sa petite enfance sont liés à ces quatre années pendant lesquelles sa famille s’était expatriée professionnellement aux Etats-Unis. De retour en France, ses études de droit, de socio ou de sciences politiques n’ont jamais fait dévier la jeune femme de son objectif...Lunch box d'Emilie Turckheim (de) - Présentation - Suite