Nicolas d'Estienne d'Orves

Nicolas d'Estienne d'Orves

Les fidélités successives

Portrait 3'20

Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves, merci de vous accueillir, votre actualité, Les fidélités successives, c'est chez Albin Michel.
Vous avez deux amours, il y a la littérature et puis il y a la musique.
Comment arrivez vous à concilier les deux, est ce que ce sont deux univers diamétralement opposés? Et finalement est ce que c'est le même Nicolas qui s'intéresse à ces deux passions?
C'est le même Nicolas mais j'essaye de ne pas inter-pénétrer ces deux univers. Quand j'entend de la musique je vois des images et pour moi les images et les mots c'est la même chose.
Et quand j'écris mes textes, je pense à la musique des mots, mes romans sont construit comme des grands opéras, et j'imagine mes chapitres non pas comme des scènes de film mais comme des scène d'opéra.
Lorsque vous êtes devant votre page blanche, que ressentez vous? Comment êtes vous à ce moment là, au tout début?
Appréhension oui et non parce qu'en fait je me borde. Je fait un plan détaillé très précis de mon roman avant de commencer à l'écrire. Et ces idées deviennent des scènes, des chapitres, et petit à petit les grandes lignes du roman se mettent en place comme un storyboard.
Et après je tire tous ca au propre, je le verrouille parfois avec l'Editeur, parfois avec mes amis et ensuite je commence l'écriture du romans
Comment pourriez vous qualifier votre style?
Je dirais efficace, je cherche à hypnotiser mon lecteur avec des phrases qui commencent à tourner autour de lui.
J'ai un style visuel,j'essaye de lui faire oublier qu'il est devant un livre, que les pages commencent à l''englober et qu'il ne puisse pas lâcher le texte pendant les 700 pages dans lesquelles je l'entraine.
Et le lecteur fait déjà partie de votre univers lorsque vous écrivez?
Oui, pour moi c'est important, je n'écris pas juste pour me regarder le nombril, évidemment il y a cette partie là parce que je suis écrivain donc égocentrique mais c'est très important le rapport au public et mettre en scène des émotions réelles, être frappant.
Quel est le plus beau compliment qu'un lecteur vous ai fait à ce jour?
C'est quand un lecteur me dis à cause de toi j'ai passé une nuit blanche. Je pensais que ca durerait une semaine et je l'ai fermé à 8h du matin, ca c'est merveilleux.
Cela veut dire que ca marche, que j'arrive à rentrer dans la tête des gens, dans leur lit, et qu'il n'arrive pas à sortir de mon hypnose, c'est merveilleux.
Merci beaucoup Nicolas d'Estienne, Les fidélités successives, c'est votre actualité et c'est chez Albin Michel.

Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves, merci de vous accueillir, votre actualité, Les fidélités successives, c'est chez Albin Michel.
Vous avez deux amours, il y a la littérature et puis il y a la musique.
Comment arrivez vous à concilier les deux, est ce que ce sont deux univers diamétralement opposés? Et finalement est ce que c'est le même Nicolas qui s'intéresse à ces deux passions?
C'est le même Nicolas mais j'essaye de ne pas inter-pénétrer ces deux univers. Quand j'entend de la musique je vois des images et pour moi les images et les mots c'est la même chose.
Et quand j'écris mes textes, je pense à la musique des mots, mes romans sont construit comme des grands opéras, et j'imagine mes chapitres non pas comme des scènes de film mais comme des scène d'opéra.
Lorsque vous êtes devant votre page blanche, que ressentez vous? Comment êtes vous à ce moment là, au tout début?
Appréhension oui et non parce qu'en fait je me borde. Je fait un plan détaillé très précis de mon roman avant de commencer à l'écrire. Et ces idées deviennent des scènes, des chapitres, et petit à petit les grandes lignes du roman se mettent en place comme un storyboard.
Et après je tire tous ca au propre, je le verrouille parfois avec l'Editeur, parfois avec mes amis et ensuite je commence l'écriture du romans
Comment pourriez vous qualifier votre style?
Je dirais efficace, je cherche à hypnotiser mon lecteur avec des phrases qui commencent à tourner autour de lui.
J'ai un style visuel,j'essaye de lui faire oublier qu'il est devant un livre, que les pages commencent à l''englober et qu'il ne puisse pas lâcher le texte pendant les 700 pages dans lesquelles je l'entraine.
Et le lecteur fait déjà partie de votre univers lorsque vous écrivez?
Oui, pour moi c'est important, je n'écris pas juste pour me regarder le nombril, évidemment il y a cette partie là parce que je suis écrivain donc égocentrique mais c'est très important le rapport au public et mettre en scène des émotions réelles, être frappant.
Quel est le plus beau compliment qu'un lecteur vous ai fait à ce jour?
C'est quand un lecteur me dis à cause de toi j'ai passé une nuit blanche. Je pensais que ca durerait une semaine et je l'ai fermé à 8h du matin, ca c'est merveilleux.
Cela veut dire que ca marche, que j'arrive à rentrer dans la tête des gens, dans leur lit, et qu'il n'arrive pas à sortir de mon hypnose, c'est merveilleux.
Merci beaucoup Nicolas d'Estienne, Les fidélités successives, c'est votre actualité et c'est chez Albin Michel.

Les fidélités successives Aux Éditions Albin Michel
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Personnage multi-facette, Nicolas d'Estienne d'Orves s'est fait connaître par le journalisme et la musique.Passionné également d'opéra, il a collaboré à plusieurs publications spécialisées et à été l'une des voix de France musique pendant 4 ans.On lui doit d'ailleurs une biographie d'Offenbach qui fait aujourd'hui référence.Chroniqueur pour le Figaro, cultivant son côté Dandy, il a aussi séduit un autre public avec des romans d'anticipation avec Othon ou l'aurore immobile, Les derniers jours de Paris ou Les Orphelins du...Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas Estienne d'Orves (d') - Présentation - Suite
    Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves, merci de vous accueillir,  votre actualité, Les fidélités successives, c'est chez Albin Michel.Vous avez deux amours, il y a la littérature et puis il y a la musique.Comment arrivez vous à concilier les deux, est ce que ce sont deux univers diamétralement opposés? Et finalement est ce que c'est le même Nicolas qui s'intéresse à ces deux passions?C'est le même Nicolas mais j'essaye de ne pas inter-pénétrer ces deux univers. Quand j'entend de la musique je vois des images et pour moi les...Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas Estienne d'Orves (d') - Portrait - Suite
    Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves, nous vous avions laissez avec des thrillers, il y avait les Orphelins du mal, L'enfant du premier matin. Aujourd'hui on change complètement de registre avec Les fidélités successives, chez Albin Michel.Vous nous entrainez au coeur de cette période sombre de l'occupation avec trois personnages, Guillaume Victor et Pauline, personnage féminine qui va créer le désordre.L'histoire démarre sur une île anglo-normande, et ces personnages vont être emportés par le vent de l'histoire. Est ce difficile...Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas Estienne d'Orves (d') - Le livre - Suite
    Librairie Lavocat 101, avenue Mozart75016 ParisTél : 01-42-88-11-06librairie.lavocat@free.frFrédéric Airy J'ai été frappé en tant que libraire pour la rentré littéraire d'avoir trouvé un romans français aussi romanesque, créatif et moins autofiction et nombriliste que le reste de la sélection.C'est un style précis qui vous embarque des les premières lignes et qui ne vous lâche plus.J'ai été touché par ces deux héros, cette dualité que l'on retrouve tout le long de romans.Le côté universelle c'est notre histoire à...Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas Estienne d'Orves (d') - L'avis du libraire - Suite