Irène Frain

Irène Frain

L'allégresse de la femme solitaire

Présentation 00'03'26"

Avec plus d’une quarantaine de titres à son actif, Irène Frain fait incontestablement partie du paysage littéraire français. C’est aussi par sa présence assidue dans les salons du livre et les librairies qu’elle s’est fait connaitre du grand public sans oublier sa signature dans la presse magazine, Paris-Match notamment. Depuis son premier succès, « Le nabab », en 1982, Irène Frain a construit un univers bien à elle, aimant mettre en lumière des destins oubliés, nous entrainant dans des contrées lointaines ou des périodes anciennes de notre monde. « La forêt des 29 », « Les naufragés de Tromelin », « Marie Curie prend un amant » ou « Beauvoir un love » font partie de ses récents succès, dans lesquels elle laisse parler sa plume, où le roman le dispute au conte, à la biographie, au récit ou à l’imaginaire. Néanmoins, Irène Frain est une femme de son temps, n’hésitant pas à faire entendre sa voix quand cela lui semble nécessaire pour des causes sociétales ou des évènements qui lui sont proches. C’est ainsi qu’en 2020, suite au meurtre de sa sœur Denise que la justice voulait classer sans suite, elle raconte son combat pour faire rouvrir le dossier dans « Un crime sans importance » qui lui vaut le prix Interallié. Après ce douloureux épisode personnel, Irène Frain a voulu nous parler de la joie. Et, exhumant une lointaine légende américaine, qui s’avère authentique, elle nous entraine sur la côte californienne au milieu du XIXème siècle. Là dans la bourgade de Santa Barbara, une femme sauvage descend d’une goélette, couverte d’une robe de plumes d’oiseaux. Elle ne parle aucun dialecte compréhensible et aurait passé 18 ans seule sur une île. Malgré ce que d’aucuns verraient comme un traumatisme, la voilà qui chante, danse, rit au milieu des villageois, faisant amie avec tous les enfants. Chacun s’interroge sur l’histoire de cette femme, chacun a sa propre idée, mais surtout chacun cache ce qu’il sait de la vérité. Sur place, le Dr Shaw, lui-même déraciné, va remonter le fil de l’histoire pour tenter de comprendre qui est cette femme et surtout, comment et pourquoi, rien de grave ne semble avoir prise sur elle. Se basant sur des documents d’époque, Irène Frain s’empare de ce beau personnage féminin pour un roman où le récit et le conte se mélangent, où les faits avérés viennent se cogner aux légendes indiennes, où les vociférations de la société dite civilisée viennent achopper aux chants et aux rires de la femme solitaire. Détaillant avec finesse et humour quelques-unes des personnalités de cette contrée de l’Amérique du XIXème entre colons, indiens, chercheurs d’or, marins et mexicains expatriés, dans cette petite ville de l’Ouest américain en bord d’océan, Irène Frain nous montre une société où la différence, la jalousie, le mensonge, le racisme, semblent avoir meurtri le cœur des hommes, là où la femme solitaire semble porter l’espérance d’un autre monde. Rien n’interdit d’y voir un parallèle avec notre monde contemporain et ses failles. Un roman d’aventure, plein de souffle, de mystère, de rebondissements, de poésie aussi sur lequel soufflent les embruns du Pacifique. Et cette femme dansant, chantant, souriant face à l’océan, nous offrant son sourire au fil des pages. « L’allégresse de la femme solitaire » d’Irène Frain est publié aux éditions du Seuil.

L'allégresse de la femme solitaire Ed. du Seuil
  • PRÉSENTATION
  • Avec plus d’une quarantaine de titres à son actif, Irène Frain fait incontestablement partie du paysage littéraire français. C’est aussi par sa présence assidue dans les salons du livre et les librairies qu’elle s’est fait connaitre du grand public sans oublier sa signature dans la presse magazine, Paris-Match notamment. Depuis son premier succès, « Le nabab », en 1982, Irène Frain a construit un univers bien à elle, aimant mettre en lumière des destins oubliés, nous entrainant dans des contrées lointaines ou des...L'allégresse de la femme solitaire d'Irène Frain - Présentation - Suite