Olivier Merle

Olivier Merle

Libre d'aimer

Portrait 06'40"

Philippe Chauveau

Bonjour Olivier Merle.

Philippe Chauveau

Bonjour, merci d'avoir accepté notre invitation. Votre actualité et votre nouveau titre « Libre d'aimer » aux Editions XO, avec cette belle couverture en noir et blanc sur laquelle nous allons nous allons revenir. Faisant un peu plus connaissance. Il y a aujourd'hui Olivier Merle qui écrit régulièrement des romans. Et puis il y a Olivier Merle géologue, et c'est vrai que la passerelle entre les deux univers n'est peut être pas évidente. C'est quoi le métier de géologue et qu'est ce qui vous a amené à ce métier de géologue ? Pourquoi ?

Olivier Merle

J'ai toujours été passionné par disons la paléontologie. Au départ, je voulais travailler sur l'évolution de l'espèce humaine. Et comme j'étais à Rennes et en fait on ne faisait pas ce genre d'étude, j'aurais pu éventuellement quitter Rennes et aller ailleurs mais il y avait un groupe de recherche de géologie qui était très performant et ça m'a passionné. D'un seul coup ,je me suis dit : voilà je veux faire de la géologie. Je veux travailler dans les sciences de la terre, sur la formation des chaînes de montagnes, la tectonique des plaques etc. Et voilà et j'ai démarré comme ça une carrière scientifique.

Philippe Chauveau

Concrètement ça consiste en quoi. Vous êtes à quatre pattes à gratter la terre. Ca va un peu plus loin que ça j'imagine.

Olivier Merle

Ca c'est l'aspect terrain. Effectivement, que j'aime beaucoup aussi d'ailleurs, parce qu'on est dans la nature. Effectivement, on marche dans les montagnes. On regarde des roches, on prend des mesures, on ramasse des échantillons etc. Et puis, après il y a tout le travail en laboratoire, on ramène ces échantillons. On fait parfois aussi des expériences en laboratoire pour essayer de reproduire la formation des chaînes de montagnes, des choses comme ça. C'est un métier passionnant, absolument passionnant.

Philippe Chauveau

Je ne trahis aucun secret en rappelant que vous êtes le fils de Robert Merle, grand auteur s'il en est. Prix Goncourt pour « Week-end à Zuydcoote », « Malvil », les « Fortunes de France » entre autres. Justement votre goût, votre envie de l'écriture vient-elle de cette filiation ou une autre raison ? Est-ce que la géologie aussi vous a amené à l'écriture par des chemins détournés ?

Olivier Merle

La géologie amène la recherche amène à l'écriture un peu, parce qu'on écrit des articles scientifiques donc on est confronté à l'écriture. Ce n'est pas le même type d'écriture évidemment mais il n'empêche que ça reste quand même un apprentissage de l'écriture aussi. Pour moi en tout cas, je l'ai vécu comme ça. Après... Filiation, pas filiation. C'est difficile de répondre à cette question. Il est certain que quand j'étais jeune, je voyais mon père écrire et ça m'a toujours paru une activité naturelle, pas exceptionnelle. Et puis j'ai toujours voulu moi écrire, j'ai toujours eu envie d'écrire. Donc j'ai écrit assez jeune. Et puis après, il y a eu mon activité professionnelle qui a pris tellement de place qu'évidemment, j'ai mis ça entre parenthèses. Et puis maintenant, j'y suis revenu en réussissant à adapter mon emploi du temps pour pouvoir à la fois faire mon métier et à la fois écrire, ce qui n'était pas n'est pas facile.

Philippe Chauveau

On comprend lorsque l'on suit votre parcours d'auteur que l'histoire, la grande histoire avec H majuscule vous passionne mais vous choisissez toutefois, notamment avec « Libre d'aimer » la plume romanesque. Pourquoi ?

Olivier Merle

Parce que je trouve qu'avec la fiction on passe par les émotions, et les gens retiennent plus facilement l'histoire. Evidemment, on peut lire un livre d'histoire mais c'est souvent aride. Il faut être vraiment passionné par le sujet. Quand on écrit un roman qui se passe pendant une période historique, on amène beaucoup plus de lecteurs à s'intéresser à la grande histoire par le biais de la petite histoire. Et finalement la mémoire.... On en retient plus finalement en passant par l'émotion. C'est ce que je pense et c'est ce que je vérifie auprès des gens en général quand ils ont lu un roman historique pour peu que ce roman soit bien fait évidemment. Ils ont beaucoup plus retenu les éléments historiques que s'ils l'avaient lu dans un livre historique plus aride.

Philippe Chauveau

Quel lecteur êtes vous justement. ? Y avait il des livres de votre père sur votre table de nuit ? Et puis y a-t-il peut être des livres, des titres ou des auteurs qui vous ont fait grandir et qui sciemment ou inconsciemment vous ont peut-être aussi donné envie de l'écriture ?

Olivier Merle

J'ai lu tous les livres de mon père. C'est un peu normal. J'ai été très admiratif. Je le suis toujours d'ailleurs de la manière dont il écrit. Alors il m'a certainement influencé, c'est certain ça se voit. Je pense dans certains de mes romans et dans d'autres, je pense que ça ne se voit pas, parce que j'ai eu d'autres influences aussi, et en particulier, je suis je pense très influencé par Simenon. Jj'ai lu tout Simenon et j'aime beaucoup cette façon très efficace, très simple d'écrire qui tient le lecteur en haleine avec des histoires qui vous prennent dès la première page. Moi ce que j'aime lire comme roman personnellement ce sont des romans où je suis accroché. C'est-à-dire où je suis. Je suis pris dans l'histoire, je rentre dans l'histoire. Et puis bon, je veux savoir ce qui va se passer. Je suis dedans, et quand je lis, il n'y a plus rien qui existe à côté. Il n'y a que ça. C'est le type de roman que j'aime : des romans réalistes.

Philippe Chauveau

Peut-on imaginer un roman qui associe géologie et histoire ? Ca fait partie de vos envies ?

Olivier Merle

On le peut, on peut le faire mais ça ne fait pas partie de mes envies. Parce que je n'ai pas envie de mélanger en fait mon travail professionnel et puis mon activité d'écrivain.

Philippe Chauveau

Est-ce qu'aujourd'hui l'écriture romanesque est pour vous une sorte de sas de respiration par rapport à votre activité de géologue ? Et est-ce qu'indirectement, le fait d'être géologue est aussi un sas de respiration lorsque vous êtes en écriture ?

Olivier Merle

C'est plutôt les deux en même temps. C'est-à-dire que j'ai besoin de m'échapper. J'ai besoin d'être ailleurs. Donc si je suis tout le temps dans mon milieu professionnel, j'ai l'impression d'étouffer. Si je fais que de l'écriture aussi, c'est à dire que j'ai besoin effectivement de respirer. Je pense que c'est une bonne chose. Respirer aussi par rapport à la vie. J'ai une nature assez solitaire donc j'ai besoin d'être souvent assez seul. Et l'écriture, c'est un travail de solitaire de toute façon.

Philippe Chauveau

Vous êtes tout seul dans votre bulle. Est-ce à dire que vous écrivez avant tout pour vous même où le lecteur est il déjà présent lorsque vous êtes à l'écriture de votre roman ?

Olivier Merle

Bonne question. Parce que justement avec d'autres romanciers, on a parfois des discussions là dessus. Moi j'écris d'abord pour moi. C'est le plaisir d'écrire, le plaisir d'inventer une histoire. En même temps, je ne fais pas partie de ces personnes qui écrivent et qui ne souhaitent pas être lues. C'est-à-dire que je veux. J'écris je prends du plaisir à écrire, à inventer des histoires, mais je me dis : j'espère que ça donnera aussi du plaisir à d'autres. Et donc le lecteur est toujours derrière.

Philippe Chauveau

Je vous confirme : vous donnez du plaisir par vos romans Olivier Merle. « Libre d'aimer », c'est votre actualité. Vous êtes publié aux éditions XO.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • Vivre en Auvergne, au pays des volcans, c’est le choix fait par Olivier Merle, géologue et enseignant à l’Université de Grenoble.Mais l’écriture est l’autre passion d’Olivier Merle. On ne s’en étonnera pas en rappelant qu’il est le fils de Robert Merle, prix Goncourt 1949 pour « Week-end à Zuydcot » mais à qui l’on doit aussi « Malevil » ou la série « Fortune de France ». C’est auprès de ce grand auteur qu’Olivier Merle grandit. On comprend dès lors son goût de l’écriture et de l’histoire. Après...Libre d'aimer d'Olivier Merle - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau   Bonjour Olivier Merle.   Philippe Chauveau   Bonjour, merci d'avoir accepté notre invitation. Votre actualité et votre nouveau titre « Libre d'aimer » aux Editions XO, avec cette belle couverture en noir et blanc sur laquelle nous allons nous allons revenir. Faisant un peu plus connaissance. Il y a aujourd'hui Olivier Merle qui écrit régulièrement des romans. Et puis il y a Olivier Merle géologue, et c'est vrai que la passerelle entre les deux univers n'est peut être pas évidente. C'est quoi le métier...Libre d'aimer d'Olivier Merle - Portrait - Suite