Stéphanie Hochet

Stéphanie Hochet

L'animal et son biographe

Livre 6'53

Philippe Chauveau :

Dans ce qui est votre douzième titre Stéphanie Hochet, nous allons suivre une jeune romancière qui vous ressemble beaucoup. Cette romancière est invitée à quitter sa grande ville pour rejoindre la région de Cahors pour aller rencontrer ses lecteurs en librairie. Ce sont des choses que vous connaissez puisque vous êtes vous-même sollicitée. Au début, tout se passe bien pour cette jeune romancière et puis très vite on sent que ça va déraper. Qui est-elle cette jeune romancière ? En quoi vous ressemble-t-elle ?

Stéphanie Hochet :

C'est vrai qu'elle me ressemble beaucoup contrairement à mes livres précédent et j'avais envie de parler du métier d'écrivain, qui est assez éloigné de ce que les gens imagent. Les gens imaginent peut-être un métier confortable et glorieux alors qu'on voit que la vie de la plupart des écrivains est de cachetonner à droite et à gauche, faire des festivals, essayer de s'en sortir et rencontrer son public. C'est un exercice de modestie aussi, parce qu'on s'aperçoit que la plupart des gens ne vous connaisse pas, mais ce n'est pas grave.

Philippe Chauveau :

Les premières pages sont savoureuses parce que cette jeune romancière est plutôt urbaine et puis là elle s'en va dans le Lot, elle y va pour faire le job sans grand intérêt et puis petit à petit le piège va se retourner. Comme vous le disiez le mépris va venir des gens qui vont venir la rencontrer en se demandant qui est cette jeune femme. Et cette romancière va se retrouver perdue au milieu de cette nature sauvage. Pourquoi avoir choisi cette région du Lot ?

Stéphanie Hochet :

Parce que c'est une région magnifique et que j'ai pu le constater. Et en même temps c'est un territoire très isolé, par exemple c'est très compliqué quand on conduit pas, de se rendre d'un village à un autre. Parfois le portable ne passe pas. Et j'ai trouvé ça intéressant d'isoler mon personnage pour ensuite voir comment elle allait réagir.

Philippe Chauveau :

Ce qui est intéressant c'est que cette romancière va perdre un peu ses repères puisqu'elle se retrouve isolée dans cette campagne, ce qui pourrait lui donner des idées de romans, au contraire elle n'y arrive pas et cette nature devient presque oppressante pour elle.

Stéphanie Hochet :

Oui et à un moment elle se retrouve dans une maison, elle est invitée par des gens qui viennent et disparaissent et elle se rend compte qu'elle est toute seule et qu'elle ne peut pas s'échapper. Donc là on a tout pour créer ce sentiment d'oppression.

Philippe Chauveau :

Et cette romancière va un jour se retrouver dans une petite commune avec le Maire qui l'accueille et qui va lui proposer un projet assez surréaliste, à savoir s'intéresser aux aurochs et elle va devoir choisir.

Stéphanie Hochet :

Oui, mais elle a pas non plus vraiment le choix, car elle n'arrive pas à s'enfuir de cette région et quand elle rencontre ce Maire à fort caractère, elle n'ose pas trop s'exprimer devant lui. Il la flatte au début et progressivement elle va se rendre compte qu'elle est là mais qu'elle ne peut pas faire grand chose à part écrire et elle va un peu tomber amoureuse du sujet.

Philippe Chauveau :

Alors je ne peux m'empêcher de vous poser cette question : il s'agit d'une jeune romancière invitée dans un salon, dans une petite commune au fin fond du Lot, vous avez été invitée en province pour venir parler de ce livre

Stéphanie Hochet :

Pas encore ! Mais j'espère que je le serai je n'ai pas peur. J'ai déjà un premier lecteur de la région et il ne m'en a pas voulu donc j'espère que ça continuera.

Philippe Chauveau :

En tous cas voilà un livre qui se lit comme une fable, une belle écriture, un très bon livre de Stéphanie Hochet. « L'animal et son biographe » est publié chez Rivages.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LIVRE
  • L'écriture comme une respiration, telle pourrait être la devise de Stéphanie Hochet qui depuis toujours ressent le besoin des mots et de la syntaxe comme indispensable à sa vie. Fascinée par la littérature anglaise, Stéphanie Hochet a suivi des études littéraires, aboutissant à une maitrise sur le théâtre élisabéthain.En 2001, elle a 26 ans lorsqu'elle publie son premier roman « Moutarde douce », révélateur de ce que sera le style de Stéphanie Hochet. Par une écriture ciselée, rapide, à la fois contemporaine et...Eloge du lapin de Stéphanie Hochet - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau : Bonjour Stéphanie Hochet, « L'animal et son biographe », c'est votre actualité aux éditions Rivages. C'est déjà votre douzième titre et cette aventure littéraire a commencé en 2004 avec « Moutarde douce », mais la littérature a toujours fait partie de votre univers, je crois même que vous êtes passionnée de littérature anglaise notamment Shakespeare. Stéphanie Hochet : Oui, c'était ma formation en tant qu'étudiante. A un moment j'ai du choisir quand j'étais en lettre anglaise et j'ai...Eloge du lapin de Stéphanie Hochet - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Dans ce qui est votre douzième titre Stéphanie Hochet, nous allons suivre une jeune romancière qui vous ressemble beaucoup. Cette romancière est invitée à quitter sa grande ville pour rejoindre la région de Cahors pour aller rencontrer ses lecteurs en librairie. Ce sont des choses que vous connaissez puisque vous êtes vous-même sollicitée. Au début, tout se passe bien pour cette jeune romancière et puis très vite on sent que ça va déraper. Qui est-elle cette jeune romancière ? En quoi vous...Eloge du lapin de Stéphanie Hochet - Livre - Suite