Jérome Camut, Nathalie Hug

Jérome Camut, Nathalie Hug

Instinct

Portrait 3'16
Philippe Chauveau : Jérôme Camut, Nathalie Hug, vous êtes sur WebTvCulture à l'occasion de la sortie de votre nouveau roman « Instinct » aux éditions Télémaque, dernier ouvrage du triptyque les voies de l'ombre. Vous êtes un couple dans la vie et un couple dans l'écriture, mais c'est vous Jérôme qui avez eu le virus de l'écriture. Comment cela s'est-il passé ?

Jérôme Camut : L'envie d'écrire remonte à bien loin mais je ne l'ai pas su tout de suite puisque j'ai commencé à écrire à 28 ans. Je suis le dernier de ma fratrie. Mes parents n'avaient rien investi sur mes épaules et j'ai été une espèce de candidat libre à la maison et comme mon père était cultivé, qu'il aimait le livre, je suis parti en compétition dans ce domaine. Malhorne est né de la tristesse. Cela ne se sent pas dans le bouquin, mais c'est né du deuil de gens que j'ai perdu et de mon questionnement depuis tout petit sur : « que deviendra le monde le jour où je ne serai plus là pour le regarder ? ».

PhC : Nathalie, avant d'écrire, vous avez été lectrice, c'est comme cela que vous avez découvert Jérôme. Vous avez été fascinée et vous avez voulu lui montrer votre admiration...

Nathalie Hug : Cette homme avait mon âge et était capable de dire des choses si intelligentes et si belles. J'étais très timide et j'ai quand même réussi à envoyer un mail un dimanche soir à son éditeur en disant que je voulais féliciter Camut pour son livre magnifique. Et le lendemain, j'ai eu une réponse de l'auteur lui-même. J'ai été tellement enthousiasmée qu'il ait pris la peine de m'écrire que je lui ai envoyé un poème et c'est parti comme cela. On a beaucoup parlé de Malhorne, je lui ai posé beaucoup de questions sur ce qu'il avait écrit, et il a décidé de me faire lire le manuscrit suivant parce qu'il trouvait que j'avais des critiques et des suggestions judicieuses et surtout que je n'avais pas d'implication affective. J'étais capable de critiquer le texte de manière objective. Il a fallu que nous nous rencontrions pour cela... on s'est rencontré et notre vie a basculé.

PhC : Écrire à deux n'est pas forcément un exercice facile. Concrètement comment fonctionnez-vous ?

NH : Depuis que nous nous sommes rencontrés, tout est facile, tout est naturel tout est instinctif.

JC : On ne commence jamais à écrire sans avoir mis à plat toute l'histoire, l'avoir découpée et avoir creusé les personnages. Cela fait, on part dans l'écriture en se distribuant les rôles

N.H : Dans la trilogie des voies de l'ombre, Kurtz quand il est vraiment très, très méchant, très dur, c'est Jérôme qui s'en occupe. Quand il est dans une position plus vulnérable ce sera plutôt moi.

PhC : Peut-on imaginer aujourd'hui que Jérôme Camut et Nathalie Hug, écrivent autre chose, aimeriez vous lancer dans une autre style d'écriture ?

NH : On a quelques idées de roman qui sont prêtes

JC : On en a quatre ou cinq qui ne sont pas prêtes à être écrites mais que ne sont pas loin...

NH : On travaille sur un nouveau roman et il est déjà en train de penser, pas au prochain, mais à celui d'après

JC : Et en quinze jours je viens de trouver trois idées qui me plaisent bien dont une qui ne plait pas trop à Nathalie mais...

NH : Il va me convaincre...

Jérôme Camut, Nathalie Hug merci, je vous rappelle le titre de votre dernier roman, Instinct, c'est aux éditions Télémaque, c'est le dernier volet de la trilogie, les voix de l'ombre en précisant que les deux précédents titres Prédation et Stigmate existent aussi en livre de poche.
Philippe Chauveau : Jérôme Camut, Nathalie Hug, vous êtes sur WebTvCulture à l'occasion de la sortie de votre nouveau roman « Instinct » aux éditions Télémaque, dernier ouvrage du triptyque les voies de l'ombre. Vous êtes un couple dans la vie et un couple dans l'écriture, mais c'est vous Jérôme qui avez eu le virus de l'écriture. Comment cela s'est-il passé ?

Jérôme Camut : L'envie d'écrire remonte à bien loin mais je ne l'ai pas su tout de suite puisque j'ai commencé à écrire à 28 ans. Je suis le dernier de ma fratrie. Mes parents n'avaient rien investi sur mes épaules et j'ai été une espèce de candidat libre à la maison et comme mon père était cultivé, qu'il aimait le livre, je suis parti en compétition dans ce domaine. Malhorne est né de la tristesse. Cela ne se sent pas dans le bouquin, mais c'est né du deuil de gens que j'ai perdu et de mon questionnement depuis tout petit sur : « que deviendra le monde le jour où je ne serai plus là pour le regarder ? ».

PhC : Nathalie, avant d'écrire, vous avez été lectrice, c'est comme cela que vous avez découvert Jérôme. Vous avez été fascinée et vous avez voulu lui montrer votre admiration...

Nathalie Hug : Cette homme avait mon âge et était capable de dire des choses si intelligentes et si belles. J'étais très timide et j'ai quand même réussi à envoyer un mail un dimanche soir à son éditeur en disant que je voulais féliciter Camut pour son livre magnifique. Et le lendemain, j'ai eu une réponse de l'auteur lui-même. J'ai été tellement enthousiasmée qu'il ait pris la peine de m'écrire que je lui ai envoyé un poème et c'est parti comme cela. On a beaucoup parlé de Malhorne, je lui ai posé beaucoup de questions sur ce qu'il avait écrit, et il a décidé de me faire lire le manuscrit suivant parce qu'il trouvait que j'avais des critiques et des suggestions judicieuses et surtout que je n'avais pas d'implication affective. J'étais capable de critiquer le texte de manière objective. Il a fallu que nous nous rencontrions pour cela... on s'est rencontré et notre vie a basculé.

PhC : Écrire à deux n'est pas forcément un exercice facile. Concrètement comment fonctionnez-vous ?

NH : Depuis que nous nous sommes rencontrés, tout est facile, tout est naturel tout est instinctif.

JC : On ne commence jamais à écrire sans avoir mis à plat toute l'histoire, l'avoir découpée et avoir creusé les personnages. Cela fait, on part dans l'écriture en se distribuant les rôles

N.H : Dans la trilogie des voies de l'ombre, Kurtz quand il est vraiment très, très méchant, très dur, c'est Jérôme qui s'en occupe. Quand il est dans une position plus vulnérable ce sera plutôt moi.

PhC : Peut-on imaginer aujourd'hui que Jérôme Camut et Nathalie Hug, écrivent autre chose, aimeriez vous lancer dans une autre style d'écriture ?

NH : On a quelques idées de roman qui sont prêtes

JC : On en a quatre ou cinq qui ne sont pas prêtes à être écrites mais que ne sont pas loin...

NH : On travaille sur un nouveau roman et il est déjà en train de penser, pas au prochain, mais à celui d'après

JC : Et en quinze jours je viens de trouver trois idées qui me plaisent bien dont une qui ne plait pas trop à Nathalie mais...

NH : Il va me convaincre...

Jérôme Camut, Nathalie Hug merci, je vous rappelle le titre de votre dernier roman, Instinct, c'est aux éditions Télémaque, c'est le dernier volet de la trilogie, les voix de l'ombre en précisant que les deux précédents titres Prédation et Stigmate existent aussi en livre de poche.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Des enfants enlevés dès leur plus jeune âge pour devenir des machines à tuer, un homme à l'esprit diabolique prêt à tout pour créer le chaos et façonner la société à son idée. Avec le troisième volet des voies de l'ombre, Jérôme Camut et Nathalie Hug nous plongent dans un univers à la fois noir et violent mais aussi très réel qui nous place face à nos instincts les plus primaires. Après Prédation et Stigmate disponibles désormais en livres de poche, Jérôme Camut et Nathalie Hug signent la fin de leur triptyque...Les escales littéraires de Jérôme Camut - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Jérôme Camut, Nathalie Hug, vous êtes sur WebTvCulture à l'occasion de la sortie de votre nouveau roman « Instinct » aux éditions Télémaque, dernier ouvrage du triptyque les voies de l'ombre. Vous êtes un couple dans la vie et un couple dans l'écriture, mais c'est vous Jérôme qui avez eu le virus de l'écriture. Comment cela s'est-il passé ? Jérôme Camut : L'envie d'écrire remonte à bien loin mais je ne l'ai pas su tout de suite puisque j'ai commencé à écrire à 28 ans. Je suis le dernier de ma...Les escales littéraires de Jérôme Camut - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Jérôme Camut, Nathalie Hug, vous êtes sur WebTvCulture à l'occasion de la Sortie chez Télémaque de votre nouveau roman « Instinct », ce thriller, c'est la troisième partie de la trilogie « les voies de l'ombre », il y a eu précédemment « Prédation » et « Stigmate » qui existent aujourd'hui en livre de Poche. Avant de parler plus précisément de ce troisième volet, comment sont nées les « voies de l'ombre » ? Nathalie Hug : Dans le cerveau fou de Jérôme. A la base, « Prédation » c'est un...Les escales littéraires de Jérôme Camut - Le livre - Suite
    Librairie Papeterie Doucet Virginie GUIRAUD 66 avenue du Général de Gaulle 72000 Le Mans Tél. : 02 43 24 43 20 Fax : 02 43 24 96 62 Courriel : vguiraud@librairiedoucet.fr Jérôme et Nathalie, c'est avant tout une formidable rencontre, j'oserai même dire, sans les trahir, un véritable coup de foudre. Ils ont choisi de s'unir à la ville et professionnellement. C'est quand même un pari assez audacieux, assez ambitieux. Il n'y a pas énormément d'auteurs qui décident de mettre leurs égo de côté et de se consacrer à l'écriture....Les escales littéraires de Jérôme Camut - L'avis du libraire - Suite