Christine Orban

Christine Orban

Avec le corps qu'elle a...

Présentation 2'10"

Christine Orban aurait pu ne jamais être auteur. Des études de droit dans la perspective d’une carrière d’avocate, pour faire plaisir à son père, telle était la voie toute tracée.

Mais le goût de la littérature était bien ancré en elle. L’envie de s’accomplir, de se prouver à elle-même et aux autres qu’elle en était capable l’incite à écrire et à proposer à un éditeur son premier livre « Les petites filles ne meurent jamais ». Nous sommes en 1986. Depuis, derrière une réserve et une pudeur non feintes que certains considèrent parfois comme de la froideur, Christine Orban promène son élégance naturelle dans l’univers littéraire, entre romans contemporains et portraits historiques, histoires dramatiques ou plus légères, souvent teintées d’un voile de mélancolie.

Le nouveau titre de Christine Orban « Avec le corps qu’elle a… » sonne comme une provocation dans l’actualité de ces derniers mois, dominée par l’affaire Weinstein, du nom de ce producteur américain ayant abusé de nombreuses femmes. Et pourtant, cette histoire, la romancière la porte en elle depuis longtemps et peut-être même n’y est-elle pas complètement étrangère.

Une jeune femme de 20 ans, issue de la bonne société parisienne, a décidé d’écrire, envers et contre tout, car dans ce milieu, une jeune femme n’a pas à prendre la plume. Son premier roman est publié au grand dam de son beau-père qui sent son pouvoir sur elle s’écrouler. Un jour d’été, alors que le livre est à peine sorti, l’homme a cette phrase « Avec le corps qu’elle… » sous-entendu machiste, haineux, qui laisserait entendre que la jeune femme n’a pas été reconnu pour son écriture mais pour son physique.

Comment vivre avec cette phrase violente, prononcée par un proche ? Comment garder confiance en soi et ne pas sombrer ? Comment envisager sa vie de femme quand celui qui devrait être votre premier protecteur vous assène cette insulte sexiste.

Christine Orban nous entraine jusqu’au bord du gouffre dans cette histoire qui devrait être celle des siècles passés et qui reste pourtant très actuelle.

« Avec le corps qu’elle a… » de Christine Orban est publié chez Albin Michel.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Christine Orban aurait pu ne jamais être auteur. Des études de droit dans la perspective d’une carrière d’avocate, pour faire plaisir à son père, telle était la voie toute tracée. Mais le goût de la littérature était bien ancré en elle. L’envie de s’accomplir, de se prouver à elle-même et aux autres qu’elle en était capable l’incite à écrire et à proposer à un éditeur son premier livre « Les petites filles ne meurent jamais ». Nous sommes en 1986. Depuis, derrière une réserve et une pudeur non feintes...Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Christine Orban. Votre nouveau roman « Avec le corps qu’elle a.. » parait chez Albin Michel. Un livre qui prend place dans une bibliographie déjà conséquente. Quel regard portez-vous sur ce parcours ? Christine Orban : Finalement, j’ai fait ce que je voulais, je suis allée là où mon cœur me portait. Je me souviens très bien du moment du choix. Parfois, il m’arrive d’aller dans des écoles ou de conseiller des jeunes et je leur dis : « Vraiment, faites ce que vous aimez dans la...Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dans votre nouveau roman, nous faisons connaissance avec une jeune fille dont on saura le prénom une ou deux fois. Elle a 20 ans et vient de publier son premier roman. Ce qui pourrait être un jour de joie devient un jour de tristesse car il y a cette phrase : « Avec le corps qu’elle a… » prononcée par son beau-père. D’où vient cette histoire ? D’où vient le personnage de Gwendoline ? Christine Orban : Généralement, ce sont les histoires qui me choisissent. Un jour, en me promenant dans la rue,...Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Livre - Suite