Marc Levy

Marc Levy

Elle et lui

Le livre 5'58

« Elle et lui » est votre 16ème livre Marc Levy. Nous y découvrons le personnage de Paul, architecte devenu romancier, comme vous. Il est américain et a quitté les États-Unis après un premier succès littéraire qu'il a tenté de réitérer en s'installant en France pour trouver l'inspiration.
Et il va rencontrer Mia, une actrice qui est dans une phase sentimentale compliquée et qui se réfugie à Paris, chez son amie Daisy. Ils vont se rencontrer de façon très inattendue. Ce qui est intéressant, c'est qu'au-delà de Paul et Mia,
on retrouve aussi deux autres personnages découverts dans votre premier roman « Et si c'était vrai », et le titre même de ce nouveau livre « Elle et lui » qui est aussi le titre français d'un film avec Deborah Kerr et Cary Grant évoqué également dans votre premier roman.
Alors y-a-t-il un pont entre « Et si c'était vrai » et « Elle et lui » ? Pourquoi ce clin d'oeil ?
Il y a d'abord une histoire d'amitié très forte entre ces trois personnages que sont Arthur, Paul et Lauren. Alors, effectivement, dans mon premier roman écrit il y a dix-sept ans, leur film culte est « An affair to remember »
traduit en français par « Elle et lui » et cela collait vraiment bien à mon histoire. L'autre raison, c'est que depuis que j'écris, je m'efforce de ne jamais décrire physiquement un personnage alors qu'on prétend que j'ai une écriture visuelle.
Dans « Elle et lui », il y a cette magie-là, c'est-à-dire que c'est très visuel et en même temps très anonyme. Dès que vous dites elle et lui, il y a une image qui se forme et je trouvais que c'était un joli clin d'œil.
Il y a donc cette rencontre entre Paul et Mia. Paul est un auteur qui manque un peu de confiance en lui. J'ai l'impression que ce livre est aussi prétexte, sous couvert d'humour, à régler quelques comptes avec les journalistes ou le monde de l'édition.
Vous avez eu envie d'envoyer quelques gentilles piques ?
Non, pas du tout ! Dans ce livre, si je me moque de quelqu'un, c'est de moi… Le personnage de l'éditeur par exemple est écrit avec beaucoup d'amour. Et ce n'est pas dans ma nature, je ne suis pas du genre à envoyer des piques.
Je ne fais pas dans l'ambiguïté et si je n'aime pas quelqu'un, je ne lui fais pas croire que je l'aime bien et si j'ai un truc à balancer, je le balance.
Il y a beaucoup d'humour dans ce roman notamment avec cette rencontre sentimentale improbable. Mais rien n'est jamais gratuit dans vos romans. Ici, votre héros part à Séoul, et vous évoquez la liberté de dire les choses dans des pays où ce n'est pas forcément possible.
La liberté d'expression est un thème récurrent dans plusieurs de vos romans.
La liberté tout court ! C'est l'un des fils rouges de mon écriture. Ce qui est intéressant quand vous écrivez une comédie, c'est de pouvoir y mettre aussi des choses sérieuses.
Le message peut toucher de façon aussi forte que si vous les disiez d'un ton sentencieux et souvent, cela passe mieux que par le prisme de la leçon de morale parce que vous surprenez. Une comédie n'est pas forcément que légère.
Je le disais en préambule, votre héros Paul a été architecte comme vous, il est romancier comme vous. La comparaison s'arrête-t-elle là ?
Il est très maladroit comme moi, il s'y prend comme une pomme de terre avec les filles, comme moi, il a le vertige, il est bourré de doutes… Vous prenez tous ses défauts et c'est très inspiré de moi !
C'est encore un clin d'œil de vous mettre personnellement en scène ?
Non, je ne me mets pas en scène L'écriture est un remède à la pudeur. Se moquer de soi-même est à la fois jubilatoire et libératoire.
J'ai l'impression que vous avez peut-être pris encore plus de plaisir à l'écriture de ce roman que sur les précédents. En tous cas, vous en parlez avec beaucoup d'enthousiasme.
Oui, je me suis vraiment marré en l'écrivant et je pense qu'il y a des caps dans une vie professionnelle.
Il y a des peurs qui lâchent et cela donne davantage de liberté avec des préoccupations que l'on abandonne pour aller vers d'autres préoccupations plus jubilatoires Effectivement, j'ai pris des fous rires en écrivant ce roman parce que j'osais davantage, me fichant de certains regards.
Merci Marc Levy. On s'amuse beaucoup dans ce livre mais il y a beaucoup d'autres choses. C'est un vrai coup de cœur. « Elle et lui » est publié aux éditions Robert Laffont/Versilio
Merci à vous !

Philippe Chauveau :
« Elle & lui » est votre 16ème livre Marc Levy. Nous y découvrons le personnage de Paul, architecte devenu romancier, comme vous. Il est américain et a quitté les États-Unis après un premier succès littéraire qu'il a tenté de réitérer en s'installant en France pour trouver l'inspiration. Et il va rencontrer Mia, une actrice qui est dans une phase sentimentale compliquée et qui se réfugie à Paris, chez son amie Daisy. Ils vont se rencontrer de façon très inattendue. Ce qui est intéressant, c'est qu'au-delà de Paul et Mia, on retrouve aussi deux autres personnages découverts dans votre premier roman « Et si c'était vrai », et le titre même de ce nouveau livre « Elle & lui » qui est aussi le titre français d'un film avec Deborah Kerr et Cary Grant évoqué également dans votre premier roman. Alors y-a-t-il un pont entre « Et si c'était vrai » et « Elle & lui » ? Pourquoi ce clin d'œil ?

Marc Levy :
Il y a d'abord une histoire d'amitié très forte entre ces trois personnages que sont Arthur, Paul et Lauren. Alors, effectivement, dans mon premier roman écrit il y a dix-sept ans, leur film culte est « An affair to remember » traduit en français par « Elle et lui » et cela collait vraiment bien à mon histoire. L'autre raison, c'est que depuis que j'écris, je m'efforce de ne jamais décrire physiquement un personnage alors qu'on prétend que j'ai une écriture visuelle. Dans « Elle & lui », il y a cette magie-là, c'est-à-dire que c'est très visuel et en même temps très anonyme. Dès que vous dites elle et lui, il y a une image qui se forme et je trouvais que c'était un joli clin d'œil.

Philippe Chauveau :
Il y a donc cette rencontre entre Paul et Mia. Paul est un auteur qui manque un peu de confiance en lui. J'ai l'impression que ce livre est aussi prétexte, sous couvert d'humour, à régler quelques comptes avec les journalistes ou le monde de l'édition. Vous avez eu envie d'envoyer quelques gentilles piques ?

Marc Levy :
Non, pas du tout ! Dans ce livre, si je me moque de quelqu'un, c'est de moi… Le personnage de l'éditeur par exemple est écrit avec beaucoup d'amour. Et ce n'est pas dans ma nature, je ne suis pas du genre à envoyer des piques. Je ne fais pas dans l'ambiguïté et si je n'aime pas quelqu'un, je ne lui fais pas croire que je l'aime bien et si j'ai un truc à balancer, je le balance.

Philippe Chauveau :
Il y a beaucoup d'humour dans ce roman notamment avec cette rencontre sentimentale improbable. Mais rien n'est jamais gratuit dans vos romans. Ici, votre héros part à Séoul, et vous évoquez la liberté de dire les choses dans des pays où ce n'est pas forcément possible. La liberté d'expression est un thème récurrent dans plusieurs de vos romans.

Marc Levy :
La liberté tout court ! C'est l'un des fils rouges de mon écriture. Ce qui est intéressant quand vous écrivez une comédie, c'est de pouvoir y mettre aussi des choses sérieuses. Le message peut toucher de façon aussi forte que si vous les disiez d'un ton sentencieux et souvent, cela passe mieux que par le prisme de la leçon de morale parce que vous surprenez. Une comédie n'est pas forcément que légère.

Philippe Chauveau :
Je le disais en préambule, votre héros Paul a été architecte comme vous, il est romancier comme vous. La comparaison s'arrête-t-elle là ?

Marc Levy :
Il est très maladroit comme moi, il s'y prend comme une pomme de terre avec les filles, comme moi, il a le vertige, il est bourré de doutes… Vous prenez tous ses défauts et c'est très inspiré de moi !

Philippe Chauveau :
C'est encore un clin d'œil de vous mettre personnellement en scène ?

Marc Levy :
Non, je ne me mets pas en scène L'écriture est un remède à la pudeur. Se moquer de soi-même est à la fois jubilatoire et libératoire.

Philippe Chauveau :
J'ai l'impression que vous avez peut-être pris encore plus de plaisir à l'écriture de ce roman que sur les précédents. En tous cas, vous en parlez avec beaucoup d'enthousiasme.

Marc Levy :
Oui, je me suis vraiment marré en l'écrivant et je pense qu'il y a des caps dans une vie professionnelle. Il y a des peurs qui lâchent et cela donne davantage de liberté avec des préoccupations que l'on abandonne pour aller vers d'autres préoccupations plus jubilatoires Effectivement, j'ai pris des fous rires en écrivant ce roman parce que j'osais davantage, me fichant de certains regards.

Philippe Chauveau :
Merci Marc Levy. On s'amuse beaucoup dans ce livre mais il y a beaucoup d'autres choses. C'est un vrai coup de cœur.
« Elle & lui » est publié aux éditions Robert Laffont/Versilio

Marc Levy :
Merci à vous !

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • Vous aimez Marc Levy ? Vous allez adorer son nouveau roman. Vous n'aimez pas trop ou n'avez jamais lu Marc Levy ? Alors, oubliez les préjugés, les « on dit », et laissez-vous embarquer dans cette nouvelle histoire qui est bien plus qu'une simple comédie romantique. « Elle & lui » est le 16ème roman de Marc Levy.L'engagement humanitaire, l'informatique, l'architecture ont fait partie de sa vie avant le phénoménal succès de son premier livre « Et si c'était vrai » en 2000. Dès lors, tout est allé très vite, trop...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Marc Levy, « Elle & lui », c'est votre actualité, une coédition Robert Laffont / Versilio. C'est déjà votre seizième roman, j'ai l'impression que le temps est passé très vite, entre ce premier titre en 2000 et aujourd'hui.Marc Levy :Moi aussi !Philippe Chauveau :Je ne pense pas que vous soyez passéiste mais quand même, de ces seize années que retenez-vous ?Marc Levy :Plein de choses ! Que du bonheur… Je retiens énormément de trac, des moments très complices avec des gens, avec qui j'ai...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :« Elle & lui » est votre 16ème livre Marc Levy. Nous y découvrons le personnage de Paul, architecte devenu romancier, comme vous. Il est américain et a quitté les États-Unis après un premier succès littéraire qu'il a tenté de réitérer en s'installant en France pour trouver l'inspiration. Et il va rencontrer Mia, une actrice qui est dans une phase sentimentale compliquée et qui se réfugie à Paris, chez son amie Daisy. Ils vont se rencontrer de façon très inattendue. Ce qui est intéressant, c'est...Programme du samedi 6 avril 2019 de Marc Levy - Le livre - Suite