Yves Viollier

Yves Viollier

À quoi pensent les saumons

Présentation 00'02'52"

Avec près de 50 livres à son actif, Yves Viollier en a des souvenirs à raconter. Ses premiers romans, confidentiels, écrits lorsqu’il était encore enseignant, son premier grand succès avec « Jeanne la Polonaise » en 1987 ou les virées et les conversations animées avec ses amis de l’Ecole de Brive, Signol, Tillinac, Michelet, Peyramaure, tous ces auteurs qui nous rappelaient que la littérature vivait aussi en province là où le nouveau roman très germanopratin s’ingéniait alors à nous faire croire que seule la capitale pouvait abriter des écrivains.

Fidèle à ses racines vendéennes, Yves Viollier a d’ailleurs régulièrement situé l’action de ses romans dans les campagnes de l’Ouest de la France. Pourtant, les thèmes qu’il aborde sont souvent universels et chacun de pouvoir se les approprier.

Il le reconnait lui-même, ses livres naissent de rencontres, d’histoires qu’on lui raconte. C’est le cas pour ce nouveau titre, « A quoi pensent les saumons » qu’Yves Viollier publie aux Presses de la Cité suite à sa rencontre, justement, avec un résistant vendéen déporté, Pierre Mauger.

S’il s’inspire des souvenirs de cet homme, c’est bel et bien un roman que l’auteur nous propose, l’histoire de Simon et son épouse Claude. A 80 ans passés, tous deux vivent tranquillement dans leur ferme vendéenne. Mais suite à sa dernière visite, peu réjouissante, chez le médecin, Simon a pris sa décision. Après avoir tu pendant des années les souvenirs de sa jeunesse, il va retourner à Mauthausen, dans le camp où il a été déporté, lui le résistant qui a été trahi.

Au grand dam de leurs enfants qui ne comprennent pas ce besoin du retour en arrière, Simon et son épouse montent dans leur pickup bringuebalant et prennent la direction du nord de l’Autriche.

C’est ce couple âgé, fusionnel, amoureux comme au premier jour, que nous allons suivre pendant ce périple. Entre Simon qui s’était toujours refusé à raconter son passé de déporté, et son épouse Claude qui avait toujours accepté ce silence, le dialogue s’engage entre leurs souvenirs à deux et ceux de Simon dans l’enfer du camp. Ceux qui y sont restés, la violence des soldats, la faim, l’odeur des corps brûlés, tout revient à la mémoire de Simon. Mais face à son épouse Claude, c’est aussi l’histoire de leur propre couple qui reprend le dessus et rappelle à Simon que l’amour est plus fort que tout.

Voilà un livre bouleversant avec des pages très sombres certes mais voilà surtout un livre lumineux, joyeux grâce à ces deux personnages authentiques et attachants qui donnent foi en l’humanité.

« A quoi pensent les saumons » d’Yves Viollier est publié aux Presses de la Cité et c’est un coup de cœur.

À quoi pensent les saumons Les Presses de la Cité
À la une : Yves Viollier -
  • PRÉSENTATION
  • Avec près de 50 livres à son actif, Yves Viollier en a des souvenirs à raconter. Ses premiers romans, confidentiels, écrits lorsqu’il était encore enseignant, son premier grand succès avec « Jeanne la Polonaise » en 1987 ou les virées et les conversations animées avec ses amis de l’Ecole de Brive, Signol, Tillinac, Michelet, Peyramaure, tous ces auteurs qui nous rappelaient que la littérature vivait aussi en province là où le nouveau roman très germanopratin s’ingéniait alors à nous faire croire que seule la... d'Yves Viollier - Présentation - Suite