Miguel Bonnefoy

Miguel Bonnefoy

Le voyage d'Octavio

Présentation 1'42

Retenez bien son nom. Miguel Bonnefoy n'a sans doute pas fini de faire parler de lui. En 2013, il reçut le prix du jeune écrivain de langue française pour sa nouvelle « Icare ». Mais c'est avec ce premier roman qu'il se fait réellement connaître « Le voyage d'Octavio », sélectionné pour le Goncourt des lycéens, le prix Emmanuel Roblès ou le prix de la Vocation qu'il vient de remporter.

Fils d'un écrivain chilien et d'une mère diplomate vénézuélienne, Miguel Bonnefoy connait le pouvoir des mots et de la littérature. Sillonnant le monde, installé aujourd'hui à Paris, il reste néanmoins fondamentalement attaché à sa terre d'origine, le Venezuela. On ne s'étonnera donc pas que l'auteur ait créé ce personnage d'Octavio, analphabète, qui, grâce à une femme, va à son tour découvrir l'alphabet et voir s'ouvrir devant lui un nouveau monde insoupçonné.

Quant au Venezuela, fantasmé, avec ses ombres et ses lumières, il n'est pas une simple toile de fond mais bien un personnage à part entière, voire même le héros de ce roman plein de poésie, d'amour et de violence.

Roman picaresque au cours duquel Octavio croisera une multitude d'êtres surprenants, le livre de Miguel Bonnefoy séduit aussi par le style, l'écriture, la richesse du vocabulaire, le travail de la syntaxe, tout un univers littéraire qui fait tellement défaut aujourd'hui à bon nombre de jeunes auteurs.

Je laisse la conclusion au romancier Alain Mabanckou qui écrit à propos de Miguel Bonnefoy,

« Le Voyage d'Octavio » devient, de page en page, un hymne à la condition humaine, une réécriture du monde qui redonne à la littérature tout son pouvoir.

« Le voyage d'Octavio » de Miguel Bonnefoy est publié chez Rivages.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Retenez bien son nom. Miguel Bonnefoy n'a sans doute pas fini de faire parler de lui. En 2013, il reçut le prix du jeune écrivain de langue française pour sa nouvelle « Icare ». Mais c'est avec ce premier roman qu'il se fait réellement connaître « Le voyage d'Octavio », sélectionné pour le Goncourt des lycéens, le prix Emmanuel Roblès ou le prix de la Vocation qu'il vient de remporter. Fils d'un écrivain chilien et d'une mère diplomate vénézuélienne, Miguel Bonnefoy connait le pouvoir des mots et de la littérature....Héritage de Miguel Bonnefoy - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Miguel Bonnefoy. J'ai l'impression que vous vivez une belle aventure avec « Le voyage d'Octavio ». C'est votre premier roman mais ce n'est pas votre premier livre. On aura l'occasion de revenir dessus et vous êtes publié chez Rivages. Finalement, vous êtes tombé dans la littérature quand vous étiez petit ! Votre mère est diplomate vénézuélienne et votre père est un écrivain chilien, cela veut-il dire que les livres ont toujours fait partie de votre univers ? Miguel Bonnefoy : Ma mère, en...Héritage de Miguel Bonnefoy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Quelle drôle d'histoire que celle d'Octavio ! C'est une sorte de roman picaresque puisque Octavio est un jeune garçon analphabète qui va voir le monde s'ouvrir à lui. Lorsqu'il rencontre cette belle Venezuela, il rencontre la magie des mots, de l'écriture et de la lecture et sa vie va s'en trouver bouleversée. Je dis roman picaresque, parce que Octavio va rencontrer tout un tas de personnages. Alors il y a les personnages et il y a Le personnage. Une question Miguel Bonnefoy, le héros c'est Octavio ou c'est...Héritage de Miguel Bonnefoy - Livre - Suite
    J'ai beaucoup aimé le roman de Miguel Bonnefoy, par l'histoire du Venezuela qu'on connait moins et par cette écriture poétique qu'ont les gens d'Amérique du Sud. Il l'a écrit en français certes, mais il a cette poésie dans son écriture qui fait qu'on part dans un voyage initiatique, comme un Candide de Voltaire, sur les traces d'un pays qu'on connait peu et qui est comme un jardin d'Eden à découvrir. Les points forts de ce roman sont une écriture à la fois courte et foisonnante, très poétique, très dense. Il a une...Héritage de Miguel Bonnefoy - L'avis du libraire - Suite