Jérôme Camut et Nathalie Hug

Jérôme Camut et Nathalie Hug

W3, le sourire des pendus

Portrait 3'29

Bonjour Jérôme Camut vous publiez aux éditions Télémaque votre nouveau titre , votre nouveau thriller avec bien sur votre épouse Nathalie Hug. Ca s'appelle W3.
Cette envie d' écriture remonte j'imagine à assez loin, votre première publication c'était 2002 chez Bragelonne c'était « Malhorne ». Quel souvenir gardez-vous de ce premier livre publié ? Est ce que c'était l'aboutissement, une concrétisation d'un rêve de gamin ?
Un rêve de gamin ? Non pas du tout. J'ai commencé à penser à écrire tardivement, quand j'était en train de l'écrire je pensais que je livrais dans le premier tome de « Malhorne » tout ce que j'avais à dire.
Quand j'ai fini ce tome je pensais qu'il n'y avait plus rien à raconter, que j'avais tout dit, de ce que j'avais la possibilité de raconter. Je me suis aperçu après que ce n'était pas le cas.
Nathalie Hug vous découvre par ce livre : « Malhorne ». Elle vous contacte, vous nous l'avez confié dans une précédente interview qu'elle vous a même écrit un poème et c'est un petit peu comme ça que vous l'avez découverte.
Vous vous êtes mariés et depuis vous travaillez ensemble. Est ce que c'est facile au quotidien d'écrire à deux ?
Nous c'est évident sinon on ne le ferais pas, très honnêtement aujourd'hui j'ai pas du tout envie d' écrire tout seul.
Qu'est ce que ça apporte ?
Tout, tout ce qu'il me manque, Nathalie m'apporte tout ce qu'il me manque et je lui apporte une partie de ce qui lui manque étant donné que c'est une femme donc elle est bien plus achevée que moi, donc il lui manque moins de choses.
Mais moi personnellement je suis un coureur de fond, c'est-à-dire j'aime écrire, écrire , écrire et elle elle retravaille tout ce que je fait.
Qu'est ce que vous apporte l'écriture Jérôme Camut ? Est ce que c'est une sorte de thérapie ? D'apaisement ? Comment le vivez vous lorsque vous écrivez ?
Ce que ça m'apporte c'est de ne pas avoir de personnes sur qui compter en dehors de Nathalie, ça m'apporte de pouvoir travailler dans mon coin.
J'aime travailler seul, travailler avec Nathalie c'est travailler seul, seul à deux, ce qui est un peu contradictoire mais pourtant c'est ce que l'on vit, c'est une totale liberté d'écriture.
Au delà du suspense que vous nous proposez dans chacun de vos livres il y a quand même une constante c'est le regard à la fois violent, triste, désabusé que vous portez souvent sur notre époque contemporaine, sur la vie, le quotidien qui nous entoure,
est ce que ce sont vos personnages qui s'expriment ou est-ce que c'est le couple Jérôme Camut - Nathalie Hug qui livre sa propre vision de la société ?
C'est un peu des deux, on aime vivre. Attention, Nathalie et moi on a envie de finir centenaires je ne sais pas si on y arrivera mais que la destiné nous prête longue vie.
Mais vous êtes quand même sévère dans vos livres sur le monde qui nous entoure ?
Parce que la vie est sévère, la vie est très cruelle.
Mais est aussi le rôle que vous vous êtes assigné tous les deux en tant qu'auteurs, c'est-à-dire au delà de l'histoire au delà du thriller, du suspense, vous avez envie que votre lecteur se pose des questions ? Réagisse ?
Le premier but de nos romans c'est de divertir. On essaie d'écrire le mieux possible, ça ne veut pas dire beau ni bien mais le mieux possible, divertir c'est dejà énorme, si en plus on permet à nos lecteurs de se poser des questions,
les même questions qu'on s'est posées en écrivant cette histoire et notamment les thèmes qui nous ont fait aborder cette histoire... le paris est gagné.
Jérôme Camut merci beaucoup. Ce livre que vous avez donc écrit avec votre épouse Nathalie Hug, les fameux CamHug ça s'appelle W3, c'est aux éditions Télémaque.

Philippe Chauveau :
Bonjour Jérôme Camut vous publiez aux éditions Télémaque votre nouveau titre , votre nouveau thriller avec bien sur votre épouse Nathalie Hug. Ca s'appelle W3.
Cette envie d' écriture remonte j'imagine à assez loin, votre première publication c'était 2002 chez Bragelonne c'était « Malhorne ». Quel souvenir gardez-vous de ce premier livre publié ? Est ce que c'était l'aboutissement, une concrétisation d'un rêve de gamin ?

Jérôme Camut :
Un rêve de gamin ? Non pas du tout. J'ai commencé à penser à écrire tardivement, quand j'était en train de l'écrire je pensais que je livrais dans le premier tome de « Malhorne » tout ce que j'avais à dire. Quand j'ai fini ce tome je pensais qu'il n'y avait plus rien à raconter, que j'avais tout dit, de ce que j'avais la possibilité de raconter. Je me suis aperçu après que ce n'était pas le cas.

Philippe Chauveau :
Nathalie Hug vous découvre par ce livre : « Malhorne ». Elle vous contacte, vous nous l'avez confié dans une précédente interview qu'elle vous a même écrit un poème et c'est un petit peu comme ça que vous l'avez découverte.
Vous vous êtes mariés et depuis vous travaillez ensemble. Est ce que c'est facile au quotidien d'écrire à deux ?

Jérôme Camut :
Nous c'est évident sinon on ne le ferais pas, très honnêtement aujourd'hui j'ai pas du tout envie d' écrire tout seul.

Philippe Chauveau :
Qu'est ce que ça apporte ?

Jérôme Camut :
Tout, tout ce qu'il me manque, Nathalie m'apporte tout ce qu'il me manque et je lui apporte une partie de ce qui lui manque étant donné que c'est une femme donc elle est bien plus achevée que moi, donc il lui manque moins de choses.
Mais moi personnellement je suis un coureur de fond, c'est-à-dire j'aime écrire, écrire , écrire et elle elle retravaille tout ce que je fait.

Philippe Chauveau :
Qu'est ce que vous apporte l'écriture Jérôme Camut ? Est ce que c'est une sorte de thérapie ? D'apaisement ? Comment le vivez vous lorsque vous écrivez ?

Jérôme Camut :
Ce que ça m'apporte c'est de ne pas avoir de personnes sur qui compter en dehors de Nathalie, ça m'apporte de pouvoir travailler dans mon coin. J'aime travailler seul, travailler avec Nathalie c'est travailler seul, seul à deux, ce qui est un peu contradictoire mais pourtant c'est ce que l'on vit, c'est une totale liberté d'écriture.

Philippe Chauveau :
Au delà du suspense que vous nous proposez dans chacun de vos livres il y a quand même une constante c'est le regard à la fois violent, triste, désabusé que vous portez souvent sur notre époque contemporaine, sur la vie, le quotidien qui nous entoure, est ce que ce sont vos personnages qui s'expriment ou est-ce que c'est le couple Jérôme Camut - Nathalie Hug qui livre sa propre vision de la société ?

Jérôme Camut :
C'est un peu des deux, on aime vivre. Attention, Nathalie et moi on a envie de finir centenaires je ne sais pas si on y arrivera mais que la destiné nous prête longue vie.

Philippe Chauveau :
Mais vous êtes quand même sévère dans vos livres sur le monde qui nous entoure ?

Jérôme Camut :
Parce que la vie est sévère, la vie est très cruelle.

Philippe Chauveau :
Mais est aussi le rôle que vous vous êtes assigné tous les deux en tant qu'auteurs, c'est-à-dire au delà de l'histoire au delà du thriller, du suspense, vous avez envie que votre lecteur se pose des questions ? Réagisse ?

Jérôme Camut :
Le premier but de nos romans c'est de divertir. On essaie d'écrire le mieux possible, ça ne veut pas dire beau ni bien mais le mieux possible, divertir c'est dejà énorme, si en plus on permet à nos lecteurs de se poser des questions, les même questions qu'on s'est posées en écrivant cette histoire et notamment les thèmes qui nous ont fait aborder cette histoire... le paris est gagné.

Philippe Chauveau :
Jérôme Camut merci beaucoup. Ce livre que vous avez donc écrit avec votre épouse Nathalie Hug, les fameux CamHug ça s'appelle W3, c'est aux éditions Télémaque.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • En 2004, Jérôme Camut publiait « Malhorne » aux éditions Bragelonne et donnait un sacré coup de jeune à la science-fiction. Fasciné pas cet univers littéraire, Nathalie Hug envoya un message à l'auteur pour lui faire part de son admiration. Ainsi naquit une belle histoire, à la fois sentimentale et professionnelle.Car très tôt, Jérôme Camut et Nathalie Hug décidèrent de travailler ensemble.Mais leur écriture ne ressemble en rien à un conte de fées puisque c'est dans l'univers du thriller qu'ils vont tracer leur...Les escales littéraires de Nathalie Hug - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :  Bonjour Jérôme Camut vous publiez aux éditions Télémaque votre nouveau titre , votre nouveau thriller avec bien sur votre épouse Nathalie Hug. Ca s'appelle W3.Cette envie d' écriture remonte j'imagine à assez loin, votre première publication c'était 2002 chez Bragelonne c'était « Malhorne ». Quel souvenir gardez-vous de ce premier livre publié ? Est ce que c'était l'aboutissement, une concrétisation d'un rêve de gamin ? Jérôme Camut :Un rêve de gamin ? Non pas du tout. J'ai commencé à...Les escales littéraires de Nathalie Hug - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Jérôme Camut vous publiez aux éditions Télémaque votre nouveau titre, ça s'appelle « W3 ». C'est un livre que vous avez écrit comme les précédents avec votre épouse Nathalie Hug.Là on va planter rapidement le décors, nous sommes en 2002, l'été 2002 un avocat parisien se fait assassiner avec son épouse et leurs deux fillettes sont enlevées, et puis 10 ans après on se retrouve là avec une jeune journaliste, une chroniqueuse sur une chaîne câblée qui se fait enlevée et séquestrer. Drôle de...Les escales littéraires de Nathalie Hug - Le livre - Suite
    Ce n'est pas le premier que je lis d'eux et ce qui est toujours étonnant c'est qu'ils écrivent à deux alors qu'on ne s'en rend absolument pas compte.C'est très fluide et très imagé. C'est très vivant comme style. Je trouve qu'ils ont un style très abordable et très coulant.C'est un livre original par l'axe qu'ils ont abordé l'enquête. Il y a plein de personnages très fouillés et ça évolue dans des milieux très différents donc on ne s'ennuie pas. Il y a vraiment beaucoup de choses différentes, ce qui fait qu'on ne...Les escales littéraires de Nathalie Hug - L'avis du libraire - Suite