Michel Bussi

Michel Bussi

On la trouvait plutôt jolie

Livre 4'24"

Philippe Chauveau : Dans ce nouveau titre Michel Bussi, On la trouvait plutôt jolie, c'est Leylie qui va être l'héroïne, sur un roman très court puisqu'on est sur quatre jours et trois nuits. Vous nous amenez dans le sud de la France à côté de Marseille, le ménage dans des hôtels. Elle a trois enfants, et c'est cette femme que nous allons découvrir, nous allons suivre son histoire. D'où vient-elle? Comment avez-vous construit ce personnage de femme africaine ?

Michel Bussi : Déjà, je voulais rester dans la thématique qui est celle de l'univers de mes romans qui est tout de même les secrets de familles. L'idée qu'une mère de famille protège un secret dont on se doute qu'il tourne autour des pères de ses enfants... Les enfants connaissent une partie du secret, des hommes gravitent autour de Leylie, elle raconte sa vie à ces hommes. Tout ça est assez proche de mon univers, du thriller domestique, dans un domaine privé et des non-dits provoquent des catastrophes et des choses assez mystérieuses.

Philippe Chauveau : Il y a le plaisir de lecture, il y a cette intrigue, cela se passe sur une période assez courte, c'est très dense. Il y a quand même cette thématique des migrants, vous parlez de ces associations caritatives dont on ne sait pas toujours tout, finalement le lecteur est amené à se poser des questions. En tant que romancier, c'était important que le lecteur ait sa réflexion sur des sujets d'actualité, des sujets importants de société ?

Michel Bussi : Quand je me suis mis à écrire, je ne me suis pas dit « je vais écrire sur les migrants », c'est avant tout une fiction mais pour comprendre la psychologie de mes personnages, leurs motivations, le contexte, il était important que je restitue quelques chose, notamment la question des migrants. Au-delà de la fiction, ça rentre dans une certaine réalité. La grande question des migrants, c'est surtout une question d'échelle. Je pense que 99% des français auraient de l'empathie s'ils croisaient un migrant sur la route en danger de mort, et tenteraient d'aider cet être humain. Et quand on n'est plus dans l'empathie de quelqu'un qui simplement essaie d'avoir une vie meilleure, évidemment, il y a de des problèmes politiques qui se créent en disant que ce serait plus pratique de fermer les frontières. Je me dis que ce roman permet de montrer les choses tout en divertissant.

Philippe Chauveau : En tout cas, c'est un beau portrait de femme que vous nous proposez avec Leylie. Je retiens cette phrase dans votre roman : « tout le monde possède des rêves, et ce qui compte, ce n'est pas de les réaliser, c'est de pouvoir y croire ». C'est votre actualité Michel Bussi, On la trouvait plutôt jolie, c'est aux presses de la cité. Je voudrais aussi évoquer ce recueil de nouvelles sorti récemment chez Pocket, T'en souviens tu, mon Anais ? Merci Michel Bussi.

Michel Bussi : Merci beaucoup.

On la trouvait plutôt jolie Presses de la cité
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Il est professeur à Rouen, en Normandie, il est géographe politique depuis plusieurs années mais il est aussi l’un des romanciers les plus lus de France. Quel drôle de parcours que celui de Michel Bussi et surtout, quelle belle réussite. C’est un peu par hasard qu’il devient géographe, c’est un peu par hasard qu’il devient écrivain. Et pourtant, tout cela était une évidence tant la passion anime le plus normand des écrivains. C’est d’ailleurs dans se région de cœur qu’il situe l’action de ses premiers romans...On la trouvait plutôt jolie de - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Michel Bussi Michel Bussi : Bonjour Philippe Chauveau : Merci d'avoir accepté notre invitation. On aurait pu se rencontrer chez vous en Normandie dans la région de Rouen, et finalement c'est au coeur de Paris que je nous nous retrouvons, et pas n'importe où, puisque nous sommes à la Maison des Océans près du Panthéon, l'institut océanographique voulu et fondé par le prince Albert Ier de Monaco en 1911. Ca me fait plaisir que l'on se retrouve ici parce que l'on parle de Michel Bussi l'écrivain, le...On la trouvait plutôt jolie de - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dans ce nouveau titre Michel Bussi, On la trouvait plutôt jolie, c'est Leylie qui va être l'héroïne, sur un roman très court puisqu'on est sur quatre jours et trois nuits. Vous nous amenez dans le sud de la France à côté de Marseille, le ménage dans des hôtels. Elle a trois enfants, et c'est cette femme que nous allons découvrir, nous allons suivre son histoire. D'où vient-elle? Comment avez-vous construit ce personnage de femme africaine ? Michel Bussi : Déjà, je voulais rester dans la thématique qui...On la trouvait plutôt jolie de - Livre - Suite