Philippe Besson

Philippe Besson

La trahison de Thomas Spencer

Le livre 4'18
Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Philippe Besson, nous sommes ensemble sur WebTVCulture pour parler de votre nouveau roman, votre dixième roman, qui paraît chez Julliard, "La trahison de Thomas Spencer", une belle histoire d'amitié, puis une trahison qui vient à la fois par une femme, et à la fois par la guerre. Comment est elle née cette histoire finalement ?

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ma première volonté est de raconter ce sentiment qu'est l'amitié, et qui peut être un sentiment aussi puissant et aussi violent que le sentiment amoureux. Par ailleurs, j'avais envie de retourner aux États Unis et de continuer ce chemin en Amérique comme avec mes précédents livres. Je voulais raconter ces années cinquante et soixante que je n'ai pas connues, et qui sont une sorte d'âge d'or.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Ces deux jeunes, Paul et Thomas, sont nés le 6 août 1945, le jour d'Hiroshima. Ensuite, il y a tous ces évènements qui sont en parallèle, comme la mort de Kennedy et de Martin Luther King. C'était important pour vous de revivre personnellement ces événements qui nous marquent encore aujourd'hui ?

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ce sont les jalons de notre propre histoire commune et de notre patrimoine. Ce qui est très étonnant, c'est que l'on croit que les années cinquante et soixante ont été un âge d'or. Mais quand on regarde de plus près, c'est aussi un temps très convulsif, très accidentel puisque les années cinquante, c'est le maccarthysme et la ségrégation raciale ; les années soixante ce sont les assassinats politiques. Ensuite, les années cinquante commencent par la guerre de Corée et les années soixante se terminent par la guerre du Vietnam. Ce qui m'intéressait, c'était de prendre les évènements pour la résonance qu'ils ont sur l'intimité de mes deux personnages.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Les régions de la Louisiane et du Mississipi, qui sont les décors dans votre livre, sont des régions bien particulières à cette période du siècle.

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Le sud des États-Unis est une terre très conservatrice. C'est un sud corseté, puritain, pudibond, conservateur où le désir est comprimé, mais tout ça est au bord d'exploser. D'une part, il est marqué par les champs de coton et l'esclavage, et d'autre part, on sent que l'étincelle va s'allumer. J'aime donc beaucoup cette atmosphère. Puis, c'est une géographie qui a produit une littérature formidable parce qu'elle me paraît être une des plus intéressante. Les auteurs de cette littérature sont Faulkner, Tennessee Williams et encore plein d'autres.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
C'est donc l'un des deux héros, Thomas, qui raconte sa trahison. Il trahit mais il culpabilise énormément...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
C'est quelqu'un qui est traversé par le remords, et qui prend à témoin un lecteur ou un auditeur imaginaire en lui disant : « Si je vous raconte l'histoire, vous allez me prendre pour un salaud. Mais si je vous explique comment j'en suis arrivé là et comment je suis devenu un traître, peut-être que vous allez me pardonner ». Donc c'est quelqu'un qui prend la parole dans l'espoir de se faire pardonner et de se faire comprendre.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
J'aimerais juste un mot sur Claire qui est le personnage féminin du livre. Elle passe de la lumière à l'ombre...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ce que j'aime dans le personnage de Claire, c'est qu'elle est la plus libre de tous. Elle est insolente, va déniaiser les deux héros, parce qu'ils ont un coté culs terreux de l'Amérique profonde. Elle va les bousculer pour le meilleur et pour le pire. Sa liberté va devenir une forme de danger et va les mener au bord du gouffre. J'aime bien cette idée que l'on marche inexorablement vers le drame. Ce livre parle de gens heureux qui vont cesser de l'être et qui sont au-dessus d'un volcan et qui dansent.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Derrière ces lignes, c'est toute la beauté et la fragilité de l'amitié que vous dépeignez...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Oui. C'est de se dire que l'amitié se perd souvent sur rien ou sur quelque chose que l'on a pas vu venir. Paul et Thomas se sont séparés petit à petit d'abord sur des détails et ensuite sur des valeurs. Quand Claire arrive, elle ne provoque pas la trahison mais la révèle. Le problème est que souvent nos trahisons infimes ont des conséquences infimes. Je voulais raconter une trahison infime qui a des conséquences irréparables.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Merci beaucoup Philippe Besson, « La trahison de Thomas Spencer » , votre nouveau roman aux Éditions Julliard.
Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Philippe Besson, nous sommes ensemble sur WebTVCulture pour parler de votre nouveau roman, votre dixième roman, qui paraît chez Julliard, "La trahison de Thomas Spencer", une belle histoire d'amitié, puis une trahison qui vient à la fois par une femme, et à la fois par la guerre. Comment est elle née cette histoire finalement ?

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ma première volonté est de raconter ce sentiment qu'est l'amitié, et qui peut être un sentiment aussi puissant et aussi violent que le sentiment amoureux. Par ailleurs, j'avais envie de retourner aux États Unis et de continuer ce chemin en Amérique comme avec mes précédents livres. Je voulais raconter ces années cinquante et soixante que je n'ai pas connues, et qui sont une sorte d'âge d'or.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Ces deux jeunes, Paul et Thomas, sont nés le 6 août 1945, le jour d'Hiroshima. Ensuite, il y a tous ces évènements qui sont en parallèle, comme la mort de Kennedy et de Martin Luther King. C'était important pour vous de revivre personnellement ces événements qui nous marquent encore aujourd'hui ?

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ce sont les jalons de notre propre histoire commune et de notre patrimoine. Ce qui est très étonnant, c'est que l'on croit que les années cinquante et soixante ont été un âge d'or. Mais quand on regarde de plus près, c'est aussi un temps très convulsif, très accidentel puisque les années cinquante, c'est le maccarthysme et la ségrégation raciale ; les années soixante ce sont les assassinats politiques. Ensuite, les années cinquante commencent par la guerre de Corée et les années soixante se terminent par la guerre du Vietnam. Ce qui m'intéressait, c'était de prendre les évènements pour la résonance qu'ils ont sur l'intimité de mes deux personnages.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Les régions de la Louisiane et du Mississipi, qui sont les décors dans votre livre, sont des régions bien particulières à cette période du siècle.

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Le sud des États-Unis est une terre très conservatrice. C'est un sud corseté, puritain, pudibond, conservateur où le désir est comprimé, mais tout ça est au bord d'exploser. D'une part, il est marqué par les champs de coton et l'esclavage, et d'autre part, on sent que l'étincelle va s'allumer. J'aime donc beaucoup cette atmosphère. Puis, c'est une géographie qui a produit une littérature formidable parce qu'elle me paraît être une des plus intéressante. Les auteurs de cette littérature sont Faulkner, Tennessee Williams et encore plein d'autres.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
C'est donc l'un des deux héros, Thomas, qui raconte sa trahison. Il trahit mais il culpabilise énormément...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
C'est quelqu'un qui est traversé par le remords, et qui prend à témoin un lecteur ou un auditeur imaginaire en lui disant : « Si je vous raconte l'histoire, vous allez me prendre pour un salaud. Mais si je vous explique comment j'en suis arrivé là et comment je suis devenu un traître, peut-être que vous allez me pardonner ». Donc c'est quelqu'un qui prend la parole dans l'espoir de se faire pardonner et de se faire comprendre.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
J'aimerais juste un mot sur Claire qui est le personnage féminin du livre. Elle passe de la lumière à l'ombre...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Ce que j'aime dans le personnage de Claire, c'est qu'elle est la plus libre de tous. Elle est insolente, va déniaiser les deux héros, parce qu'ils ont un coté culs terreux de l'Amérique profonde. Elle va les bousculer pour le meilleur et pour le pire. Sa liberté va devenir une forme de danger et va les mener au bord du gouffre. J'aime bien cette idée que l'on marche inexorablement vers le drame. Ce livre parle de gens heureux qui vont cesser de l'être et qui sont au-dessus d'un volcan et qui dansent.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Derrière ces lignes, c'est toute la beauté et la fragilité de l'amitié que vous dépeignez...

Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) :
Oui. C'est de se dire que l'amitié se perd souvent sur rien ou sur quelque chose que l'on a pas vu venir. Paul et Thomas se sont séparés petit à petit d'abord sur des détails et ensuite sur des valeurs. Quand Claire arrive, elle ne provoque pas la trahison mais la révèle. Le problème est que souvent nos trahisons infimes ont des conséquences infimes. Je voulais raconter une trahison infime qui a des conséquences irréparables.

Philippe Chauveau (Web Tv Culture)
Merci beaucoup Philippe Besson, « La trahison de Thomas Spencer » , votre nouveau roman aux Éditions Julliard.

La trahison de Thomas Spencer Aux Editions Julliard
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • C'est l'Amérique qui sert de cadre au nouveau roman de Philippe Besson, « La trahison de Thomas Spencer », publié aux éditions Julliard. En 1999, Philippe Besson était un inconnu, il créée la surprise avec un premier roman « En l'absence des hommes » mettant en scène Marcel Proust sur fond de 1ère Guerre mondiale. 10 ans plus tard, Philippe Besson est devenu une valeur sûre du milieu littéraire français et chacun de ses romans est attendu comme un événement. Philippe Besson n'a pas son pareil pour aller au plus...Le dernier enfant de Philippe Besson - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) : Philippe Besson, merci de nous recevoir pour Web Tv Culture. Votre nouveau roman, votre dixième roman, dix romans en dix ans… Cette grande aventure, vous l'avez espérée ou finalement est ce que c'est chaque jour une surprise ? Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) : Non, je ne l'ai pas espérée du tout, je ne l'avais même pas du tout envisagée. C'est-à-dire que je suis tellement venu à l'écriture des romans par hasard, que vraiment je n'aurais pas pu une seconde imaginer ce qui...Le dernier enfant de Philippe Besson - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau (Web Tv Culture) Philippe Besson, nous sommes ensemble sur WebTVCulture pour parler de votre nouveau roman, votre dixième roman, qui paraît chez Julliard, "La trahison de Thomas Spencer", une belle histoire d'amitié, puis une trahison qui vient à la fois par une femme, et à la fois par la guerre. Comment est elle née cette histoire finalement ? Philippe Besson (La trahison de Thomas Spencer) : Ma première volonté est de raconter ce sentiment qu'est l'amitié, et qui peut être un sentiment aussi puissant et...Le dernier enfant de Philippe Besson - Le livre - Suite
    Alain Monge Librairie Sauramps Le Triangle 34967 Montpellier 04 67 06 78 78 Il y a un livre de Besson qui sort en librairie presque tous les ans et c'est souvent une histoire d'homme. Mais, ce dernier livre est différent car c'est une histoire d'amitié. Ce sont deux garçons, presque deux jumeaux qui ont grandi ensemble dans une région du Sud des États Unis près du Mississippi. Ils ont une amitié indéfectible qui va durer trente ans et qui couvre tous les grands moments de l'histoire américaine comme la guerre de Corée, celle...Le dernier enfant de Philippe Besson - L'avis du libraire - Suite