Marc Levy

Marc Levy

La dernière des Stanfield

Portrait 6'43

Philippe Chauveau :

Bonjour Marc Levy, « La dernière des Stanfield », votre actualité chez Robert Laffont/Versilio. C'est déjà votre 18 ème roman, j'ai l'impression que c'est passé très vite depuis « Et si c'était vrai » en 2000. Est-ce qu'il y a des moments clés qui ont marqué ces années ?

Marc Levy :

Comme tout le monde je vous dirais la naissance de mes enfants.

Philippe Chauveau :

Et sur le plan littéraire ?

Marc Levy :

Oui, il y a des moments forts comme l'adaptation de « Mes amis, mes amours », parce qu'elle s'est faite assez rapidement après l'écriture du roman. En plus c'était pour moi une époque un peu particulière dans ma vie et voir cette histoire reprise par des acteurs comme Vincent Lindon et Pascal Elbé, c'était très étrange. Il y a eu évidemment la rencontre avec l'équipe de Steven Spielberg.

Philippe Chauveau :

Considérez-vous vos personnes comme des amis de papier ?

Marc Levy :

Certains oui. C'est assez amusant parce que vous avez des personnages de roman qui vont rester, qui laissent une impression de bons amis qu'on a pas vus depuis longtemps et qui vivent loin de vous, mais vous savez qu'ils sont là. Pour avoir vécu la plupart de ma vie à l'étranger, j'entretiens une relation de distance avec mes amis. Il arrive qu'on ne se téléphone pas pendant 3 semaine, mais ils sont là.

Philippe Chauveau :

On sait très bien que les lecteurs ont des personnages fétiches. Comment analysez-vous la relation que vous avez avec les lecteurs !

Marc Levy :

C'est un échange d'égal à égal, pour moi l'auteur n'est pas supérieur à son public. Quand vous faites une rencontre avec des lecteurs, la personne méritante n'est pas celle qui est sur la scène. La personne méritante est celle qui a pris de son temps et de son courage pour prendre le métro, venir dans une librairie, acheter le livre et venir à la rencontre.

Philippe Chauveau :

Vous le disiez vous-même, vous êtes pudique. Finalement l'écriture est-elle une façon de pouvoir dire des choses que vous ne pourriez pas exprimer dans la vie de tous les jours.

Marc Levy :

Oui totalement. Je serais incapable de dire à haute voix le quart de ce que j 'écris. L'écriture m'a permis d'exprimer des points de vie, des opinions ou des attitudes que je n'arriverais pas à avoir dans la vie.

Philippe Chauveau :

Finalement l'envie de l'écriture est venue de là, l'envie de dire des choses en écrivant « Et si c'était vrai » .

Marc Levy :

C'est drôle que vous me posiez cette question, car c'est venu d'un lien qui n'est pas étranger à tous ce qu'il y a dans ce livre. C'est venu du fait que quand j'avais 38 ans, je vivais une période un peu difficile. Et à ce moment mon père était mon meilleur ami, mais je n'arrivais pas à lui parler de mes problèmes sentimentaux. Et j'ai pensé à mon fils qui avait 9 ans à l'époque et je me suis dit que j'aillais écrire quelque chose pour mon fils quand il aura 38 ans comme moi à l'époque. Pour que le temps d'une lecture on ait le même age lui et moi.

Philippe Chauveau :

Et ce premier roman c'était le début d'une aventure que l'on continue de partager avec vous. Votre 18 ème roman « La dernière des Stanfield » est publié chez Robert Laffont/ Versilio.

La dernière des Stanfield Robert Laffont / Versilio
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Il est l'un des auteurs les plus vendus en France et aussi l'un des plus traduits. Depuis son premier roman en 2000, Marc Levy est devenu une figure incontournable en librairie. Romancier populaire, on l'a parfois moqué, brocardé, et pourtant, à travers ses histoires, il a aussi su ramener aux livres toute une génération de lecteurs. « Sept jours pour une éternité », « Vous revoir » ou « Un sentiment plus fort que la peur » font partie des titres que Marc Levy a publié au fil des années. Certains ont été adpatés au...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Présentation - Suite
     Philippe Chauveau : Bonjour Marc Levy, « La dernière des Stanfield », votre actualité chez Robert Laffont/Versilio. C'est déjà votre 18 ème roman, j'ai l'impression que c'est passé très vite depuis « Et si c'était vrai » en 2000. Est-ce qu'il y a des moments clés qui ont marqué ces années ? Marc Levy : Comme tout le monde je vous dirais la naissance de mes enfants. Philippe Chauveau : Et sur le plan littéraire ? Marc Levy : Oui, il y a des moments forts comme l'adaptation de « Mes amis, mes amours »,...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dans votre nouveau titre Marc Levy, nous sommes à Londres en octobre 2016 et nous faisons connaissance avec une jeune femme qui s'appelle Eleanor-Rigby, elle est journaliste pour un magazine géographique, elle s'entend plutôt bien avec sa sœur, son frère et son père, la maman est décédée. Elle va recevoir une lettre lui révélant une information sur sa mère. Et de l'autre côté de l'atlantique il y a un autre garçon qui s'appelle George Harrison qui ne connaît pas son père et qui reçoit lui aussi une...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Livre - Suite