Gonzague Saint Bris

Gonzague Saint Bris

Sade, l'ange de l'ombre

Le livre 4'12

Cette nouvelle biographie, Gonzague Saint Bris, consacrée au marquis de Sade, vous l'avez sous-titrée « l'ange de l'ombre ». Expliquez-moi ce qui vous a donné envie de vous intéresser à ce personnage qui réserve encore bien des surprises mais que l'on a parfois bien du mal à envisager.
C'est un personnage sulfureux, sur lequel il y a une énorme image toute faite, ce monstre de la sexualité. J'aime la liberté en littérature et je tente toujours dans mes biographies, de trouver des choses sur mon sujet que les autres n'ont pas découvertes.
Et qu'y a-t-il derrière l'image toute faite du marquis de Sade ? Vous le saurez en lisant ma biographie, et je vous réponds que c'est l'ange de l'ombre
Vous vous êtes quand même posé la question : quel lien peut-il y avoir entre Gonzague Saint Bris et le marquis de Sade. Vous avez longuement réfléchi avant de vous attaquer au sujet.
Tout à fait. C'est Hugues de Sade, un ami d'enfance, qui m'a demandé pour le bicentenaire de sa mort en 2014, cette biographie du marquis de Sade. J'ai fait ce qu'il faut faire. Je me suis retiré avec une amie, dans une île à demi déserte, avec la totalité des livres de Sade. J'ai tout lu.
En lisant ces kilomètres d'enculage et ces cortèges de crimes rêvés par le marquis de Sade - parce qu'il a dit la vérité : je n'ai jamais tué personne ! - je me suis dit, non... Je soufflais d'abord, et je me suis dit :
« Toi qui est un gentleman chrétien, tu ne peux pas écrire sur ce personnage parce que ce qu'il y a de plus choquant dans Sade, et ce qui a choqué à son époque au 18ème, c'est cette athéisme combattant, ce goût du sacrilège, ce type qui ne peut qu'éjaculer dans les calices,
que mettre l'hostie au bas-ventre des femmes, c'est très choquant pour moi. Alors je me suis dit non, je ne vais pas écrire sur lui. Et là, en parcourant sa vie, et en le traitant d'une façon traditionnelle, comme un vrai biographe,
comment il est à 15 ans, comment il est à 25 ans, tout d'un coup, je suis passé de la répulsion à la compassion. J'ai vu que cet homme était le martyr de sa propre liberté. Un quart de siècle en cellule !
Vous ne l'excusez pas. Vous cherchez à le comprendre.
Oui parce que vous savez, il y a la phrase de Saint-Augustin. « Il faut haïr le péché, mais aimer le pécheur. » Et moi j'ai aussi beaucoup aimé la phrase d'André Malraux : « Juger c'est de toute évidence, ne pas comprendre, puisque si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger. »
N'avez-vous pas peur, Gonzague, de dérouter un peu votre lectorat habituel, toutes les lectrices, les lecteurs qui aiment vos ouvrages, vont-ils avoir envie de se lancer dans cette biographie ? Est-ce que ce n'est pas le genre de livres que l'on va lire en cachette ?
Non, je n'ai pas du tout peur. Au contraire, je suis sincère. Vous savez, j'ai été très touché parce que ce livre, je l'ai montré à la comtesse de Sade, qui est la femme de Xavier de Sade qui a fait connaître au public qui était son ancêtre.
Tous les fils sont magnifiques parce qu'ils disent tous « je suis fier de descendre du marquis de Sade. » Elle m'a dit que ce livre était vraiment ce que l'on pouvait faire de mieux sur son ancêtre, et elle est décédée, il y a peu de temps, et le livre est paru le jour de son enterrement.
Et j'y ai vu un signe. Il ne faut pas avoir peur de regarder la vérité d'un écrivain, et d'un écrivain pour qui l'essentiel, était d'être un grand écrivain.
Gonzague Saint Bris, si le marquis arrivait ici, face à nous, qu'auriez-vous envie de lui dire ? Quelle question auriez-vous envie de lui poser ?
La question que je lui poserais : est-ce que vous n'avez pas trop payé ? Est-ce que vous n'avez pas été trop puni ? Est-ce que vous n'avez pas trop souffert ? Alors que votre oeuvre a mis au monde la réalité d'aujourd'hui.
Merci Gonzague Saint Bris, merci de nous avoir reçus. C'est votre nouvel ouvrage aux éditions Télémaque, Marquis de Sade, l'ange de l'ombre. Une biographie vraiment très personnel, un livre que je vous conseille vivement. Gonzague Saint Bris aux éditions Télémaque.

Cette nouvelle biographie, Gonzague Saint Bris, consacrée au marquis de Sade, vous l'avez sous-titrée « l'ange de l'ombre ». Expliquez-moi ce qui vous a donné envie de vous intéresser à ce personnage qui réserve encore bien des surprises mais que l'on a parfois bien du mal à envisager.
C'est un personnage sulfureux, sur lequel il y a une énorme image toute faite, ce monstre de la sexualité. J'aime la liberté en littérature et je tente toujours dans mes biographies, de trouver des choses sur mon sujet que les autres n'ont pas découvertes.
Et qu'y a-t-il derrière l'image toute faite du marquis de Sade ? Vous le saurez en lisant ma biographie, et je vous réponds que c'est l'ange de l'ombre
Vous vous êtes quand même posé la question : quel lien peut-il y avoir entre Gonzague Saint Bris et le marquis de Sade. Vous avez longuement réfléchi avant de vous attaquer au sujet.
Tout à fait. C'est Hugues de Sade, un ami d'enfance, qui m'a demandé pour le bicentenaire de sa mort en 2014, cette biographie du marquis de Sade. J'ai fait ce qu'il faut faire. Je me suis retiré avec une amie, dans une île à demi déserte, avec la totalité des livres de Sade. J'ai tout lu.
En lisant ces kilomètres d'enculage et ces cortèges de crimes rêvés par le marquis de Sade - parce qu'il a dit la vérité : je n'ai jamais tué personne ! - je me suis dit, non... Je soufflais d'abord, et je me suis dit :
« Toi qui est un gentleman chrétien, tu ne peux pas écrire sur ce personnage parce que ce qu'il y a de plus choquant dans Sade, et ce qui a choqué à son époque au 18ème, c'est cette athéisme combattant, ce goût du sacrilège, ce type qui ne peut qu'éjaculer dans les calices,
que mettre l'hostie au bas-ventre des femmes, c'est très choquant pour moi. Alors je me suis dit non, je ne vais pas écrire sur lui. Et là, en parcourant sa vie, et en le traitant d'une façon traditionnelle, comme un vrai biographe,
comment il est à 15 ans, comment il est à 25 ans, tout d'un coup, je suis passé de la répulsion à la compassion. J'ai vu que cet homme était le martyr de sa propre liberté. Un quart de siècle en cellule !
Vous ne l'excusez pas. Vous cherchez à le comprendre.
Oui parce que vous savez, il y a la phrase de Saint-Augustin. « Il faut haïr le péché, mais aimer le pécheur. » Et moi j'ai aussi beaucoup aimé la phrase d'André Malraux : « Juger c'est de toute évidence, ne pas comprendre, puisque si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger. »
N'avez-vous pas peur, Gonzague, de dérouter un peu votre lectorat habituel, toutes les lectrices, les lecteurs qui aiment vos ouvrages, vont-ils avoir envie de se lancer dans cette biographie ? Est-ce que ce n'est pas le genre de livres que l'on va lire en cachette ?
Non, je n'ai pas du tout peur. Au contraire, je suis sincère. Vous savez, j'ai été très touché parce que ce livre, je l'ai montré à la comtesse de Sade, qui est la femme de Xavier de Sade qui a fait connaître au public qui était son ancêtre.
Tous les fils sont magnifiques parce qu'ils disent tous « je suis fier de descendre du marquis de Sade. » Elle m'a dit que ce livre était vraiment ce que l'on pouvait faire de mieux sur son ancêtre, et elle est décédée, il y a peu de temps, et le livre est paru le jour de son enterrement.
Et j'y ai vu un signe. Il ne faut pas avoir peur de regarder la vérité d'un écrivain, et d'un écrivain pour qui l'essentiel, était d'être un grand écrivain.
Gonzague Saint Bris, si le marquis arrivait ici, face à nous, qu'auriez-vous envie de lui dire ? Quelle question auriez-vous envie de lui poser ?
La question que je lui poserais : est-ce que vous n'avez pas trop payé ? Est-ce que vous n'avez pas été trop puni ? Est-ce que vous n'avez pas trop souffert ? Alors que votre oeuvre a mis au monde la réalité d'aujourd'hui.
Merci Gonzague Saint Bris, merci de nous avoir reçus. C'est votre nouvel ouvrage aux éditions Télémaque, Marquis de Sade, l'ange de l'ombre. Une biographie vraiment très personnel, un livre que je vous conseille vivement. Gonzague Saint Bris aux éditions Télémaque.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Gonzague Saint Bris est un fidèle de WebTvCulture. Il a été l'un des premiers auteurs à nous ouvrir sa porte, à nous faire confiance, et c'est pourquoi nous avons plaisir à le retrouver régulièrement pour évoquer son actualité. Gonzague Saint Bris est un personnage.On l'adore ou on le déteste, mais il ne laisse personne indifférent, il le sait et il s'en amuse. Passionné d'histoire, il aime faire revivre les grands noms d'hier.Mais pas de nostalgie chez lui, et encore moins de passéisme, plutôt l'envie de maîtriser le...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Présentation - Suite
    Bonjour Gonzague Saint Bris. Merci de nous recevoir ici, chez vous, dans votre univers. On est toujours surpris quand on arrive chez vous GonzagueOn se pose un peu la question : si vous n'aviez pas été écrivain, et si l'histoire ne vous avait pas happé comme cela, qu'auriez-vous aimé faire dans la vie ?En fait, je suis très heureux d'être écrivain. Et ici, cette maison est comme un livre. C'est à dire que chaque pièce est un chapitre, et l'ensemble est un roman. Vous savez, il faut décorer les maisons comme on écrit des...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Portrait - Suite
    Cette nouvelle biographie, Gonzague Saint Bris, consacrée au marquis de Sade, vous l'avez sous-titrée « l'ange de l'ombre ». Expliquez-moi ce qui vous a donné envie de vous intéresser à ce personnage qui réserve encore bien des surprises mais que l'on a parfois bien du mal à envisager. C'est un personnage sulfureux, sur lequel il y a une énorme image toute faite, ce monstre de la sexualité. J'aime la liberté en littérature et je tente toujours dans mes biographies, de trouver des choses sur mon sujet que les autres n'ont pas...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Le livre - Suite
    Gonzague Saint Bris , comme à chaque fois qu'il s'empare d'un sujet, c'est avec passion qu'il le fait.Là, il est allé chercher un écrivain plus difficile sans doute à approcher puisqu'il s'agit du marquis de Sade qui a une vie quelque peu tourmentée et agitée que l'on sait qui n'est pas nécessairement un personnage sympathique.Ce que d'ailleurs Gonzague Saint Bris ne s'évertue pas à faire. Il est très honnête vis à vis du personnage dont il explore toutes les facettes. Gonzague Saint Bris a une espèce de plaisir pour le...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - L'avis du libraire - Suite