Marc Levy

Marc Levy

Si c'était à refaire

Le livre 3'43

Philippe Chauveau :
Marc Levy, il y a eu récemment « L'étrange voyage de Monsieur Daldry » et puis aujourd'hui un nouveau titre « Si c'était à refaire » et on change complètement d'univers parce que là vous nous entrainez dans une sorte de thriller. On est avec Andrew. Andrew est un journaliste qui vit à New-York, un journaliste au New-York Times. Il a gravi les échelons, parce qu'au début il a fait des bio dans la nécrologie, il a écrit ensuite des articles de fond. Il va retrouver une amie d'enfance qu'il va courtiser, qu'il va même épouser. Et puis un matin, il fait son footing, nous sommes en juillet 2012 et il se fait agresser et il va se réveiller deux mois avant...

Marc Levy :
Oui, il se fait assassiner. Il se voit mourir et quelques secondes après sa mort, il se réveille deux mois avant son assassinat.


Philippe Chauveau :
On est en mai 2012. Et il va essayer de remonter l'histoire pour savoir qui a voulu intenter à ses jours.


Marc Levy :
Après son assassinat, sa vie change beaucoup.

Philippe Chauveau :
Ca c'est différent parce que vous ne nous aviez pas habitué à ça, à un thriller, ou on tourne la page en se demandant ce qui va se passer après. Il y a plusieurs suspects potentiels et le lecteur est en train de se dire « ça pourrait être elle, ça pourrait être lui ». Vous aviez envie de brouiller les pistes, que le lecteur se perde au fil des pages en imaginant des situations ?


Marc Levy :
J'avais envie de changer. J'ai pris beaucoup de plaisir l'année dernière à écrire un roman « lent », qui était « L'étrange voyage de Monsieur Daldry ». Et cette année, j'avais envie d'écrire un roman hyper-tonique et h'avais aussi envie d'écrire un roman qui soit comme une montagne russe. J'avais envie de me mettre moi-même dans une intrigue indémêlable et de voir si j'allais réussir à m'en sortir et en fait, je me suis mis dans la peau de ce type.

Philippe Chauveau :
Ca veut dire qu'au début, vous ne saviez pas qui allait être le coupable ?


Marc Levy :
J'avais aucune idée. Entendez-bien qu'il est très important quand on écrit un roman, un thriller, un polar, une enquête, une chose est très importante, c'est qu'on ne peut pas mentir sur la finalité. Ca ne peut pas être un lapin qui sort du chapeau au dernier moment. Il faut qu'il y ait une vrai logique. D'ailleurs, dans ce roman, c'est le retour de l'inspecteur Pilguez, un de mes personnages récurrents et il a cette phrase où il dit : « trouvez un coupable sans comprendre son motif, c'est que la moitié du boulot accompli ». Donc ce qui est important, c'est de comprendre le motif et je trouve que le plus excitant dans un roman de ce genre là, c'est pas tant de trouver le coupable, c'est de comprendre pourquoi il a fait ça. Il y a six ou sept coupables potentiels, il y a une chance sur sept. Mais ce qui est intéressant c'est de ce dire « est-ce que j'ai chopé le motif qui a conduit à cet assassinat? » Ce qui obsède le personnage d'Andrew dans le roman, c'est pas seulement trouver qui, c'est de comprendre pourquoi ? D'ailleurs au début du roman, il s'installe dans un café et il commence à faire la liste des gens qui pourrait avoir envie de le tuer et c'est le plus grand malaise de sa vie. Tout-à-coup, il prend vraiment conscience qu'il y a des gens qui pourraient avoir envie de le dessouder.

Philippe Chauveau :
Andrew, aurions-nous un jour la chance de le revoir dans un autre roman ?


Marc Levy :
Oui. C'est un personnage avec qui j'ai passé un long hiver et je pense qu'il ne me lâchera pas comme ça.

Philippe Chauveau :
Merci beaucoup Marc Levy. Votre actualité, c'est ce nouveau titre « Si c'était à refaire » aux éditions Robert Laffont, également disponible chez Versilio.

Philippe Chauveau :
Marc Levy, il y a eu récemment « L'étrange voyage de Monsieur Daldry » et puis aujourd'hui un nouveau titre « Si c'était à refaire » et on change complètement d'univers parce que là vous nous entrainez dans une sorte de thriller. On est avec Andrew. Andrew est un journaliste qui vit à New-York, un journaliste au New-York Times. Il a gravi les échelons, parce qu'au début il a fait des bio dans la nécrologie, il a écrit ensuite des articles de fond. Il va retrouver une amie d'enfance qu'il va courtiser, qu'il va même épouser. Et puis un matin, il fait son footing, nous sommes en juillet 2012 et il se fait agresser et il va se réveiller deux mois avant...

Marc Levy :
Oui, il se fait assassiner. Il se voit mourir et quelques secondes après sa mort, il se réveille deux mois avant son assassinat.


Philippe Chauveau :
On est en mai 2012. Et il va essayer de remonter l'histoire pour savoir qui a voulu intenter à ses jours.


Marc Levy :
Après son assassinat, sa vie change beaucoup.

Philippe Chauveau :
Ca c'est différent parce que vous ne nous aviez pas habitué à ça, à un thriller, ou on tourne la page en se demandant ce qui va se passer après. Il y a plusieurs suspects potentiels et le lecteur est en train de se dire « ça pourrait être elle, ça pourrait être lui ». Vous aviez envie de brouiller les pistes, que le lecteur se perde au fil des pages en imaginant des situations ?


Marc Levy :
J'avais envie de changer. J'ai pris beaucoup de plaisir l'année dernière à écrire un roman « lent », qui était « L'étrange voyage de Monsieur Daldry ». Et cette année, j'avais envie d'écrire un roman hyper-tonique et h'avais aussi envie d'écrire un roman qui soit comme une montagne russe. J'avais envie de me mettre moi-même dans une intrigue indémêlable et de voir si j'allais réussir à m'en sortir et en fait, je me suis mis dans la peau de ce type.

Philippe Chauveau :
Ca veut dire qu'au début, vous ne saviez pas qui allait être le coupable ?


Marc Levy :
J'avais aucune idée. Entendez-bien qu'il est très important quand on écrit un roman, un thriller, un polar, une enquête, une chose est très importante, c'est qu'on ne peut pas mentir sur la finalité. Ca ne peut pas être un lapin qui sort du chapeau au dernier moment. Il faut qu'il y ait une vrai logique. D'ailleurs, dans ce roman, c'est le retour de l'inspecteur Pilguez, un de mes personnages récurrents et il a cette phrase où il dit : « trouvez un coupable sans comprendre son motif, c'est que la moitié du boulot accompli ». Donc ce qui est important, c'est de comprendre le motif et je trouve que le plus excitant dans un roman de ce genre là, c'est pas tant de trouver le coupable, c'est de comprendre pourquoi il a fait ça. Il y a six ou sept coupables potentiels, il y a une chance sur sept. Mais ce qui est intéressant c'est de ce dire « est-ce que j'ai chopé le motif qui a conduit à cet assassinat? » Ce qui obsède le personnage d'Andrew dans le roman, c'est pas seulement trouver qui, c'est de comprendre pourquoi ? D'ailleurs au début du roman, il s'installe dans un café et il commence à faire la liste des gens qui pourrait avoir envie de le tuer et c'est le plus grand malaise de sa vie. Tout-à-coup, il prend vraiment conscience qu'il y a des gens qui pourraient avoir envie de le dessouder.

Philippe Chauveau :
Andrew, aurions-nous un jour la chance de le revoir dans un autre roman ?


Marc Levy :
Oui. C'est un personnage avec qui j'ai passé un long hiver et je pense qu'il ne me lâchera pas comme ça.

Philippe Chauveau :
Merci beaucoup Marc Levy. Votre actualité, c'est ce nouveau titre « Si c'était à refaire » aux éditions Robert Laffont, également disponible chez Versilio.

Si c'était à refaire Robert Laffont / Versilio
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • Avec plus d'1M500 livres vendus en 2011, Marc Lévy reste l'un des auteurs les plus lus en France. Depuis son 1er roman « Et si c'était vrai » en 2000, Marc Lévy a su créer autour de lui un univers de lecteurs, et surtout de lectrices, fidèles, attendant avec impatience chaque nouveau titres. Le succès est international puisque ses romans sont traduits dans 45 langues.Et comme tout auteur populaire à succès, Marc Lévy subit une sorte de dédain de la part de certains autoproclamés spécialistes littéraires. C'est une attaque...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Marc Levy. Nous avons grand plaisir à vous recevoir à l'occasion de la sortie de votre nouveau roman « Si c'était à refaire ». On en reparlera. Peut-on dire que l'écriture est arrivée un peu par hasard dans votre vie ?Marc Levy :Oui et non. J'avais beaucoup de problèmes d'expression à l'oral. Il y avait – et il y a toujours – une pudeur, une réserve et une mise en arrière. J'adore être entouré de gens et être au milieu du monde, mais avec l'envie d'être invisible et l'écriture a été...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :Marc Levy, il y a eu récemment « L'étrange voyage de Monsieur Daldry » et puis aujourd'hui un nouveau titre « Si c'était à refaire » et on change complètement d'univers parce que là vous nous entrainez dans une sorte de thriller. On est avec Andrew. Andrew est un journaliste qui vit à New-York, un journaliste au New-York Times. Il a gravi les échelons, parce qu'au début il a fait des bio dans la nécrologie, il a écrit ensuite des articles de fond. Il va retrouver une amie d'enfance qu'il va courtiser,...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Le livre - Suite