Carène Ponte

Carène Ponte

Embarquements immédiats pour Noël

Portrait 00'07'43"

Philippe
Bonjour Carène Ponte.

Carène Ponte
Bonjour.

Philippe
On va parler de Noël avec vous. Embarquement immédiat pour Noël, c'est votre actualité, c'est aux éditions Fleuve et c'est un livre qui prend part dans une bibliographie qui est déjà conséquente. J'ai l'impression que c'est un rêve éveillé, un rêve de gamine que vous vivez depuis 2016 ? C'est la date de votre premier roman.

Carène Ponte
Exactement. Oui parce que je rêvais de sa petite et je rattrape le retard de 30 ans de mise sous cloche avec douze romans d'un coup.

Philippe
Pourquoi rêviez vous, lorsque vous étiez enfant, d'être écrivaine, romancière ? Pourquoi avez vous envie de raconter des histoires ?

Carène Ponte2
Parce qu'en fait j'étais lectrice d'abord et depuis toujours. Et en fait, oui, ça m'a toujours fasciné. Il n'y a pas d'images quoi il n'y a pas de son, il n'y a rien. Et pourtant, en fait, on fait naître des émotions des fois extrêmement fortes, alors que, on fait qu'appel à l'imaginaire de la personne qui lit quoi, donc voilà.

Philippe
Alors avoir un rêve de gamin, c'est bien, mais la réalité parfois, vient se confronter à nos rêves les plus fous. Ce qui veut dire que finalement, votre vie professionnelle c'est plutôt dans le droit. Vous devenez juriste en droit de la santé. Mais si j'insiste là dessus, c'est parce qu'en parallèle, vous faites aussi un blog pour justement parler des droits de la santé. Et là, on retrouve la patte de la romancière, en tout cas de la femme qui aime écrire avec ce blog.

Carène Ponte
Oui, alors c'est marrant parce que le tout premier livre que j'ai reçu, pour lequel il y avait mon nom dessus, c'est un livre de droit. J'ai écrit des tas de livres juridiques hyper sérieux qui n'ont aucun intérêt évidemment pour les lecteurs. Et ça a été la toute première fois où j'ai tenu un livre que j'avais écrit moi, sur un sujet très sérieux. Et je pense que ça a contribué à déverrouiller, en fait, tout simplement la peur que j'avais, le sentiment d'imposture, d'illégitimité, tout ce qu'on peut avoir, les doutes qui nous gagnent quand on est gamin. Et puis d'abord un livre juridique effectivement, et ensuite un blog où j'ai écrit énormément de choses.

Philippe
C'est à dire que sur ce blog qui était dans votre domaine professionnel, vous aviez aussi envie de créer du contact avec des lecteurs et des lectrices potentiels. Et puis déjà, vous vous laissiez entrevoir ce qui vous nourrissait ?

Carène Ponte
Oui, tout à fait. Ce que j'ai aimé dans le blog, c'était l'instantanéité de la relation. Ça veut dire que j'avais envie de parler de quelque chose. Je prenais mon ordinateur, j'écrivais un billet ça me prenait quinze minutes, je le mettait en ligne et j'avais des réactions tout de suite. Donc ça permettait ça, cette instantanéité, et ça m'a encouragé. Et petit à petit, j'ai raconté plein de choses de ma vie, de mes enfants, des tas de trucs. Et puis c'est parti.

Philippe
Et c'était parti. Alors je continue l'histoire. Après, il y a un concours de nouvelles que vous remportez. Un concours avec Tatiana de Rosnay pour marraine ? Et puis encore un peu plus tard, il y a un éditeur, Michel Lafon, pour ne pas le nommer qui vous remarque. Puis en 2016 Un merci de trop.

Carène Ponte
C'est ça ! Ouais, c'est ça. Le parcours est assez.

Philippe
Ça, s'est bien enchaîné tout ça.

Carène Ponte
Un peu magique en fait. Des fois, moi je me dis je n'ai pas eu à envoyer de manuscrit. Je ne sais même pas encore aujourd'hui si j'aurai le cran de faire ça. Les choses se sont faites assez naturellement. Un merci de trop je l'ai écrit sur le blog sans me rendre compte que j'écrivais un roman et je pense que c'est pour ça que j'ai réussi à le faire. Si je m'étais dit Oulala, tu es en train d'écrire un roman, ça m'aurait totalement bloqué. Comme je l'ai écrit par épisode tous les vendredis pour offrir ça aux lecteurs, je me suis pas rendu compte et en fait le concours de nouvelles a fait qu'ensuite j'ai rencontré des gens et je me suis dit Voilà, t'as peut être un roman et que j'ai auto édité et le parcours est lancé.

Philippe
Et depuis il y a un roman, un voire même deux romans. Vous faites partie de ce que l'on appelle la littérature "feel good", les livres qui font du bien. Vous vous en êtes fier, vous l'assumez complètement ?

Carène Ponte
Oui, je vais finir par être la seule.

Philippe
Ça vous énerve cette étiquette ou pas ?

Carène Ponte
Alors non, ça m'énerve pas parce que ma définition du "feel good" à moi correspond à ce que j'écris donc forcément, ça m'énerve pas. Ce qui m'énerve plutôt, c'est la condescendance et le mépris que certains peuvent avoir sur ce genre littéraire qu'est un genre littéraire qui est ni mieux ni moins bien qu'un autre genre littéraire. C'est un genre littéraire de roman qui parle de la vie de manière optimiste et avec un peu d'humour. En fait, c'est ça pour moi, le "feel good", c'est des thématiques des fois très dures.

Philippe
Oui parce que vous avez abordé le deuil, le harcèlement, les violences faites aux femmes.

Carène Ponte
Le deuil, la maladie, la mort. Exactement. Enfin, c'est des sujets des fois extrêmement lourds, mais avec un parti pris qui est le mien, qui est celui de dire : et bien on peut toujours y mettre de la lumière. On peut toujours y mettre un peu d'optimisme et un peu de légèreté.

Philippe
Et alors l'une de vos particularités aussi, c'est ce lien que vous avez créé avec vos lecteurs et lectrices. J'ai eu l'occasion de vous voir sur des salons. On sent que vous êtes vous êtes attendue et vous ne boude pas votre plaisir lors de l'échange lors de la de la rencontre. D'ailleurs, vous faites souvent des clins d'œil à vos lecteurs dans les romans, il y a les bas de page, il y a des petits jokes comme ça qui apparaissent. Ça vous apporte quoi cette rencontre, cet échange avec le lecteur ?

Carène Ponte
Alors ça m'apporte tellement en fait. Ecrire c'est très solitaire comme activité. On est tout seul face à son ordi et en fait le moment ou on se sent romancier moi, je trouve, c'est le moment où on va à la rencontre de celui qui a lu le roman que vous avez écrit quoi. Donc je me sens à ma place, je me sens romancière, ça m'apporte de la positivité, ça m'apporte de l'énergie, c'est une dose d'amour incroyable, c'est des rires, c'est de l'émotion, c'est tout ça. Et j'adore ça, j'adore franchement ce lien là, qui est un lien hyper bienveillant.

Philippe
Quelle est votre méthode de travail ? Lorsque vous mettez le point final à un roman, savez vous déjà vers quoi vous allez aller pour le suivant ? D'ou vient votre inspiration ? Et avez vous une méthode de travail très drastique sur des horaires, des choses comme ça ? Ou au contraire, êtes vous plutôt dans la légèreté et à attendre que l'inspiration vienne ?

Carène Ponte
Alors je suis pas sur que si je devais attendre que l'inspiration vienne, j'arriverais à écrire deux romans par an. Donc je suis un peu obligée quand même de cadrer un peu tout ça. Maintenant, l'inspiration, elle vient de la vie de tous les jours. Donc en fait, ça, il y a le point de départ qui souvent est presque rien. Et puis après, il y a le travail du romancier et ça, c'est un vrai moment de travail ou il n'y a pas, il faut s'y coller. Et donc moi j'essaye de me fixer des objectifs, alors on est tous très différents. Mais être réguliers, c'est la seule manière, je crois, d'y arriver. Parce que plus on laisse du temps, plus il y a des doutes, plus c'est difficile. Donc écrire tous les jours, c'est la meilleure des solutions.

Philippe
Quel est votre leitmotiv finalement ? C'est vous amuser, c'est apporter du bonheur à vos lecteurs. C'est vous le dites, piochez comme ça des idées, des émotions, du quotidien ? Qu'est ce qui vous motive lorsque vous prenez la plume.

Carène Ponte
Qu'est ce qui me motive ? Je dirais prendre du plaisir. Déjà, moi, parce que j'adore écrire, c'est devenu, c'est toute ma vie. Maintenant, c'est viscéral en fait, j'ai besoin d'écrire, d'inventer ces histoires. Donc il y a déjà ça, prendre du plaisir, moi. Et après voir le lecteur prendre du plaisir. Ça aussi, ça joue. Savoir que les histoires que je peux écrire font rire ou font pleurer. D'ailleurs, je suis plus fier quand ça fait rire.
En fait, me dire qu'il y a des gens qui lisent et dans le bus, dans le métro éclate de rire je suis tellement fier de ça. Donc ça ça m'apporte aussi beaucoup. Je me dis le monde en ce moment est pas hyper génial. On nous parle qu'on va plus d'électricité rien que dans pas longtemps et je me dis si vous voyez l'espace de trois ou 4 h de lecture en fait, je permet à quelqu'un de passer un bon moment, et bien en fait ça, voilà, je suis hyper heureuse de ça.

Philippe
Je vous le confirme en ces temps troublés, vos livres sont des petits bonbons acidulés qui font des parenthèses enchantées. Et votre actualité Carène Ponte c'est ce livre à mettre sous le sapin ! Embarquement immédiat pour Noël, c'est aux éditions Fleuve.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Ecrire était un rêve de gosse pour Carène Ponte. Oui mais voilà, entre les rêves et la réalité, il y a parfois un fossé. C’est ainsi que la jeune femme devient juriste dans le domaine de la santé. Néanmoins, en parallèle aux dossiers qu’elle traite professionnellement, elle crée un blog pour répondre aux questions quotidiennes auxquelles elle est confrontée. Et ces billets trouvent très vite un écho auprès des blogueurs. Encouragée, Carène Ponte se souvient de son rêve d’enfant. Et la voilà qui participe et...Embarquements immédiats pour Noël de Carène Ponte - Présentation - Suite
    PhilippeBonjour Carène Ponte. Carène PonteBonjour. PhilippeOn va parler de Noël avec vous. Embarquement immédiat pour Noël, c'est votre actualité, c'est aux éditions Fleuve et c'est un livre qui prend part dans une bibliographie qui est déjà conséquente. J'ai l'impression que c'est un rêve éveillé, un rêve de gamine que vous vivez depuis 2016 ? C'est la date de votre premier roman. Carène PonteExactement. Oui parce que je rêvais de sa petite et je rattrape le retard de 30 ans de mise sous cloche avec douze romans d'un...Embarquements immédiats pour Noël de Carène Ponte - Portrait - Suite
    Philippe Carène Ponte. Quel plaisir d'être avec vous en cette période de fêtes de fin d'année ! Et surtout, vous avez cette particularité de proposer depuis plusieurs années le roman de Noël. Alors les Anglo-Saxons sont très friands et très habitués à ça. En France, c'était beaucoup plus rare et vous lancez peut être un petit peu la mode. C'est à dire que depuis plusieurs années, il y a un livre signé Carène Ponte qui arrive juste avant les Fêtes. Carène Ponte Exactement. Philippe Qu'est ce qui vous a donné envie de...Embarquements immédiats pour Noël de Carène Ponte - Livre - Suite