Christine Orban

L'auteur :

Élevée au Maroc, à Casablanca, Christine Orban comprend très vite que l'écriture sera sa vie. Devenue clerc de notaire après des études de droit comme le souhaitait son père, la jeune femme se sent néanmoins irrésistiblement attirée par la littérature et publie son premier roman en 1986, Les Petites filles ne meurent jamais, sous le nom de Christine Rheims.

Suivront notamment L'âme soeur, J'étais l'origine du monde, Fringues et Mélancolie du dimanche. Mariée avec l'éditeur Olivier Orban, l'éternelle jeune femme respire l'air du large dans sa demeure normande, partage son temps entre ses deux fils, l'écriture, le sport et les brocantes, mais n'en délaisse pas pour autant sa passion pour l'écriture et signe encore Petites phrases pour traverser la vie en cas de tempête... et par beau temps aussi, en 2007, et N'oublie pas d'être heureuse en 2009, largement inspiré de sa propre existence. Reconnaissant elle-même un goût pour la solitude et la mélancolie, elle publie en 2011 Le pays de l'absence, roman dont l'héroïne n'est autre que sa propre mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer.
En 2014, deux cents ans après la mort de l'impératrice, Christine Orban endosse les habits de Joséphine dans une lettre imaginaire adressée à Napoléon.

Quel effet bizarre faites-vous sur mon coeur Albin Michel
  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • Son père la rêvait avocate. C'est en romancière que Christine Orban s'est accomplie. Après un premier ouvrage paru en 1986, « Les petites filles ne meurent jamais », elle s'impose rapidement par l'élégance de son écriture, la modernité des sujets abordés et la douce mélancolie qui se dégage de sa personnalité. « La femme adultère », « La mélancolie du dimanche » ou « N'oublie pas d'être heureuse » font partie de ses succès de librairie. Derrière la timidité et la fragilité apparente de Christine Orban se...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Présentation - Suite
    Philippe Chauveau :Bonjour Christine Orban, merci d'être avec nous. On le sait, vous êtes née au Maroc, à Casablanca, vous avez fait des études de droit pour satisfaire votre père, mais la lecture et l'écriture étaient déjà très présentes dans votre vie. C'était un besoin viscéral. L'écriture et la lecture sont-elles pour vous indissociables de votre bonheur.Christine Orban :Je suis pas sûre que le besoin de se surpasser, de faire quelque chose de difficile, aille avec le bonheur. Il y a surement au début, une certaine...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau :dans ce nouveau roman, Christine Orban, vous vous êtes mise dans la peau de l'impératrice Joséphine. Joséphine qui n'est plus impératrice d'ailleurs à cette époque là puisque l'empereur est parti en exil à l'ile d'Elbe et Joséphine à sa table de travail à Malmaison, lui écrit pour retracer leur histoire, pour raconter leur amour. Qu'est ce qui vous a donné envie, Christine Orban, de vous mettre dans la peau de Joséphine.Christine Orban :c'est vrai que c'est assez mystérieux. Parce que finalement je...Sur une île déserte, quels livres emporteraient-ils ? de Christine Orban - Le livre - Suite