Gonzague Saint Bris

Gonzague Saint Bris

Henri IV et la France réconciliée

Portrait 4'19
Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Bonjour Gonzague Saint Bris.

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Bonjour.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Merci de nous recevoir. Vous sortez aux Editions Télémaque un livre consacré à Henri IV sur lequel nous reviendrons.
Et lorsque l’on arrive chez vous, on est surpris par tous ces portraits de personnages illustres, d’hommes historiques. L’Histoire, on sent que c’est quelque chose qui fait partie de votre existence au quotidien ? Pourquoi ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
J’ai toujours aimé l’Histoire, et j’ai toujours pensé que l’Histoire était la meilleure façon de nous projeter dans le futur. Vous savez ce qu’a dit Bernanos, il a dit « ne pas revenir sur le passé, c’est la meilleure façon que ce passé revienne sur vous.» Et pour comprendre l’actualité, rien de mieux que l’Histoire.
Aujourd’hui, on ne parle que des questions de religion qui sont si présentes au 21e siècle, les mosquées, tout ça, et bien c’était déjà la même question avec d’autres religions sous Henri IV. Et j’aime vivre avec des êtres qui ne sont plus là, mais dont le cœur palpite encore.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Ce qui frappe également chez vous dans votre appartement, ce sont ces livres partout, cette bibliothèque, ces livres qui vous entourent. Votre premier souvenir de lecteur lorsque vous étiez enfant ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Alors quand j’étais enfant, mes frères, car nous sommes une famille nombreuse -7 garçons, 1 fille-, mes frères avaient compris ma passion de lire. Et alors ils se cotisaient, ce qui était quand même très gentil parce que j’avais une toute petite bibliothèque avec quatre, cinq, six livres de poche. Et je me souviens, quand ils m’ont offert Le Fouché de Stefan Zweig, alors ils venaient regarder cette petite bibliothèque, c’était formidable.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Vous vous souvenez personnellement du premier instant, du premier moment où vous avez eu envie d’écrire ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Oui. Et c’était très tôt, et c’est ma mère qui me l’a rappelé. Quand nous étions en Angleterre j’avais entre 3 et 5 ans, et j’avais déjà écrit un journal que j’avais entièrement composé à la main, et qui s’appelait Family news, parce qu’on habitait en Angleterre. Donc, c’était les nouvelles de la famille. Donc j’ai été journaliste très tôt, et j’ai commencé à écrire tout de suite après.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Y a-t-il eu, de votre part, une envie de vous comparer à de grands auteurs, où simplement l’envie de coucher sur le papier des choses que vous ressentiez ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Je conseille aux jeunes d’aujourd’hui de ne lire des romans que jusqu’à 20 ans, et après de ne lire que des biographies. Pourquoi faut-il lire des biographies ? Parce qu’il faut se comparer à plus grand que soi, et parce que finalement, qu’est-ce qu’on a, on a une pauvre existence, on naît, on grandit, on tombe malade, on meurt, ça c’est une existence.
Mais une vie c’est autre chose. Donc on peut être milliardaire en vie si on écoute beaucoup, si on lit énormément, on devient milliardaire en vies. On grandit en admirant, l’admiration est la plus libre des universités.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Comment vivez-vous la relation avec le lecteur ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
C’est une relation absolument magique qui est concrète, et qui se fait à travers ce moment sacré qui s’appelle la dédicace C’est comme l’amour, ça se déclare en un instant. Et on est face à face avec quelqu’un, pour qui vous êtes essentiel, et qui est essentiel pour vous, pendant quelques instants. Et il se passe aussi une chose magique dont on ne s’aperçoit pas. C’est que pendant que la personne vous dit qui elle est, et que vous vous lui écrivez quelque chose de personnel, en même temps, il y a le truc magique de la littérature, c’est à dire la transmission.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Quand vous êtes à votre table de travail et que vous écrivez, quel que soit le sujet de votre livre, que ressentez-vous ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
C’est toutes les nuits que ça se passe, à quarte heures du matin, je me réveille naturellement, ça fait à peu près plus d’une vingtaine d’années que je me suis rendu compte que je me réveille à 4 heures. Alors au début, je ne faisais que lire dans mon lit, puis je me suis dit c’est trop bête. Donc je vais à ma table de travail, ici à quatre heures du matin. Je sais que je vais me rendormir comme un bébé à 5 heures, donc j’ai le temps de travailler et je fais trois feuillets par nuit. Trois feuillets par nuit, vous faites le calcul, trois cent soixante cinq  jours, ça fait mille pages par an et vous coupez ces cinq mille pages en deux, ça fait deux livres par an.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Gonzague Saint Bris merci beaucoup, Henri IV c’est votre nouveau livre et c’est aux Editions Télémaque.
Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Bonjour Gonzague Saint Bris.

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Bonjour.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Merci de nous recevoir. Vous sortez aux Editions Télémaque un livre consacré à Henri IV sur lequel nous reviendrons.
Et lorsque l’on arrive chez vous, on est surpris par tous ces portraits de personnages illustres, d’hommes historiques. L’Histoire, on sent que c’est quelque chose qui fait partie de votre existence au quotidien ? Pourquoi ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
J’ai toujours aimé l’Histoire, et j’ai toujours pensé que l’Histoire était la meilleure façon de nous projeter dans le futur. Vous savez ce qu’a dit Bernanos, il a dit « ne pas revenir sur le passé, c’est la meilleure façon que ce passé revienne sur vous.» Et pour comprendre l’actualité, rien de mieux que l’Histoire.
Aujourd’hui, on ne parle que des questions de religion qui sont si présentes au 21e siècle, les mosquées, tout ça, et bien c’était déjà la même question avec d’autres religions sous Henri IV. Et j’aime vivre avec des êtres qui ne sont plus là, mais dont le cœur palpite encore.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Ce qui frappe également chez vous dans votre appartement, ce sont ces livres partout, cette bibliothèque, ces livres qui vous entourent. Votre premier souvenir de lecteur lorsque vous étiez enfant ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Alors quand j’étais enfant, mes frères, car nous sommes une famille nombreuse -7 garçons, 1 fille-, mes frères avaient compris ma passion de lire. Et alors ils se cotisaient, ce qui était quand même très gentil parce que j’avais une toute petite bibliothèque avec quatre, cinq, six livres de poche. Et je me souviens, quand ils m’ont offert Le Fouché de Stefan Zweig, alors ils venaient regarder cette petite bibliothèque, c’était formidable.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Vous vous souvenez personnellement du premier instant, du premier moment où vous avez eu envie d’écrire ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Oui. Et c’était très tôt, et c’est ma mère qui me l’a rappelé. Quand nous étions en Angleterre j’avais entre 3 et 5 ans, et j’avais déjà écrit un journal que j’avais entièrement composé à la main, et qui s’appelait Family news, parce qu’on habitait en Angleterre. Donc, c’était les nouvelles de la famille. Donc j’ai été journaliste très tôt, et j’ai commencé à écrire tout de suite après.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Y a-t-il eu, de votre part, une envie de vous comparer à de grands auteurs, où simplement l’envie de coucher sur le papier des choses que vous ressentiez ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
Je conseille aux jeunes d’aujourd’hui de ne lire des romans que jusqu’à 20 ans, et après de ne lire que des biographies. Pourquoi faut-il lire des biographies ? Parce qu’il faut se comparer à plus grand que soi, et parce que finalement, qu’est-ce qu’on a, on a une pauvre existence, on naît, on grandit, on tombe malade, on meurt, ça c’est une existence.
Mais une vie c’est autre chose. Donc on peut être milliardaire en vie si on écoute beaucoup, si on lit énormément, on devient milliardaire en vies. On grandit en admirant, l’admiration est la plus libre des universités.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Comment vivez-vous la relation avec le lecteur ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
C’est une relation absolument magique qui est concrète, et qui se fait à travers ce moment sacré qui s’appelle la dédicace C’est comme l’amour, ça se déclare en un instant. Et on est face à face avec quelqu’un, pour qui vous êtes essentiel, et qui est essentiel pour vous, pendant quelques instants. Et il se passe aussi une chose magique dont on ne s’aperçoit pas. C’est que pendant que la personne vous dit qui elle est, et que vous vous lui écrivez quelque chose de personnel, en même temps, il y a le truc magique de la littérature, c’est à dire la transmission.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Quand vous êtes à votre table de travail et que vous écrivez, quel que soit le sujet de votre livre, que ressentez-vous ?

Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) :
C’est toutes les nuits que ça se passe, à quarte heures du matin, je me réveille naturellement, ça fait à peu près plus d’une vingtaine d’années que je me suis rendu compte que je me réveille à 4 heures. Alors au début, je ne faisais que lire dans mon lit, puis je me suis dit c’est trop bête. Donc je vais à ma table de travail, ici à quatre heures du matin. Je sais que je vais me rendormir comme un bébé à 5 heures, donc j’ai le temps de travailler et je fais trois feuillets par nuit. Trois feuillets par nuit, vous faites le calcul, trois cent soixante cinq  jours, ça fait mille pages par an et vous coupez ces cinq mille pages en deux, ça fait deux livres par an.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Gonzague Saint Bris merci beaucoup, Henri IV c’est votre nouveau livre et c’est aux Editions Télémaque.

Henri IV et la France réconciliée Aux Editions Télémaque
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Depuis de nombreuses années déjà, Gonzague Saint Bris est un incontournable du milieu littéraire français. C’est un boulimique de l’écriture et ses ouvrages se comptent par dizaines. Dans Les vieillards de Brighton, prix Interallié en 2002, Gonzague Saint Bris a raconté de façon romancée sa jeunesse, entre Touraine et Grande-Bretagne, expliqué en quoi, les livres avaient été, pour lui, un échappatoire à la mélancolie et à la solitude. Issu d’une illustre famille de l’édition, les Mame, Gonzague Saint...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Bonjour Gonzague Saint Bris. Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) : Bonjour. Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Merci de nous recevoir. Vous sortez aux Editions Télémaque un livre consacré à Henri IV sur lequel nous reviendrons. Et lorsque l’on arrive chez vous, on est surpris par tous ces portraits de personnages illustres, d’hommes historiques. L’Histoire, on sent que c’est quelque chose qui fait partie de votre existence au quotidien ?...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Gonzague Saint Bris, nous sommes ensemble pour évoquer Henri IV, à l’occasion de la sortie de ce livre aux Editions Télémaque. Il fait suite à un précédent ouvrage, dans la même collection, sur François 1er. Henri IV personnage légendaire s’il en est, quelle image aviez-vous de lui avant de vous pencher sur sa vie ? Gonzague Saint Bris (Henri IV et la France réconciliée) : L’image que j’avais de lui, c’était une image très sympathique, comme tous les Français. Et...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Le livre - Suite
    Cyril Revel "Presse du Rocher" 98, rue du Rocher 75008 PARIS 01-45-22-09-54 C’est de l’Histoire de France, donc c’est toujours intéressant. En l’occurrence, Henri IV c’est vraiment bien, parce qu’on se rend compte qu’il y a 400 ans, c’est tout à fait d’actualité. Humainement parlant, on se retrouve exactement dans le même cas au niveau des conflits des religions. C’était entre les protestants et les catholiques, aujourd’hui on a beaucoup de soucis car la société est très susceptible. Ce qui est...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - L'avis du libraire - Suite