Sophie Chauveau

Sophie Chauveau

Diderot, le génie débraillé

L'avis du libraire 1'42

Tome Dom
Frédéric Lapeyre
81, rue Saint Dominique
75007 Paris
Tél : 01-47-05-97-47


Ce que j’aime surtout, c’est l’écriture de Sophie Chauveau, sa manière de mettre en vie un personnage qu’on connaît que par ses écrits, et pas par sa vie.
Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir le Paris de l’époque, et comment Diderot a pu s’infiltrer, rester, les bas-fonds de Paris, ce qu’on ne montre jamais, pas le coté versaillais, mais le coté peuple de l’époque.
Il y a plein de rebondissements, de l’amour, de la trahison; elle fait bien vivre son personnage, on est bien pris dedans, les drames, tout ce qui va se passer… On oublie complètement que c’est Diderot, on pense que c’est un personnage de l’époque de capes et d’épées.
Ce n’est pas du tout austère comme on pourrait le croire, ce n’est pas du tout classique. En plus, l’intérêt c’est qu’il rencontre beaucoup de personnages, il rencontre Rameau, Rousseau, on vit avec tous ces personnages et donc on s’instruit.
On peut vraiment rentrer dans l’histoire, rentrer dans la littérature française sans se prendre la tête.
C’est moins dur qu’avec Lippi, et Botticelli. L’écriture était plus sèche, les personnages beaucoup plus durs parce que ce n’était pas la même époque non plus. Et donc, on retrouve complètement Sophie Chauveau, en plus romanesque, plus doux.
Elle a pris une plume beaucoup plus ronde pour écrire Diderot, on sent qu’il y a plus d’amour peut-être, moins d’historique et plus d’amour, et ça, c’est vraiment intéressant.
Un point fort, on ne le lâche pas, on le commence, on ne peut pas le lâcher.
Un point faible ? Je n’en vois pas… Ca se lit vraiment tout seul, c’est trop court, on a envie que ça continue, on a envie d’avoir le tome 2 tout de suite, parce qu’en plus, ça s’arrête à un moment crucial de la vie de l’écrivain.
Donc c’est peut-être le point faible, c’est qu’on en voudrait plus…

Tome Dom
Frédéric Lapeyre
81, rue Saint Dominique
75007 Paris
Tél : 01-47-05-97-47


Ce que j’aime surtout, c’est l’écriture de Sophie Chauveau, sa manière de mettre en vie un personnage qu’on connaît que par ses écrits, et pas par sa vie.
Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir le Paris de l’époque, et comment Diderot a pu s’infiltrer, rester, les bas-fonds de Paris, ce qu’on ne montre jamais, pas le coté versaillais, mais le coté peuple de l’époque.
Il y a plein de rebondissements, de l’amour, de la trahison; elle fait bien vivre son personnage, on est bien pris dedans, les drames, tout ce qui va se passer… On oublie complètement que c’est Diderot, on pense que c’est un personnage de l’époque de capes et d’épées.
Ce n’est pas du tout austère comme on pourrait le croire, ce n’est pas du tout classique. En plus, l’intérêt c’est qu’il rencontre beaucoup de personnages, il rencontre Rameau, Rousseau, on vit avec tous ces personnages et donc on s’instruit.
On peut vraiment rentrer dans l’histoire, rentrer dans la littérature française sans se prendre la tête.
C’est moins dur qu’avec Lippi, et Botticelli. L’écriture était plus sèche, les personnages beaucoup plus durs parce que ce n’était pas la même époque non plus. Et donc, on retrouve complètement Sophie Chauveau, en plus romanesque, plus doux.
Elle a pris une plume beaucoup plus ronde pour écrire Diderot, on sent qu’il y a plus d’amour peut-être, moins d’historique et plus d’amour, et ça, c’est vraiment intéressant.
Un point fort, on ne le lâche pas, on le commence, on ne peut pas le lâcher.
Un point faible ? Je n’en vois pas… Ca se lit vraiment tout seul, c’est trop court, on a envie que ça continue, on a envie d’avoir le tome 2 tout de suite, parce qu’en plus, ça s’arrête à un moment crucial de la vie de l’écrivain.
Donc c’est peut-être le point faible, c’est qu’on en voudrait plus…

Diderot, le génie débraillé Aux Editions Télémaque
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Web Tv Culture vous invite à plonger au coeur du XVIIIème siècle que l'on apelle aussi communément le siècle des Lumières. Et s’il est un auteur qui reste associé à cette période de l’Histoire, antichambre de la Révolution, c’est bien Denis Diderot, à la fois romancier et homme de théâtre, avec Jacques le Fataliste, La religieuse, Jacques le Fataliste ou Le neveu de Rameau. Sophie Chauveau connaît bien, elle aussi, le monde du théâtre. De sa formation de comédienne, elle a gardé le goût de la réplique, de...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Bonjour Sophie Chauveau Sophie Chauveau (Diderot - Le génie débraillé) : Bonjour Philippe Chauveau Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Je suis ravi de rencontrer mon homonyme. Vous publiez aux éditions Télémaque, Diderot Le génie débraillé. C'est votre nouveau livre. Diderot homme de lettres, homme de théâtre, un petit peu comme vous finalement puisque le théâtre compte beaucoup dans votre vie. Vous avez une formation de comédienne ? Sophie Chauveau (Diderot - Le génie...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Sophie Chauveau, aux éditions Télémaque, Diderot,  Le génie débraillé,  le tome 1,  Les années bohème, le tome 2, Les encyclopédistes. Pourquoi avoir eu envie d'écrire une biographie romancée de Denis Diderot ? Sophie Chauveau (Diderot - Le génie débraillé) : Parce que toutes celles que j'ai lues, et j'en ai lues plus de douze, me disent que de quinze à trente ans, on ne sait pas ce qu'il a fait. Je n'arrive pas à croire qu'au XVIIIème siècle, on ne puisse pas trouver ce ...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - Le livre - Suite
    Tome Dom Frédéric Lapeyre 81, rue Saint Dominique 75007 Paris Tél : 01-47-05-97-47 Ce que j’aime surtout, c’est l’écriture de Sophie Chauveau, sa manière de mettre en vie un personnage qu’on connaît que par ses écrits, et pas par sa vie. Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir le Paris de l’époque, et comment Diderot a pu s’infiltrer, rester, les bas-fonds de Paris, ce qu’on ne montre jamais, pas le coté versaillais, mais le coté peuple de l’époque. Il y a plein de rebondissements, de...Une sélection de livres à offrir... ou s'offrir de Sophie Chauveau - L'avis du libraire - Suite