Thibault Bérard

Thibault Bérard

Il est juste que les forts soient frappés

Présentation 00'02'38"

Voilà un livre qui ne vous laissera pas indifférent et va longtemps vous accompagner. Il est signé de Thibault Bérard. Lui-même éditeur depuis plus d’une dizaine d’années chez Sarbacane, il a choisi les éditions de l’Observatoire pour publier ce premier roman, « Il est juste que les forts soient frappés ».

Quel choc que ce livre, quel coup de poing !

Sarah et Théo forment un couple d’aujourd’hui. Parisiens gentiment bobos, après avoir fait un peu les 400 coups, ils ont trouvé dans la vie de couple une nouvelle sérénité, auréolée par la naissance d’un petit Simon. Oui mais voilà que ce bonheur tout simple va voler en éclat quand, au moment de sa seconde maternité, peu de temps avant la naissance de Camille, les médecins détectent à Sarah une tumeur cancéreuse. Sarah va mourir. Et en disant cela, je ne trahis rien de l’intrigue puisque dès le départ, c’est Sarah qui s’adresse au lecteur, de là où elle est après avoir rendu le dernier soupir. Et Sarah de nous raconter son histoire, son aventure puisque, comme elle le dit, « toutes les vies sont des aventures extraordinaires ». L’adolescence tumultueuse, la rencontre avec Theo, Pierrot lunaire un peu rêveur, les copains, la famille, les projets, le monde qui avance entre enthousiasme et révoltes. Et puis le diagnostic, la chambre d’hôpital, les médecins et les infirmières, une page qui se tourne et un autre quotidien à inventer quand il faut continuer à vivre malgré tout.

Ce livre, porté par une écriture ample, belle, littéraire et moderne, est une vraie réussite. Bien sûr, on y parle de la maladie et de la mort, mais on y parle surtout de la vie, du bonheur, de l’amour, de l’amitié, de tous ces petits riens qui sont si importants et nous construisent chaque jour, du sourire d’un enfant à une soirée de fête entre amis en passant par un week-end en amoureux ou des retrouvailles familiales. Dans le combat que Theo et Sarah vont mener ensemble, ce qui compte avant tout, c’est l’urgence de vivre, l’urgence d’aimer, l’urgence d’être heureux. Car pour Theo et Sarah, malgré tout, la vie est belle, en référence au film de Franck Capra qui accompagne leur histoire d’amour.

Choisissant l’écriture romanesque pour raconter sa propre expérience, Thibault Bérard signe un livre beau et bouleversant. Un livre sans mièvrerie ni pathos, avec des mots justes, qui touchent au cœur, où l’humour sait même trouver sa place, où la musique rythme les bons et les mauvais jours. Un livre lumineux qui nous rappelle que les absents, quand on les aime, gardent toujours leur place.

Un vrai coup de cœur en cette rentrée de janvier 2020, le premier roman de Thibault Bérard, « Il est juste que les forts soient frappés » est publié aux éditions de l’Observatoire.

Il est juste que les forts soient frappés L'Observatoire
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Voilà un livre qui ne vous laissera pas indifférent et va longtemps vous accompagner. Il est signé de Thibault Bérard. Lui-même éditeur depuis plus d’une dizaine d’années chez Sarbacane, il a choisi les éditions de l’Observatoire pour publier ce premier roman, « Il est juste que les forts soient frappés ». Quel choc que ce livre, quel coup de poing ! Sarah et Théo forment un couple d’aujourd’hui. Parisiens gentiment bobos, après avoir fait un peu les 400 coups, ils ont trouvé dans la vie de couple une nouvelle...Il est juste que les forts soient frappés de Thibault Bérard - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Tibault Bérard, vous êtes dans l'actualité de ce début d'année 2020 avec votre premier roman, « l est juste que les forces soient frappés ». Mais le livre, vous connaissez bien puisque vous êtes, vous-même, éditeur. Vous travaillez dans une maison d'édition, Sarbacane, pour ne pas la citer. Pourquoi cette appétence, avant d'être auteur vous-même, pour le livre, pour l'écrit, pour la littérature? Thibault Bérard : J'étais un étudiant très littéraire. Je n'étais bon que dans les...Il est juste que les forts soient frappés de Thibault Bérard - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : « Il est juste que les forts soient frappés » est votre premier roman, Thibault Bérard. C'est une histoire qui est un roman, certes, mais vous l'avez laissé entendre, une histoire qui vous touche de près. Nous allons faire connaissance avec Sarah puisque c'est elle qui nous parle. Et très vite, on sait que Sarah n'est plus là. On sait que Sarah est morte, que la maladie l'a emportée. Et puis, elle va nous raconter tout ce qui s'est passé du jour où elle a appris sa maladie jusqu'à son dernier souffle....Il est juste que les forts soient frappés de Thibault Bérard - Livre - Suite