Marc Levy

Marc Levy

Le premier jour

Le livre 4'16
Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Merci Marc Levy d'être avec nous pour Le premier jour, chez Robert Laffont, c'est votre nouveau roman. Quelle histoire fabuleuse ! Quelle aventure ! Nous partons avec Keira notamment, nous traversons le Chili, nous partons du côté de l'Afrique, nous allons aussi en Grèce. Comment est-elle née cette histoire? Où avez-vous été pêcher toute cette idée ?

Marc Levy (Le premier jour): Elle est née d'une envie d'aventure. Elle est née dans la mémoire d'enfant, des lectures de Jules Verne, de Blake et Mortimer, des romans anglo-saxons, d' Out of Africa. A un moment en me mettant au travail, j'ai eu une envie de grands espaces, j'ai eu une envie de rythme, j'ai eu une envie d'aventure, j'ai eu une envie de thriller, j'ai eu une envie d'une histoire en scope, d'un récit de grande aventure. Et je me suis dit : « Mince j'ai envie de rêver, j'ai envie de partager un instant de rêve ». Ca c'est un des premiers axes de naissance de ce livre. Le deuxième axe de naissance je le dois probablement à une professeure d'histoire géographie dont une phrase m'avait vraiment marqué à l'adolescence, où elle nous avait dit : « Pendant très longtemps l'homme a cru que la Terre était plate et il avait peur d'aller vers le large. Et puis un jour bravant sa peur, l'homme quitte la côte et là se produit quelque chose d'extraordinaire : l'homme avance vers l'horizon et c'est l'horizon qui recule devant lui ». J'avais douze ans et j'ai compris ce que notre professeur essayait de nous dire. Elle essayait de nous dire que plus l'homme va vers la connaissance, plus il fait reculer sa peur et plus, ce faisant, il élargit son horizon.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Pour avoir lu vos précédents titres, j'ai l'impression qu'il y a une sorte de virage, parce que là vous le disiez, il y a des grands espaces, il y a beaucoup d'aventure, il y a aussi beaucoup de personnages secondaires qui sont très importants. Vous aviez envie d'offrir quelque chose d'un petit peu différent à vos lecteurs, de les entraîner dans une aventure différente ?

Marc Levy (Le premier jour): J'ai eu envie plusieurs fois dans mes livres de ne jamais rien prendre comme étant un acquis. Je trouve que quand on a la chance incroyable d'avoir des gens qui vous font confiance et donc qui vont aller chercher le livre - comme moi je fais confiance à des auteurs et je vais acheter leurs livres parce que j'aime ces auteurs et j'ai envie de suivre ce qu'ils vont faire ou certains réalisateurs - je trouve qu'une des responsabilité c'est de ce remettre en cause et de ne pas resservir le même récit que celui de l'an dernier en l'ayant un peu maquillé, habillé, retransformé et hop! Donc là, c'est impossible de regarder les peuples de l'Omo, par exemple, qui sont les peuples de cette vallée éthiopienne, sans être subjugué par la beauté de ce qu'ils font, de la façon dont leurs corps sont peints. Quand on met cette beauté en perspective par rapport à ce que nous nous déclarons comme étant beau, ça nous ramène à énormément d'humilité et ça nous ouvre une palette d'émotions qui est extraordinaire. J'ai eu envie d'apporter cette matière dans le roman, de toutes ces rencontres humaines, culturelles qui ont provoqué chez moi des émotions fortes et d'essayer de les faire partager.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Alors Le premier jour, c'est le début de l'aventure, puisque qu'on sait déjà qu'il y a un autre titre qui va suivre. Vous aviez plein d'imagination pour cette histoire et pour ses héros ?

Marc Levy (Le premier jour): Je n'avais absolument pas prévu de faire deux tomes. Ça n'était pas calibré, je ne me suis pas dit : « Tiens chouette, je vais faire deux tomes! ». Je me suis fait avoir, je me suis fait piéger. C'est-à-dire que j'ai commencé à écrire l'histoire, j'ai fait deux ans de recherches, j'ai travaillé comme un dingue, j'ai cohabité avec Keira, avec Adrian, avec Walter, avec Ivory et avec toute cette galerie de personnages. À un moment donné je me suis senti prêt à raconter leur histoire. Quand j'ai tapé le trois centième feuillet et que j'ai regardé la pile de droite, je me suis dit : « J'ai un problème, je n'aurai jamais fini dans deux cents pages ».

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Et bien en attendant le second tome, on va déjà partir pour cette aventure tout à fait exceptionnelle avec vous. Merci Marc Levy, Le premier jour, c'est aux éditions Robert Laffont.

Marc Levy (Le premier jour): C'est moi qui vous remercie.
Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Merci Marc Levy d'être avec nous pour Le premier jour, chez Robert Laffont, c'est votre nouveau roman. Quelle histoire fabuleuse ! Quelle aventure ! Nous partons avec Keira notamment, nous traversons le Chili, nous partons du côté de l'Afrique, nous allons aussi en Grèce. Comment est-elle née cette histoire? Où avez-vous été pêcher toute cette idée ?

Marc Levy (Le premier jour): Elle est née d'une envie d'aventure. Elle est née dans la mémoire d'enfant, des lectures de Jules Verne, de Blake et Mortimer, des romans anglo-saxons, d' Out of Africa. A un moment en me mettant au travail, j'ai eu une envie de grands espaces, j'ai eu une envie de rythme, j'ai eu une envie d'aventure, j'ai eu une envie de thriller, j'ai eu une envie d'une histoire en scope, d'un récit de grande aventure. Et je me suis dit : « Mince j'ai envie de rêver, j'ai envie de partager un instant de rêve ». Ca c'est un des premiers axes de naissance de ce livre. Le deuxième axe de naissance je le dois probablement à une professeure d'histoire géographie dont une phrase m'avait vraiment marqué à l'adolescence, où elle nous avait dit : « Pendant très longtemps l'homme a cru que la Terre était plate et il avait peur d'aller vers le large. Et puis un jour bravant sa peur, l'homme quitte la côte et là se produit quelque chose d'extraordinaire : l'homme avance vers l'horizon et c'est l'horizon qui recule devant lui ». J'avais douze ans et j'ai compris ce que notre professeur essayait de nous dire. Elle essayait de nous dire que plus l'homme va vers la connaissance, plus il fait reculer sa peur et plus, ce faisant, il élargit son horizon.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Pour avoir lu vos précédents titres, j'ai l'impression qu'il y a une sorte de virage, parce que là vous le disiez, il y a des grands espaces, il y a beaucoup d'aventure, il y a aussi beaucoup de personnages secondaires qui sont très importants. Vous aviez envie d'offrir quelque chose d'un petit peu différent à vos lecteurs, de les entraîner dans une aventure différente ?

Marc Levy (Le premier jour): J'ai eu envie plusieurs fois dans mes livres de ne jamais rien prendre comme étant un acquis. Je trouve que quand on a la chance incroyable d'avoir des gens qui vous font confiance et donc qui vont aller chercher le livre - comme moi je fais confiance à des auteurs et je vais acheter leurs livres parce que j'aime ces auteurs et j'ai envie de suivre ce qu'ils vont faire ou certains réalisateurs - je trouve qu'une des responsabilité c'est de ce remettre en cause et de ne pas resservir le même récit que celui de l'an dernier en l'ayant un peu maquillé, habillé, retransformé et hop! Donc là, c'est impossible de regarder les peuples de l'Omo, par exemple, qui sont les peuples de cette vallée éthiopienne, sans être subjugué par la beauté de ce qu'ils font, de la façon dont leurs corps sont peints. Quand on met cette beauté en perspective par rapport à ce que nous nous déclarons comme étant beau, ça nous ramène à énormément d'humilité et ça nous ouvre une palette d'émotions qui est extraordinaire. J'ai eu envie d'apporter cette matière dans le roman, de toutes ces rencontres humaines, culturelles qui ont provoqué chez moi des émotions fortes et d'essayer de les faire partager.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Alors Le premier jour, c'est le début de l'aventure, puisque qu'on sait déjà qu'il y a un autre titre qui va suivre. Vous aviez plein d'imagination pour cette histoire et pour ses héros ?

Marc Levy (Le premier jour): Je n'avais absolument pas prévu de faire deux tomes. Ça n'était pas calibré, je ne me suis pas dit : « Tiens chouette, je vais faire deux tomes! ». Je me suis fait avoir, je me suis fait piéger. C'est-à-dire que j'ai commencé à écrire l'histoire, j'ai fait deux ans de recherches, j'ai travaillé comme un dingue, j'ai cohabité avec Keira, avec Adrian, avec Walter, avec Ivory et avec toute cette galerie de personnages. À un moment donné je me suis senti prêt à raconter leur histoire. Quand j'ai tapé le trois centième feuillet et que j'ai regardé la pile de droite, je me suis dit : « J'ai un problème, je n'aurai jamais fini dans deux cents pages ».

Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Et bien en attendant le second tome, on va déjà partir pour cette aventure tout à fait exceptionnelle avec vous. Merci Marc Levy, Le premier jour, c'est aux éditions Robert Laffont.

Marc Levy (Le premier jour): C'est moi qui vous remercie.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • En 1998, Marc Levy écrivait Et si c'était vrai. Son agent, consciente d'avoir une pépite entre les mains vendait les droits à Steven Spielberg. Le livre a été publié deux ans plus tard avec le formidable succès de librairie que l'on sait et sera adapté au cinéma. Dès lors chaque titre de Marc Levy connaitra la même trajectoire. Sept jours pour une éternité, Où es-tu ?, Mes amis, mes amours. En huit ans, près de vingt millions de livres vendus et traduits dans une quarantaine de langues. Dans le monde de l'édition, Marc...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Bonjour Marc Levy, merci d'être avec nous sur Web Tv Culture. Marc Levy (Le premier jour): Bonjour, merci à vous. Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Votre nouveau roman Le premier jour, c'est chez Robert Laffont. Et si c'était vrai, c'était en 2000, un laps de temps assez court, à peine dix ans, et vous êtes devenu l'un des auteurs les plus lus dans le monde. Quarante et une traductions, dix-sept millions de livres vendus. Quand vous analysez ça, quand vous vous penchez en arrière, vous le...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture): Merci Marc Levy d'être avec nous pour Le premier jour, chez Robert Laffont, c'est votre nouveau roman. Quelle histoire fabuleuse ! Quelle aventure ! Nous partons avec Keira notamment, nous traversons le Chili, nous partons du côté de l'Afrique, nous allons aussi en Grèce. Comment est-elle née cette histoire? Où avez-vous été pêcher toute cette idée ? Marc Levy (Le premier jour): Elle est née d'une envie d'aventure. Elle est née dans la mémoire d'enfant, des lectures de Jules Verne, de...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Le livre - Suite
    Denis LABOREY Librairie « L’œil écoute » 77, Boulevard Montparnasse 75006 Paris 01 45 48 23 20 Marc Levy est un écrivain qui publie depuis une dizaine d'années, il a écrit neuf romans, tous chez Robert Laffont. Il a eu un grand succès dés son premier livre Et si c'était vrai. Cette fois-ci il publie Le premier jour qui est donc centré sur deux personnages : une jeune archéologue et un astrophysicien. Toute l'histoire est centrée aussi sur un objet étrange trouvé en Éthiopie par l'archéologue. Un objet dont on ne...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - L'avis du libraire - Suite