Lorraine Fouchet

Lorraine Fouchet

Tout ce que tu vas vivre

Livre 07'00"

Philippe Chauveau

Lorraine Fouchet, vous êtes dans l'actualité depuis quelques semaines maintenant avec ce nouveau roman qui incite à l'optimisme, avec cette belle couverture. « Tout ce que tu vas vivre », votre vingtième livre. Vous êtes publiée chez Héloïse d'Ormesson. L'optimisme, pourtant, ce n'est pas le début du livre. Voici Dom, Dom a une quinzaine d'années. C'est un ado d'aujourd'hui, il vit à Paris avec son père parce que sa mère a quitté le foyer il y a déjà pas mal de temps pour des raisons que nous découvrirons. Et puis le père de Dom va mourir une nuit d'amour. Qui est-il ce gamin ? Et pourquoi cette brutalité, dès le démarrage du livre, avec cette disparition tragique du père un soir d'amour ?

Lorraine Fouchet

Parce que comme les livres finissent bien, il faut bien qu'il commence mal. S'ils sont bien tout le temps, il n'y a pas d'histoire, et j'ai été très frappée quand j'étais médecin, je suis allée un jour dans un appartement avec l'équipe du Samu où nous avons essayé de réanimer un monsieur qui était mort en faisant l'amour avec sa femme, et à un moment, leur fils qui était ado est rentré dans la pièce et je me souviens de son regard. Il a vu son père qui était nu, mort d'aimer, sur son lit, sa mère qui avait enfilé un peignoir, le Samu, et je me suis dit : « mais comment est-ce que ce jeune homme va aimer puisque aimer aimer physiquement c'est mourir. Quelle va être sa vie ? Et je l'ai gardé comme ça dans ma tête pendant des années, et il est ressorti là. Il s'appelle Domenin mon héros, mais on l'appelle Dom. Il va vivre cela c'est-à-dire être une nuit, et assister à la mort de son père. Sauf qu'une dame blonde a appelé le Samu, leur a ouvert la porte, a disparu. Dom pensait qu'il était seul dans l'appartement avec son père. Puisque vous l'avez dit sa mère est partie, il y a cinq ans, il a espéré en entendant du bruit que c'était elle qui revenait, et du coup il va partir en quête de l'amoureuse de son père.

Philippe Chauveau

Alors Dom n'a pas entendu tout ce qui s'était passé dans l'appartement cette nuit là, parce comme tous les ados d'aujourd'hui, il avait un casque vissé sur les oreilles. Dans son malheur, il a cette chance qu'il a une partie de sa famille qui vit dans le même immeuble. Cette famille qui est d'origine bretonne.

Lorraine Fouchet

Ce sont des Bretons et les Bretons sont solidaires.

Philippe Chauveau

Ce sont des Bretons de Groix, des groisillons, et Dom va régulièrement sur cette île où il a non seulement des amis comme Mathilde, et puis aussi quelques quelques membres de sa famille. Il y a beaucoup de choses dans ce roman, on est d'accord, c'est un roman qui se finit bien. On est d'accord, c'est bourré d'optimisme, mais c'est aussi un roman qui nous pose des questions sur la filiation, sur les rapports parents-enfants, sur le temps qui passe, sur le deuil et sur la perte de ce qu'on aime. Vous aimez que vos lecteurs, au-delà du plaisir de lecture, s'interrogent aussi sur leur propre parcours vous semble-t-il.

Lorraine Fouchet

J'ai tendance à utiliser, surtout pour le vingtième roman, les émotions de l'année, et au moment où j'ai commencé à écrire ce livre, ma mère venait de partir là où on va après, c'est-à-dire de rejoindre mon père là-haut. Et évidemment, j'ai utilisé, ce n'est pas joli à dire utilisé, mais j'ai revécu et j'ai raconté tout, tout ce travail de deuil et toutes ces choses par lesquelles on passe quand par exemple, le monsieur des pompes funèbres vous envoie un questionnaire avec « recommanderiez-vous nos pompes funèbres à vos proches ? ». Et j'aimais avoir deux voix : une femme qui vient de perdre l'homme qu'elle aime mais qui veut aider son fils parce qu'elle considère qu'il est son héritage, même s'il ne le sait pas. Et puis un petit garçon qui a toute la vie devant lui et qui doit remonter, et qui doit être de nouveau heureux.

Philippe Chauveau

Dom, on va le suivre à l'autre bout du monde, vous le disiez, puisqu'il est à Paris. Mais il va nous emmener à Groix. Et puis il va donc aussi nous emmener sur des terres plus lointaines en Patagonie parce qu'il y a ce fameux secret de famille. Au cours des obsèques de son père, il va apprendre qu'il aurait une soeur à l'autre bout du monde. Vous aimez les secrets de famille. Pour une romancière, c'est forcément du pain bénit. Mais pourquoi est-ce si important pour vous de jouer avec ce ressort là, la famille ?

Lorraine Fouchet

Peut-être... Je suis fille unique et j'ai toujours regretté, comme tous les enfants uniques, de ne pas avoir de frères ou sœurs, et dans les livres, je m'en invente ou j'en invente pour mes héros, et donc, en effet dans les lettres de condoléances, il reçoit une lettre d'un monsieur qui lui dit avoir connu ses parents en Patagonie, au moment de la naissance de sa sœur, il y a 18 ans. Sauf qu'il est fils unique et il a 15 ans donc comme il n'a plus ni de père, ni de mère, ou en tous, cas il ne sait pas où est sa mère au début du livre, il va aller chercher ce petit bout d'ADN, cette personne qui peut-être, à l'autre bout du monde, a un lien avec lui.

Philippe Chauveau

La médecine est toujours présente dans vos romans, et il y a toujours un personnage qui est médecin. Là, c'est la mère de Dom, cette femme que l'on va essayer de retrouver. Et puis, il y a aussi un point important, il y a toujours l'adolescence. Ca a été pour vous un moment important d'adolescence ?

Lorraine Fouchet

Ah quelle question... Je n'ai pas l'impression d'être tellement plus vieille que ça. Non, nous continuons tous je crois, ou au moins moi je continue à raisonner comme je raisonnais en terminale, quand je passais mon bac. Et puis dans ce livre, je me suis rendu compte à la fin, que j'ai écrit pour Dom la lettre que j'aurais voulu peut-être que mon père m'écrive, que la vie de mon père m'a écrite ou DOM au moment où il se met en danger parce qu'il est vraiment très perdu reçoit cette lettre où on lui dit : il faut avoir du goût pour la vie, surtout du goût pour la vie, sinon elles se fâchent et ne tue pas le temps. Il ne meurt jamais le bougre. Le temps ne peut pas mourir. Au contraire, remplis-le, fonce et tout ce que tu vas vivre sera magnifique et ne manque pas de savoir-vivre.

Philippe Chauveau

Gracias la vida, c'est ce que vous vous dites tous les matins lorsque vous vous réveillez ?

Lorraine Fouchet

Absolument, et il y a aussi une jolie chose. C'est un ami auteur qui est Baptiste Beaulieu qui me l'a dite un jour. C'est lui qui m'a dit : chaque soir quand je me couche, je pense aux trois meilleurs moments que j'ai vécus dans la journée, et là, dans la lettre, on dit à Dom : « quand tu te couches, pense au meilleur moment de ta journée ». Ca, c'est un bon message.

Philippe Chauveau

Le meilleur moment de la journée, c'est peut-être celui où l'on a un un livre de Lorraine Fouchet entre les mains. Allez savoir. C'est votre actualité, votre vingtième titre Lorraine Fouchet chez Héloïse d'Ormesson : « tout ce que tu vas vivre ». Merci beaucoup.

Lorraine Fouchet

Merci.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • La découverte d’un nouveau roman de Lorraine Fouchet, c’est toujours l’assurance d’un agréable moment de lecture mais c’est bien plus que cela. Car Lorraine Fouchet, au fil de ses histoires, sait nous parler de nous, de nos joies et de nos peines, de ce qui fait la richesse de nos vies. Et la sympathie dont jouit l’auteur auprès de ses lecteurs est bien révélatrice de l’univers littéraire qu’elle a su créer. Fille de Christian Fouchet, ministre du général de Gaulle, Lorraine Fouchet fait médecine en hommage à...1ère édition ! de Lorraine Fouchet - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau   Bonjour Lorraine Fouchet   Lorraine Fouchet   Bonjour.   Philippe Chauveau   Ravi de vous accueillir. C'est une sorte d'anniversaire puisque j'ai en main votre vingtième roman, votre vingtième bébé «  tout ce que tu vas vivre  ». Vous êtes fidèle à Héloïse d'Ormesson. Justement vingt romans, vingt titres, c'est vertigineux. Comment vivez vous cela  ?   Lorraine Fouchet   Mais je ne les ais pas vu passer. Et puis ça veut dire que je suis majeure en livres. Ce qui veut dire que je vais peut-être...1ère édition ! de Lorraine Fouchet - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau   Lorraine Fouchet, vous êtes dans l'actualité depuis quelques semaines maintenant avec ce nouveau roman qui incite à l'optimisme, avec cette belle couverture. « Tout ce que tu vas vivre », votre vingtième livre. Vous êtes publiée chez Héloïse d'Ormesson. L'optimisme, pourtant, ce n'est pas le début du livre. Voici Dom, Dom a une quinzaine d'années. C'est un ado d'aujourd'hui, il vit à Paris avec son père parce que sa mère a quitté le foyer il y a déjà pas mal de temps pour des raisons que nous...1ère édition ! de Lorraine Fouchet - Livre - Suite