Mireille Calmel

Mireille Calmel

Le Chant des sorcieres

Le livre 4'24
Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Mireille Calmel, bonjour. Nous sommes ensemble sur Web Tv Culture pour évoquer votre nouveau roman, votre nouvelle saga historique, « Le chant des sorcières » publiée chez XO. Nous sommes à Blaye, sur l'estuaire de la Gironde, Blaye c'est la citadelle de Vauban. C'est là que tout a commencé pur vous ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Oui c'est là que tout a commencé, c'est juste ici d'ailleurs, puisque vous avez ce qu'il reste malheureusement du château des Rudel, le château de ce troubadour qui courtisa la dame de compagnie d'Aliénor et qui est à l'origine du « Lit d'Aliénor ». C'est dans ces ruines que j'ai écrit « Le lit d'Aliénor ».

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : « Le lit d'Aliénor » donc et puis après « Lady pirate », « Le bal des louves » et aujourd'hui « Le chant des sorcières ». Comment est né ce personnage, cette jeune Algonde ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Elle est née d'un rêve un petit peu hors norme, un rêve récurrent fait pendant des semaines et des semaines, comme souvent d'ailleurs l'amorce de mes autres livres. Elle est née… tout d'abord dans une image, celle d'un homme enrubanné à la façon turque avec des yeux très très bleus, qui tenait un enfant dans les bras. Et puis une nuit, une date : 1484 qui vient s'ajouter en fond d'écran sur ce rêve. Et puis je me suis levée, j'ai commencé à pianoter sur internet en me disant : « Qu'est qu'y a pu se passer en 1484 en France, ans un endroit pareil ? » Et là, petit portail qui s'ouvre ; 1484, l'arrivée en France d'un prince turc, prisonnier des chevaliers de l'ordre de St Jean, le prince Djem. Alors je cherche un petit peu, et on me dit qu'il était fort amoureux d'une demoiselle Philippine de Sassenage. Alors je cherche « Sassenage » et là le portail s'ouvre encore et je tombe sur cette fameuse rivière qui s'engouffre dans les profondeurs de la montagne. Voilà ça c'est l'origine du chant des sorcières. Puisque la légende veut que dans ces eaux troubles du Furon se cache la fée Mélusine. Et puis je commence à écrire et le nom d'Algonde m'apparaît sous mes doigts.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Alors concrètement l'histoire se passe où ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : L'histoire se passe à Sassenage pour le premier tome et à la Batie-en-Royans pour le deuxième tome. Donc tout ça on est dans la vallée de l'Isère. C'est à la fois un livre qui raconte l'histoire de Mélusine, la prophétie qui est rattachée à la légende de Mélusine et de ses sœurs, et à la fois un livre qui est rattaché à l'histoire de France, avec ce personnage de Djem. Djem sultan, un homme qui a été le fils Mahomet II, l'homme qui un moment donné à conquis Constantinople et qui en a fait Istanbul.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Comme dans chacun de vos romans, chacune de vos fresques historiques, ce sont des histoires romancées, il y a de l'amour, des personnages haut en couleurs. Mais toujours aussi des points de détails sur l'Histoire qui sont très importants, beaucoup de recherches j'imagine ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Oui. Chacune de mes sagas représente en moyenne quatre ans de travail. Je ne suis pas toute seule, parce que moi je ne suis pas historienne. Je travaille avec des spécialistes que se soit de l'armement, de l'art, de la vie médiévale… Chaque région a ses spécificités donc le travail en plus de la connaissance de cette période-là, c'est aussi traquer les petits détails sur place. Donc je sais tous les détails, toutes les petites choses, mais pour moi le plus important ce n'est pas de les dire, c'est qu'on les sente.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Autour d'Algonde évoluent de nombreux personnages, le baron Jacques ou encore Philippine, Enguerrand, Mathieu évidemment. Tous ces personnages sont-ils maîtres de leur destins ou ne sont-ils que les jouets des maléfices de Mélusine ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Ils vont devoir déjouer toute cette méchanceté, tous ces maléfices, toute cette atmosphère démoniaque autour d'eux et en même temps veiller à ce que cette prophétie s'accomplisse.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : « Le chant des sorcières », trois tomes mais l'aventure ne va pas s'arrêter là ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Non, il faut savoir que le troisième tome clôt le cycle du « chant des sorcières », mais qu'il y aura deux autres livres qui seront rattachés à cette saga et qui termineront la saga avec les enfants. Parce que cette saga a de multiples ramifications. Autour de cette prophétie gravitent le destin de trois couples, il faut qu'ils redeviennent maîtres de leurs destins à un moment donné, il faut qu'ils donnent corps à la prophétie et que l'histoire de France se continue. Je ne vous dis pas tout ! mais croyez moi c'est riche en rebondissement, vous ne vous ennuierez pas.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Et bien cela nous promet encore de belles heures passionnantes de lecture. Mireille Calmel, merci beaucoup de nous avoir reçu ici chez vous en Gironde, à côté de Blaye. Mireille Calmel, « Le chant des sorcières » aux éditions XO.
Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Mireille Calmel, bonjour. Nous sommes ensemble sur Web Tv Culture pour évoquer votre nouveau roman, votre nouvelle saga historique, « Le chant des sorcières » publiée chez XO. Nous sommes à Blaye, sur l'estuaire de la Gironde, Blaye c'est la citadelle de Vauban. C'est là que tout a commencé pur vous ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Oui c'est là que tout a commencé, c'est juste ici d'ailleurs, puisque vous avez ce qu'il reste malheureusement du château des Rudel, le château de ce troubadour qui courtisa la dame de compagnie d'Aliénor et qui est à l'origine du « Lit d'Aliénor ». C'est dans ces ruines que j'ai écrit « Le lit d'Aliénor ».

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : « Le lit d'Aliénor » donc et puis après « Lady pirate », « Le bal des louves » et aujourd'hui « Le chant des sorcières ». Comment est né ce personnage, cette jeune Algonde ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Elle est née d'un rêve un petit peu hors norme, un rêve récurrent fait pendant des semaines et des semaines, comme souvent d'ailleurs l'amorce de mes autres livres. Elle est née… tout d'abord dans une image, celle d'un homme enrubanné à la façon turque avec des yeux très très bleus, qui tenait un enfant dans les bras. Et puis une nuit, une date : 1484 qui vient s'ajouter en fond d'écran sur ce rêve. Et puis je me suis levée, j'ai commencé à pianoter sur internet en me disant : « Qu'est qu'y a pu se passer en 1484 en France, ans un endroit pareil ? » Et là, petit portail qui s'ouvre ; 1484, l'arrivée en France d'un prince turc, prisonnier des chevaliers de l'ordre de St Jean, le prince Djem. Alors je cherche un petit peu, et on me dit qu'il était fort amoureux d'une demoiselle Philippine de Sassenage. Alors je cherche « Sassenage » et là le portail s'ouvre encore et je tombe sur cette fameuse rivière qui s'engouffre dans les profondeurs de la montagne. Voilà ça c'est l'origine du chant des sorcières. Puisque la légende veut que dans ces eaux troubles du Furon se cache la fée Mélusine. Et puis je commence à écrire et le nom d'Algonde m'apparaît sous mes doigts.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Alors concrètement l'histoire se passe où ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : L'histoire se passe à Sassenage pour le premier tome et à la Batie-en-Royans pour le deuxième tome. Donc tout ça on est dans la vallée de l'Isère. C'est à la fois un livre qui raconte l'histoire de Mélusine, la prophétie qui est rattachée à la légende de Mélusine et de ses sœurs, et à la fois un livre qui est rattaché à l'histoire de France, avec ce personnage de Djem. Djem sultan, un homme qui a été le fils Mahomet II, l'homme qui un moment donné à conquis Constantinople et qui en a fait Istanbul.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Comme dans chacun de vos romans, chacune de vos fresques historiques, ce sont des histoires romancées, il y a de l'amour, des personnages haut en couleurs. Mais toujours aussi des points de détails sur l'Histoire qui sont très importants, beaucoup de recherches j'imagine ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Oui. Chacune de mes sagas représente en moyenne quatre ans de travail. Je ne suis pas toute seule, parce que moi je ne suis pas historienne. Je travaille avec des spécialistes que se soit de l'armement, de l'art, de la vie médiévale… Chaque région a ses spécificités donc le travail en plus de la connaissance de cette période-là, c'est aussi traquer les petits détails sur place. Donc je sais tous les détails, toutes les petites choses, mais pour moi le plus important ce n'est pas de les dire, c'est qu'on les sente.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Autour d'Algonde évoluent de nombreux personnages, le baron Jacques ou encore Philippine, Enguerrand, Mathieu évidemment. Tous ces personnages sont-ils maîtres de leur destins ou ne sont-ils que les jouets des maléfices de Mélusine ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Ils vont devoir déjouer toute cette méchanceté, tous ces maléfices, toute cette atmosphère démoniaque autour d'eux et en même temps veiller à ce que cette prophétie s'accomplisse.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : « Le chant des sorcières », trois tomes mais l'aventure ne va pas s'arrêter là ?

Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Non, il faut savoir que le troisième tome clôt le cycle du « chant des sorcières », mais qu'il y aura deux autres livres qui seront rattachés à cette saga et qui termineront la saga avec les enfants. Parce que cette saga a de multiples ramifications. Autour de cette prophétie gravitent le destin de trois couples, il faut qu'ils redeviennent maîtres de leurs destins à un moment donné, il faut qu'ils donnent corps à la prophétie et que l'histoire de France se continue. Je ne vous dis pas tout ! mais croyez moi c'est riche en rebondissement, vous ne vous ennuierez pas.

Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Et bien cela nous promet encore de belles heures passionnantes de lecture. Mireille Calmel, merci beaucoup de nous avoir reçu ici chez vous en Gironde, à côté de Blaye. Mireille Calmel, « Le chant des sorcières » aux éditions XO.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Née à Martigues sous le soleil de Provence et aujourd'hui installée en Aquitaine, Mireille Calmel a connu le succès avec ses grandes fresques historiques : « Le bal des louves », « Le lit d'Aliénor », « Lady pirate » vendus à plus de deux millions d'exemplaires et traduits dans une dizaine de pays. Aujourd'hui Mireille Calmel nous propose sa nouvelle saga historique « le chant des sorcières » publiée chez XO éditions. Mireille Calmel nous plonge au coeur du quinzième siècle, sur les traces de la belle Algonde. Et dans...La prisonnière du diable de Mireille Calmel - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Mireille Calmel, bonjour. « Le lit d'Aliénor», « Le bal des louves », aujourd'hui « Le chant des sorcières », toutes vos histoires nous emmènent dans des périodes historiques avec des personnages tout à fait extraordinaires. Quel enfant étiez-vous ? Etiez-vous plutôt une petite fille qui rêvait de princesse ou au contraire une petite fille un peu aventurière, un peu batailleuse ? Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : J'aurais aimé être aventurière ! L'aventure a été dans les...La prisonnière du diable de Mireille Calmel - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web TV Culture) : Mireille Calmel, bonjour. Nous sommes ensemble sur Web Tv Culture pour évoquer votre nouveau roman, votre nouvelle saga historique, « Le chant des sorcières » publiée chez XO. Nous sommes à Blaye, sur l'estuaire de la Gironde, Blaye c'est la citadelle de Vauban. C'est là que tout a commencé pur vous ? Mireille Calmel (Le chant des sorcières) : Oui c'est là que tout a commencé, c'est juste ici d'ailleurs, puisque vous avez ce qu'il reste malheureusement du château des Rudel, le château de...La prisonnière du diable de Mireille Calmel - Le livre - Suite
    Le libraire Sylvain BOUNY Maison de la presse 2 rte St Savin 33920 SAINT CHRISTOLY DE BLAYE 05 57 42 46 10 Ecrivain à succès, toujours la même, accessible à tout le monde. Simple, disponible. C'est vrai qu'avec un roman, elle peut en faire trois, quatre, cinq tomes et puis ça peut partir avec des romans de milles pages et on ne s'ennuie pas. Il y a toujours plein de rebondissements dans l'histoire. Et puis la fluidité de son écriture, toutes ses recherches, parce que, on sait que pour le premier ouvrage, qui a énormément...La prisonnière du diable de Mireille Calmel - L'avis du libraire - Suite