François D'Epenoux

L'auteur :

Né en 1963, d’un père français et d’une mère danoise, François d’Epenoux a suivi des études de journalisme, s’inspirant de la carrière paternelle. Mais c’est finalement dans la publicité qu’il va évoluer professionnellement, au sein de la célèbre agence Ogilvy.

Passionné d’écriture, il écrit à ses heures perdues et publie un 1er roman en 1995 « Gégé » en lice pour le Goncourt du premier roman. Mais c’est avec « Deux jours à tuer » que le public le découvre vraiment. Le roman sera adapté au cinéma par Jean Becker avec Albert Dupontel dans le rôle principal. Suivront « Les papas du dimanche » ou encore « Même pas mal » avant « Le réveil du cœur » qui reçoit le Prix des Maisons de la presse 2014.

En 2020, loin du registre bienveillant dans lequel il évolue, oscillant entre le thriller et la satire sociale, François d’Epenoux publie « Les désossés ».

En 2023, il raconte la relation complexe d’un père et des fils zadiste dans « Le roi nu pieds » (Ed. Anne Carrière)

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • François d’Epenoux vient du monde de la publicité. En 1995, il publie son premier roman « Gégé ». Depuis, on le retrouve régulièrement en librairie. Et cela lui réussit plutôt bien. A travers une écriture contemporaine mais recherchée à la fois, des thématiques qui parlent à chacun d’entre nous, une sensibilité qui ne verse jamais dans la sensiblerie, François d’Epenoux a su se démarquer et construire son propre univers. Parmi ses précédents titres, rappelons que certains ont été adaptés au cinéma comme... de François D'Epenoux - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour François d'Epenoux. François d'Epenoux : Bonjour. Philippe Chauveau : « Le presque » c'est votre actualité aux éditions Anne Carrière, c'est déjà votre 11e titre. Vous évoluez dans le domaine de la publicité, est-ce qu'il y a une passerelle entre la publicité et l'écriture romanesque? François d'Epenoux : Oui, les deux s'enrichissent mutuellement, la publicité nous apprend le rythme et la concision et c'est quelque chose que l'on retrouve parfois dans les dialogues de mes romans. Il y a un... de François D'Epenoux - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dans ce nouveau roman « Le presque » nous faisons connaissance avec Marc. On pourrait croire qu'il a plutôt réussi sa vie, il a 54 ans, il a une jolie femme, Chloé, deux enfants, il travaille dans l'immobilier, il a un bel appartement, mais il n'est pas heureux. Qui est-il? François d'Epenoux : C'est un homme ordinaire qui cache pas mal de cases. Il ne ferait pleurer personne, ça va plutôt pour lui, mais il est sincèrement malheureux et toute la question est de savoir s’il a le droit d'être malheureux... de François D'Epenoux - Livre - Suite