Olivier Adam

Olivier Adam

Dessous les roses

Présentation 00'02'40"

Avec quinze titres en littérature générale à son actif, Olivier Adam s’est imposé comme un écrivain majeur de sa génération, regroupant autour de lui un public fidèle attaché autant à la personnalité de l’auteur qu’à la qualité de son écriture et aux sujets abordés.
C’est en janvier 2000 que parait son premier titre, « Je vais bien ne t’en fais pas », formidable succès de librairie qui sera l’occasion d’une adaptation cinématographique très réussie. Suivront d’autres romans primés ou sélectionnés tels « Falaises », « Des vents contraires » ou « Peine perdue ». En 2004, Olivier Adam reçoit le Prix Goncourt de la nouvelle pour « Passer l’hiver ». En parallèle, il poursuit aussi l’écriture de romans à destination des ados.
Avec une écriture sensible et ciselée, Olivier Adam aborde des thématiques qui nous sont proches, allant au plus profond de la psychologie de ses personnages, mettant des mots sur les non-dits et les fragilités. Et voici son nouveau titre, « Dessous les roses ».
Nous sommes dans une maison de banlieue, la nuit est tombée. La famille Eriksen est en deuil, le père est mort, on doit l’enterrer demain. La mère monte se coucher. Restent Claire et Antoine, frère et sœur dans la quarantaine, qui égrènent les souvenirs. Mais la question qui les taraude est là, en suspens : Paul, le cadet, viendra-t-il, lui qui était fâché avec leur père, lui qui est devenu la source de discorde de la famille. Paul est un réalisateur de cinéma à succès, n’hésitant pas à utiliser l’histoire de sa propre famille dans films, quitte à la travestir, au grand dam de ses proches.
Sur cette base du conflit familial, Olivier Adam tisse un roman doux-amer sur la famille, les liens distendus, les incompréhensions, les souvenirs et leur vision déformée mais aussi sur la conception de la création artistique et ses sources d’inspiration.
On retrouve avec bonheur l’écriture subtile d’Olivier Adam qui, avec des mots simples, sait nous cueillir à chaque page.
Mais surtout, l’originalité de ce roman est d’être construit comme une pièce de théâtre, en trois actes avec des personnages qui a tour de rôle prennent la parole pour donner leur version des faits. Et nous, lecteurs, devenons les spectateurs de cette triste comédie d’une famille en lambeaux qui au terme d’une nuit de deuil, trouvera la voie de la réconciliation… ou pas !
« Dessous les roses » le nouveau roman d’Olivier Adam est publié chez Flammarion et c’est un coup de cœur.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • Avec quinze titres en littérature générale à son actif, Olivier Adam s’est imposé comme un écrivain majeur de sa génération, regroupant autour de lui un public fidèle attaché autant à la personnalité de l’auteur qu’à la qualité de son écriture et aux sujets abordés.C’est en janvier 2000 que parait son premier titre, « Je vais bien ne t’en fais pas », formidable succès de librairie qui sera l’occasion d’une adaptation cinématographique très réussie. Suivront d’autres romans primés ou sélectionnés...Dessous les roses d'Olivier Adam - Présentation - Suite
    Philippe:Bonjour Olivier ! Dessous les roses, votre 15ᵉ titre. C'est aux éditions Flammarion. 15ᵉ titres allez, c'est l'occasion de faire un petit rappel. C'était en 2000 qu'on vous a découvert : « Je vais bien ne t’en fait pas ». Olivier: Oui, premier roman. J'avais 25 ans au Dilettante « Je viens de t'en fais pas ». Et puis c’était un livre qui a eu une belle histoire. Parce que… Philippe:Une adaptation. Olivier:Il a été adapté six ans plus tard. Et puis le film a été un très gros succès. Philippe: Vous gardez...Dessous les roses d'Olivier Adam - Portrait - Suite