Victor Jestin, Prix Ouest 2020

Victor Jestin, Prix Ouest 2020

Le jury a récompensé le premier roman de l'auteur nantais

Portrait de Victor jestin 00'04'30"

Philippe Chauveau
Bonjour Victor Jestin.

Victor Jestin
Bonjour.

Philippe Chauveau
Merci d'avoir accepté notre invitation. Vous faites partie des noms que l'on retient beaucoup en cette rentrée littéraire 2019. Vous faites partie des quelque 80 premiers romans de la rentrée littéraire. La chaleur. C'est le titre de votre ouvrage sur lequel on va revenir. J'aimerais que nous fassions un peu connaissance. Vous êtes Nantais d'origine, aujourd'hui, vous êtes installé à Paris. C'est d'abord le cinéma qui vous a tenté. Vous avez suivi d'ailleurs des études de cinéma. Pourquoi ce goût pour l'image ? Pour le cinéma en particulier ?

Victor Jestin
C'est quand même la littérature en premier qui m'a vraiment... J'écris depuis assez longtemps, mais en parallèle est venue la passion du cinéma et des études plus évidentes dans ce milieu là. Donc, j'en ai fait sur le scénario tout en écrivant des romans. Et puis, là, j'arrive au point un peu d'équilibre où je travaille à la fois sur un deuxième roman et puis en même temps, sur des scénarios avec des réalisateurs.

Philippe Chauveau
Puisque vous nous dites que la littérature était déjà bien présente dans votre parcours, comment nait cet amour, justement, des mots de l'écrit ? Quels sont les auteurs qui vous ont marqué ? Est-ce qu'il y a un enseignant, un prof qui vous a mis un livre en main, qui vous a donné le goût de la lecture ?

Philippe Chauveau
Il est venu assez tard. J'écrivais sans lire, ou presque, jusqu'à presque 19 ans. Et après, il y a eu deux ou trois découvertes qui m'ont fait lire beaucoup, et notamment des auteurs qui comptent pour moi. Je me souviens de lire Ismaël Kadaré, L'Albanais, qui m'a amené sur des auteurs plus classiques encore, comme Camus, qui ont tous les deux des écritures assez sèches qui m'ont marqué. Et puis, je dirais peut-être un dernier auteur qui m'a marqué plus récemment, c'est Jean Genêt. Voilà, puis beaucoup d'autres qui me restent à lire.

Philippe Chauveau
Pourquoi, pour vous, le lien est-il évident entre la littérature et le cinéma ? Pourquoi ces deux familles, finalement, sont-elles intimement liées selon ?

Victor Jestin
Je pense qu'en terme d'écriture, c'est vraiment pas le même travail. C'est dangereux de les confondre. Peut-être le scénario, c'est pas littéraire. Il s'agit juste de décrire ce qui se passe à l'écran et la littérature, il y a un travail sur la langue, mais il y a des passerelles plus subtiles et intéressantes, sur la notion d'ellipse, sur la notion de dialogue, sur le montage. Comment on monte des plans, comment on monte des phrases, comment on retravaille... En fait, l'aspect artisanal, et de ça, de réfléchir à ça et d'y être confronté, je pense que c'est extrêmement nourrissant pour les deux écritures, mais il faut toujours garder en tête que c'est vraiment pas la même chose.

Philippe Chauveau
Comment avez-vous travaillé sur ce premier roman ? Est-ce qu'un matin, vous vous êtes mis devant votre écran pour démarrer le roman, ou la gestation a-t-elle été beaucoup plus lente ? Quelqu'un vous a poussé à l'écriture ? Comment est né ce livre ?

Victor Jestin
C'est beaucoup de réflexion en amont. Une phase de travail finalement assez courte, beaucoup de retravail derrière. L'idée est venue à Barbès puisque j'habitais à Barbès à l'époque, je me souviens de l'endroit. Après, c'est quand même des souvenirs un peu qui se transforment et qui ont donné forme à cette histoire.

Philippe Chauveau
Mais l'envie de l'écriture, vous savez d'où elle vient ?

Victor Jestin
Non, c'est un moyen d'expression limpide pour moi, c'est une plaisir que j'ai depuis huit ans. Non, je ne sais pas d'où ça vient. Sinon, de mes parents qui m'ont énormément poussé quand même à faire ça quand ils ont vu que ça me plaisait, qui m'ont énormément poussé à continuer. Peut-être eux, quand même.

Philippe Chauveau
Vous avez 25 ans lorsque l'on vit la sortie de son premier livre dans une maison renommée dans le milieu littéraire. Comment vivez-vous tout cela ? Est-ce qu'il y a un côté vertigineux ? Est-ce que ça vous fait peur ? Est-ce qu'il y a un peu d'appréhension ou c'est uniquement de la jouissance ?

Victor Jestin
C'est quand même surtout de la jouissance, mais exactement comme dans le livre, la jouissance, elle est liée quelque part aussi à l'effroi et à l'anxiété. Ah oui, c'est un peu vertigineux, quand même. Et le plus dur, c'est quand même de se concentrer sur le travail, de penser au deuxième. Parce que c'est prenant, ces mois, ces semaines et j'essaye de me lever plus tôt le matin avant de venir vous voir pour écrire sur le deuxième.

Philippe Chauveau
En tout cas, vous avez un réel talent. On va suivre votre parcours avec beaucoup d'attention. C'est l'un des coups de cœur de cette rentrée. Ça s'appelle tout simplement La chaleur. C'est le premier roman de Victor Jestin, aux éditions Flammarion.

Le jury a récompensé le premier roman de l'auteur nantais Flammarion
  • REPORTAGE
  • PORTRAIT DE VICTOR JESTIN
  • LE LIVRE
  • Âgé de 25 ans, Victor Jestin a su séduire les membres du jury du Prix Ouest avec son premier roman. Après avoir grandi à Nantes, l’auteur vit aujourd’hui à Paris. Son livre a déjà reçu de nombreuses récompenses telles que le Prix Femina des lycéens, le Prix Étagère ou encore le Prix de la Vocation en 2019.En remportant le Prix Ouest, il bénéficie d’une dotation de 5000 euros et d’un encart d’une valeur totale de 3000 euros qui mettra en avant son ouvrage dans le magazine Lire et dans le Nouveau Magazine LittéraireLe jury a récompensé le premier roman de l'auteur nantais de Victor Jestin - Reportage - Suite
    Philippe ChauveauBonjour Victor Jestin. Victor JestinBonjour. Philippe ChauveauMerci d'avoir accepté notre invitation. Vous faites partie des noms que l'on retient beaucoup en cette rentrée littéraire 2019. Vous faites partie des quelque 80 premiers romans de la rentrée littéraire. La chaleur. C'est le titre de votre ouvrage sur lequel on va revenir. J'aimerais que nous fassions un peu connaissance. Vous êtes Nantais d'origine, aujourd'hui, vous êtes installé à Paris. C'est d'abord le cinéma qui vous a tenté. Vous avez suivi...Le jury a récompensé le premier roman de l'auteur nantais de Victor Jestin - Portrait de Victor jestin - Suite
    Philippe ChauveauIl fait très chaud ce dernier week-end du mois d'août. D'ailleurs, il paraît que ça va être la plus chaude des journées que le pays n'ait jamais connue. Nous sommes sur une plage des Landes, dans un camping où Léonard a passé les vacances avec sa famille, avec ses parents, avec sa petite soeur Alma, avec son chien Bulle. C'est un ado presque comme les autres, même s'il est un peu mal dans sa peau. Et puis, un soir, juste avant le départ, avant de faire les valises, il va croiser le chemin d'Oscar. Mais Oscar...Le jury a récompensé le premier roman de l'auteur nantais de Victor Jestin - Le livre - Suite