Marc Levy

Marc Levy

Le premier jour

Portrait 4'05
Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Bonjour Marc Levy, merci d'être avec nous sur Web Tv Culture.

Marc Levy (Le premier jour): Bonjour, merci à vous.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Votre nouveau roman Le premier jour, c'est chez Robert Laffont. Et si c'était vrai, c'était en 2000, un laps de temps assez court, à peine dix ans, et vous êtes devenu l'un des auteurs les plus lus dans le monde. Quarante et une traductions, dix-sept millions de livres vendus. Quand vous analysez ça, quand vous vous penchez en arrière, vous le vivez comment?

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Et bien écoutez, je ne me penche pas en arrière, je ne l'analyse pas du tout et surtout je n'y prête aucune attention. Ça me rend très heureux quand on me le dit, je me dis « chouette »! Mais d'abord je n'ai pas du tout l'impression qu'on parle de moi en me disant ça. Et puis ça ne fait pas partie du tout de mon quotidien. Et justement, bien au-delà des chiffres, il y a des rencontres avec des lecteurs qui se font dans des séances de signatures, qui se font dans des forums, qui se font au travers des correspondances de mails auxquels je m'efforce de répondre. Tout ça reste à taille vraiment humaine, à échelle humaine.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Est ce que l'écriture pour vous c'est la concrétisation d'un rêve de gosse ?

Marc Levy (Le premier jour): Mon rêve de gosse c'était d'être artisan. Et l'écriture est un artisanat pour moi. Et gosse j'avais une admiration folle pour les artisans. Il y a une façon de vivre sa vie professionnelle qui est celle de l'artisan. Le mot artisan est un des mots qui ne touche le plus et si je n'avais qu'une fraction d'ego dans la vie ça serait celle de pouvoir me dire « J'ai fait mon métier en artisan ». Je ne crois pas une seule seconde qu'être écrivain est plus important qu'être boulanger. Le point commun qu'il peut y avoir entre les métiers c'est l'amour, la passion, l'envie de progresser que l'on a en faisant son métier.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Justement cette passion de l'écriture elle se dégage de vos livres. Est-ce qu'il y a des auteurs qui vous ont peut-être, plus jeune, inspiré ?

Marc Levy (Le premier jour): Ca va de Saint-Exupéry à Jules Verne en passant par Romain Gary, en passant par Stephen King, en passant par Patrick Cauvin dont E=mc2 mon amour m'a réconcilié avec mon adolescence quand j'étais adolescent... A Hemingway, en passant par Victor Hugo qui a été l'auteur classique, avec Dumas, qui ont probablement le plus compté pour moi... La liste est très très longue. Ça serait injuste de ne pas dire Tintin. Tintin a aussi beaucoup compté pour moi, comme d'ailleurs, j'en suis convaincu, pour beaucoup de romanciers contemporains.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Est ce que dans votre écriture vous avez l'impression de donner une part de votre enfance ? Est ce que vous êtes resté un grand enfant ?

Marc Levy (Le premier jour): Je pense qu'on ne se débarrasse jamais de l'enfant qui est en soi. Et heureusement, je pense qu'on perd beaucoup de temps à vouloir tout faire pour ne plus l'entendre. La conversation avec l'enfant que l'on a été c'est quelque chose de très important. Finalement, c'est une vraie question de se dire: « Mais si l'enfant que j'étais rencontrait l'adulte que je suis devenu, est ce qu'ils seraient copains ? »

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): C'est quoi votre leitmotiv ? C'est le plaisir de partager ? Si vous deviez définir votre écriture ?

Marc Levy (Le premier jour): Déjà ça serait de se dire que c'est un métier qu'il faut faire très sérieusement sans jamais se prendre au sérieux. C'est très important parce que l'écriture c'est une liberté immense. Et finalement je m'aperçois que cette liberté énorme qui est offerte à celui qui écrit... l'humilité est la gardienne de cette liberté.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Vous êtes un auteur parfois adoré, parfois détesté par une certaine catégorie de personne, est-ce que vous en souffrez ?

Marc Levy (Le premier jour): Le fait qu'une certaine partie du milieu littéraire ne m'apprécie pas je le respecte, je le comprends et je trouve ça extrêmement sain. Ce qui me rendrait profondément triste c'est si un lecteur me disait: « J'ai lu votre livre et je trouve que vous avez bâclé votre travail », là je me sentirais minable.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Marc Levy, merci beaucoup. Votre nouveau roman Le premier jour, c'est aux éditions Robert Laffont.
Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Bonjour Marc Levy, merci d'être avec nous sur Web Tv Culture.

Marc Levy (Le premier jour): Bonjour, merci à vous.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Votre nouveau roman Le premier jour, c'est chez Robert Laffont. Et si c'était vrai, c'était en 2000, un laps de temps assez court, à peine dix ans, et vous êtes devenu l'un des auteurs les plus lus dans le monde. Quarante et une traductions, dix-sept millions de livres vendus. Quand vous analysez ça, quand vous vous penchez en arrière, vous le vivez comment?

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Et bien écoutez, je ne me penche pas en arrière, je ne l'analyse pas du tout et surtout je n'y prête aucune attention. Ça me rend très heureux quand on me le dit, je me dis « chouette »! Mais d'abord je n'ai pas du tout l'impression qu'on parle de moi en me disant ça. Et puis ça ne fait pas partie du tout de mon quotidien. Et justement, bien au-delà des chiffres, il y a des rencontres avec des lecteurs qui se font dans des séances de signatures, qui se font dans des forums, qui se font au travers des correspondances de mails auxquels je m'efforce de répondre. Tout ça reste à taille vraiment humaine, à échelle humaine.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Est ce que l'écriture pour vous c'est la concrétisation d'un rêve de gosse ?

Marc Levy (Le premier jour): Mon rêve de gosse c'était d'être artisan. Et l'écriture est un artisanat pour moi. Et gosse j'avais une admiration folle pour les artisans. Il y a une façon de vivre sa vie professionnelle qui est celle de l'artisan. Le mot artisan est un des mots qui ne touche le plus et si je n'avais qu'une fraction d'ego dans la vie ça serait celle de pouvoir me dire « J'ai fait mon métier en artisan ». Je ne crois pas une seule seconde qu'être écrivain est plus important qu'être boulanger. Le point commun qu'il peut y avoir entre les métiers c'est l'amour, la passion, l'envie de progresser que l'on a en faisant son métier.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Justement cette passion de l'écriture elle se dégage de vos livres. Est-ce qu'il y a des auteurs qui vous ont peut-être, plus jeune, inspiré ?

Marc Levy (Le premier jour): Ca va de Saint-Exupéry à Jules Verne en passant par Romain Gary, en passant par Stephen King, en passant par Patrick Cauvin dont E=mc2 mon amour m'a réconcilié avec mon adolescence quand j'étais adolescent... A Hemingway, en passant par Victor Hugo qui a été l'auteur classique, avec Dumas, qui ont probablement le plus compté pour moi... La liste est très très longue. Ça serait injuste de ne pas dire Tintin. Tintin a aussi beaucoup compté pour moi, comme d'ailleurs, j'en suis convaincu, pour beaucoup de romanciers contemporains.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Est ce que dans votre écriture vous avez l'impression de donner une part de votre enfance ? Est ce que vous êtes resté un grand enfant ?

Marc Levy (Le premier jour): Je pense qu'on ne se débarrasse jamais de l'enfant qui est en soi. Et heureusement, je pense qu'on perd beaucoup de temps à vouloir tout faire pour ne plus l'entendre. La conversation avec l'enfant que l'on a été c'est quelque chose de très important. Finalement, c'est une vraie question de se dire: « Mais si l'enfant que j'étais rencontrait l'adulte que je suis devenu, est ce qu'ils seraient copains ? »

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): C'est quoi votre leitmotiv ? C'est le plaisir de partager ? Si vous deviez définir votre écriture ?

Marc Levy (Le premier jour): Déjà ça serait de se dire que c'est un métier qu'il faut faire très sérieusement sans jamais se prendre au sérieux. C'est très important parce que l'écriture c'est une liberté immense. Et finalement je m'aperçois que cette liberté énorme qui est offerte à celui qui écrit... l'humilité est la gardienne de cette liberté.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Vous êtes un auteur parfois adoré, parfois détesté par une certaine catégorie de personne, est-ce que vous en souffrez ?

Marc Levy (Le premier jour): Le fait qu'une certaine partie du milieu littéraire ne m'apprécie pas je le respecte, je le comprends et je trouve ça extrêmement sain. Ce qui me rendrait profondément triste c'est si un lecteur me disait: « J'ai lu votre livre et je trouve que vous avez bâclé votre travail », là je me sentirais minable.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Marc Levy, merci beaucoup. Votre nouveau roman Le premier jour, c'est aux éditions Robert Laffont.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • En 1998, Marc Levy écrivait Et si c'était vrai. Son agent, consciente d'avoir une pépite entre les mains vendait les droits à Steven Spielberg. Le livre a été publié deux ans plus tard avec le formidable succès de librairie que l'on sait et sera adapté au cinéma. Dès lors chaque titre de Marc Levy connaitra la même trajectoire. Sept jours pour une éternité, Où es-tu ?, Mes amis, mes amours. En huit ans, près de vingt millions de livres vendus et traduits dans une quarantaine de langues. Dans le monde de l'édition, Marc...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Bonjour Marc Levy, merci d'être avec nous sur Web Tv Culture. Marc Levy (Le premier jour): Bonjour, merci à vous. Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Votre nouveau roman Le premier jour, c'est chez Robert Laffont. Et si c'était vrai, c'était en 2000, un laps de temps assez court, à peine dix ans, et vous êtes devenu l'un des auteurs les plus lus dans le monde. Quarante et une traductions, dix-sept millions de livres vendus. Quand vous analysez ça, quand vous vous penchez en arrière, vous le...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Merci Marc Levy d'être avec nous pour Le premier jour, chez Robert Laffont, c'est votre nouveau roman. Quelle histoire fabuleuse ! Quelle aventure ! Nous partons avec Keira notamment, nous traversons le Chili, nous partons du côté de l'Afrique, nous allons aussi en Grèce. Comment est-elle née cette histoire? Où avez-vous été pêcher toute cette idée ? Marc Levy (Le premier jour): Elle est née d'une envie d'aventure. Elle est née dans la mémoire d'enfant, des lectures de Jules Verne, de...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Le livre - Suite
    Denis LABOREY Librairie « L’œil écoute » 77, Boulevard Montparnasse 75006 Paris 01 45 48 23 20 Marc Levy est un écrivain qui publie depuis une dizaine d'années, il a écrit neuf romans, tous chez Robert Laffont. Il a eu un grand succès dés son premier livre Et si c'était vrai. Cette fois-ci il publie Le premier jour qui est donc centré sur deux personnages : une jeune archéologue et un astrophysicien. Toute l'histoire est centrée aussi sur un objet étrange trouvé en Éthiopie par l'archéologue. Un objet dont on ne...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - L'avis du libraire - Suite