Philippe Besson

Philippe Besson

Une bonne raison de se tuer

L'avis du libraire 0'58

Librairie Del Duca
(Paris)
Sylvie Gaudenzi
C'est un roman qui lui ressemble vraiment bien. C'est un univers qui est très Besson. Dès les premières lignes, on est vraiment dans un univers feutré, avec une sorte de douceur qui est installée dès le début par un rythme, une écriture particulière. C'est un roman qui est assez triste, qui parle de deux personnages qui vont mal. C'est une tragédie. C'est quand même un livre qui est agréable à lire, il y a une douceur, on est un peu enveloppé dans ses phrases, dans ses rythmes, c'est très poétique. Du coup, la poésie efface un peu la rudesse de l'histoire. On passe un très bon moment de lecture, parce qu'on est dans de la belle littérature tout simplement.

Librairie Del Duca
(Paris)
Sylvie Gaudenzi
C'est un roman qui lui ressemble vraiment bien. C'est un univers qui est très Besson. Dès les premières lignes, on est vraiment dans un univers feutré, avec une sorte de douceur qui est installée dès le début par un rythme, une écriture particulière. C'est un roman qui est assez triste, qui parle de deux personnages qui vont mal. C'est une tragédie. C'est quand même un livre qui est agréable à lire, il y a une douceur, on est un peu enveloppé dans ses phrases, dans ses rythmes, c'est très poétique. Du coup, la poésie efface un peu la rudesse de l'histoire. On passe un très bon moment de lecture, parce qu'on est dans de la belle littérature tout simplement.

Une bonne raison de se tuer Aux éditions Julliard
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Le 1er roman de Philippe Besson « En l'absence des hommes » en 2001 avait fortement marqué les esprits. Succès critique et public, le livre fut récompensé notamment par le Prix Emmanuel Roblès du 1er roman. Très vite Philippe Besson va enchaîner les titres et quels qu'en soient les lieux ou les époques, on y retrouve le goût de l'auteur à décrypter les sentiments, à fouiller les cœurs et les âmes avec toujours une écriture vive, limpide, d'une extrême sensibilité, sans jamais tomber dans la facilité. « Un garçon...Un certain Paul Darrigrand de Philippe Besson - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Philippe Besson. Merci de nous recevoir. Votre actualité chez Julliard « Une bonne raison de se tuer ». Entre Philippe Besson en 2000-2001 qui publiait « En l'absence des hommes » et Philippe Besson en 2012 qui publie « Une bonne raison de se tuer », est-ce le même personnage ?Philippe Besson :Forcément non, parce que le passage des années vous change, vous fait prendre des directions imprévues et que la somme des rencontres qu'on fait par ailleurs, ça nourrit. Et la somme des voyages qu'on...Un certain Paul Darrigrand de Philippe Besson - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :Philippe Besson, merci de nous recevoir à l'occasion de la sortie chez Julliard de votre nouveau roman, c'est le douzième, « Une bonne raison de se tuer ». Douze romans en douze ans. Nous avons deux personnages. Nous avons Laura qui est une femme d'une quarantaine d'années ?Philippe Besson :Quarante-cinq ans.Philippe Chauveau :Elle vit à Los Angeles et elle a décidé de mettre fin à ses jours et puis un autre personnage qu'on va découvrir au fil des pages, c'est Samuel qui lui a aussi dans ses eaux là et...Un certain Paul Darrigrand de Philippe Besson - Le livre - Suite
    Librairie Del Duca(Paris)Sylvie Gaudenzi C'est un roman qui lui ressemble vraiment bien. C'est un univers qui est très Besson. Dès les premières lignes, on est vraiment dans un univers feutré, avec une sorte de douceur qui est installée dès le début par un rythme, une écriture particulière. C'est un roman qui est assez triste, qui parle de deux personnages qui vont mal. C'est une tragédie. C'est quand même un livre qui est agréable à lire, il y a une douceur, on est un peu enveloppé dans ses phrases, dans ses rythmes, c'est...Un certain Paul Darrigrand de Philippe Besson - L'avis du libraire - Suite