Christophe Ferré

Christophe Ferré

Les amants du Mont-Blanc

Livre 00'07'48"

Philippe Chauveau

Les couvertures déjà très parlantes. Christophe Ferrer, c'est votre no verte, votre nouveau titre Les Amants du Mont Blanc. Alors, tout de suite, on sait que vous allez nous emmener dans ce coin de France, dans ces montagnes. Pourquoi ce choix ? Vous êtes vous même un grand connaisseur et un grand amateur de montagne.

Christophe Ferré

Je suis passionné par les randonnées d'altitudes. J'ai traversé plusieurs fois les Alpes et les Pyrénées à pied, donc les paysages que je décris dans mes livres, et pas seulement dans celui ci, sont des paysages que je connais intimement.

Philippe Chauveau

Et les paysages sont importants parce qu'ils font partie de l'ambiance. Ce sont quasiment des personnages à part entière. C'est le cas en A notamment. Il y a des endroits très, très précis. J'imagine que si on connaît la région, on les retrouve. Et si on se balade sur une carte, on peut quasiment les identifier, l'importance du lieu. Et puis aussi cette envie d'inventer une intrigue qui soit, qui ait une résonance avec un fait divers authentique, celui de la tuerie de Chevaline en 2012.

Philippe Chauveau

On sait que vous êtes passionné de faits divers. Pourquoi avoir eu envie justement de reprendre cette histoire qui n'a jamais été résolue ?

Christophe Ferré

En Chevaline, je veux rappeler rapidement ce que c'est. Ça se passe quasiment au même endroit, en Haute-Savoie, près du lac d'Annecy. C'est une famille de Britanniques qui est assassinée sur un parking de montagne et un cycliste. Mais la famille de Britannique et le cycliste ne se connaissaient pas. Du moins, c'est la version officielle. Et donc la question que les gendarmes se posent, c'est qui était visé ?

Christophe Ferré

Est ce que c'est la famille britannique ou est ce que c'est le cycliste ?

Philippe Chauveau

Et aujourd'hui, on ne le sait toujours pas.

Christophe Ferré

Aujourd'hui, on ne le sait toujours pas. Donc il y a des dizaines de pistes qui partent dans tous les sens. Dix ans plus tard, on n'a pas la moindre piste sérieuse, du moins officiellement. Et je suis parti de là pour écrire Les amants du mont Blanc. Ce sont deux couples qui ne se connaissent pas qui sont assassinés.

Philippe Chauveau

Sur un banc de.

Christophe Ferré

Parking. Vous voyez, c'est un peu un peu la même histoire, même si ce n'est pas la même. Et la police ne sait pas pourquoi. Il y a une journaliste qui arrive là et qui, elle, finit par découvrir la vérité. Et cette vérité là, je pense qu'elle pourrait s'appliquer au collège de Chevaline. Là, c'est le point de Simon, c'est mon point de vue personnel.

Philippe Chauveau

C'est donc le point de départ, vous nous l'avait dit, de couples qui, à priori, ne se connaissent pas et qui se retrouvent tués simultanément sur un parking de montagne. Il y a un couple de jeunes voir et puis un couple de Lyonnais. Et puis

il y a cette jeune femme, Léa. Alors Léa, elle est journaliste. Mais elle a choisi effectivement un angle d'écriture bien précis puisqu'un peu comme vous, elle est passionnée par les cold case, par les affaires non résolues.

Philippe Chauveau

Et elle est une journaliste renommée puisque, effectivement, elle a aidé la police, en quelque sorte, à dénouer bien des bien des intrigues. Et effectivement, Léa, elle, se demande ce qui s'est passé, donc elle va venir. Pas forcément dans les jours qui suivent ce meurtre, mais bien plus tard. Et elle va essayer d'enquêter pour savoir ce qu'il s'est réellement passé.

Philippe Chauveau

On va très vite sentir que Léa cache des failles et surtout que ce n'est pas forcément une femme très bien dans sa peau. Elle se pose des questions sur sa vie sentimentale. Qui est elle ?

Christophe Ferré

Léa alors ? Léa, c'est une femme qui a perdu ses parents très tôt dans un accident de voiture dans la Nièvre, qui a beaucoup souffert et son but en devenant journaliste spécialiste des collèges, c'est de réparer des injustices qui ont été faites. Elle veut découvrir la vérité au sujet des crimes que la police n'arrive pas à comprendre.

Philippe Chauveau

Elle est assoiffée de vérité, ce qui fait que parfois, elle a des méthodes un peu un peu brusques, ce qui ne l'avons pas toujours forcément sympathique, même pour le lecteur. Des fois, on se dit Oh là, elle va un peu loin. Et il y a des grands moments de solitude pour Léa pendant son enquête. Parce qu'elle prend des pistes qui n'aboutissent à rien.

Philippe Chauveau

Les paysages sont là, qui parfois sont un peu un peu oppressants. Il y a néanmoins le jeune Mathis qui est le réceptionniste de l'hôtel ou elle va séjourner, qui va l'aider. Parce que dans la vallée, on sent que personne n'a envie de faire revenir les fantômes et personne n'a envie que cette journaliste fouille trop. Chacun a une un peu sa version de l'histoire, donc elle est un peu seule finalement à mener l'enquête.

Christophe Ferré

Léa Oui, parce que samedi, personne ne pu parler de ce drame, de ces quatre morts sur un parking. Pourquoi ? Parce que ça fait pas de publicité, évidemment. A la vallée, peut être la vallée la plus célèbre du monde. Et comme le tueur ou les tueurs n'ont pas été retrouvés, on se dit qui se balade peut être dans la nature et que c'est pas bon pour le tourisme.

Christophe Ferré

Donc on préfère mettre ça sous le boisseau. La police est complètement perdu. Le juge d'instruction ne sait pas sur quel chemin aller. Donc Léa se dit Moi je vais trouver, je vais comprendre. Moi je vais trouver la piste qui va permettre de remonter jusqu'à l'assassin.

Philippe Chauveau

Sauf que l'enquête est compliquée. Que parfois, Léa aura même des doutes. En tant qu'auteur, vous vous aimez balader votre lecteur parce que il y a des fausses pistes, il y a des choses. Trappes, c'est tout le plaisir des amateurs de de polar et de fraîcheur, bien évidemment. On le disait, les paysages sont authentiques. La base de votre intrigue est librement inspiré d'un fait divers authentique, celui de la tuerie de Chevaline.

Philippe Chauveau

Et puis, nous sommes aussi dans une période qui ressemble furieusement à la nôtre, mais sans être tout à fait la nôtre. Parce qu'effectivement, il y a une ce crime a été commis au tout début d'une pandémie, mais c'est juste une pandémie. Pourquoi ne pas avoir voulu mettre le mot Clovis dans votre roman et d'avoir un peu brouillé les pistes en

changeant les dates notamment ?

Christophe Ferré

Ce n'est effectivement pas le Coville, mais la pandémie que je décris s'inspire du Quid et d'autres pandémies d'ailleurs. Mais le Coville était forcément autour de moi, donc je ne pouvais pas ne pas en parler. Même si ce n'est pas un livre sur le Coville. Je le redis encore.

Philippe Chauveau

Mais c'est ce qui est intéressant dans ce.

Christophe Ferré

Décor. C'est un peu le décor, le décor du livre, le décor du livre et les gens revivront des choses qu'ils ont vécu.

Philippe Chauveau

J'avais bien gardé de dévoiler l'intrigue, en tout cas le dénouement de l'intrigue. Néanmoins, lorsque vous écrivez que ce soit celui ci ou les précédents, lorsque vous commencez le démarrage de votre de votre écriture, vous savez déjà la fin ou la fin peut elle évoluer en fonction de ce que vivent.

Christophe Ferré

Jacques connaît le début et la fin et ce qui est entre les deux, c'est une. C'est une promenade macabre peut être. On vous.

Philippe Chauveau

Montre.

Christophe Ferré

Et il y a des choses que je découvre en écrivant. Pour moi, écrire un roman, c'est comme monter au sommet d'une montagne. Vous savez que vous partez, vous savez ou vous arrivez. Mais entre les deux, vous ne savez pas ce qui va se passer. On peut changer en fonction de la météo, en fonction du terrain, en fonction de la fatigue, en fonction de ce qu'on aime ou de ce qu'on aime faire.

Christophe Ferré

Moi qui fais de la montagne, c'est toujours comme ça. Donc je sais que je pars du fond de la vallée. Je sais que je vais aller au sommet, mais entre les deux, ça peut changer.

Philippe Chauveau

Et c'est vraiment l'amoureux de la montagne qui parle. En tout cas, je vous le, je vous l'ai dit en préambule, moi, j'avais vraiment rien vu venir.

Christophe Ferré

Donc sur le coup de théâtre final est totalement inattendue.

Philippe Chauveau

Complètement.

Christophe Ferré

Je confirme la solution à la tuerie de Chevaline.

Philippe Chauveau

En tout cas, voilà un très bon roman. Si vous êtes amateur de polars, de Freeland, de suspense, vous appelez ça comme vous voulez. Mais en tout cas, le livre était une réussite. C'est le nouveau titre de Christophe Ferré. Ça s'appelle Les Amants du Mont Blanc. Vous êtes publié Christophe, aux éditions de l'Archipel. Merci beaucoup.

Christophe Ferré

Merci à vous et bonne lecture.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • Si vous êtes amateur de sensations fortes, si vous aimez vous faire peur avec un bon suspense, vous connaissez sans aucun doute Christophe Ferré qui, depuis plusieurs années maintenant, a intégré le club très fermé des auteurs à succès de polars et autres thrillers à la française. Pourtant, il y eut un autre Christophe Ferré qui évolua dans la littérature blanche. En 1995, avec « La chambre d’amour », il obtint le prix du 1er roman au très réputé festival de Chambery, conçût des textes pour des feuilletons...Les amants du Mont-Blanc de Christophe Ferré - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau Bonjour Christophe. Bonjour, vous êtes dans l'actualité avec ce nouveau titre Les Amants du Mont Blanc. C'est aux éditions de l'Archipel, une maison d'édition à laquelle vous êtes fidèles et c'est bien précisé sur la couverture, c'est du suspense. On va parler justement de votre écriture puisque ça fait maintenant plusieurs années que vous évoluez dans ce que l'on appelle alors le suspense, le freezer. Philippe Chauveau Le polar, on l'appelle comme on veut, mais en tout cas, il y a une intrigue, il y a des...Les amants du Mont-Blanc de Christophe Ferré - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau Les couvertures déjà très parlantes. Christophe Ferrer, c'est votre no verte, votre nouveau titre Les Amants du Mont Blanc. Alors, tout de suite, on sait que vous allez nous emmener dans ce coin de France, dans ces montagnes. Pourquoi ce choix ? Vous êtes vous même un grand connaisseur et un grand amateur de montagne. Christophe Ferré Je suis passionné par les randonnées d'altitudes. J'ai traversé plusieurs fois les Alpes et les Pyrénées à pied, donc les paysages que je décris dans mes livres, et pas...Les amants du Mont-Blanc de Christophe Ferré - Livre - Suite