Pour recevoir notre newsletter
+
Didier Decoin
Une anglaise à bicyclette
 
Philippe Chauveau :
«Bonjour Didier Decoin»

Didier Decoin :
«Bonjour Philippe»

PC :
«Merci de nous recevoir ici dans votre Normandie, je dis votre Normandie, parce que c'est une région à laquelle vous êtes attaché. Et puis vous êtes attaché à cette maison de famille, une maison que votre père a acheté. On va parler de votre père, puisqu'il compte beaucoup dans votre parcours d'auteur aussi. Grand cinéaste des années 30, 40, 50, lorsque vous pensez à votre père, quelle est l'image qui vous revient d'abord ?»

DD :
«La première image qui me revient c'est lorsqu'il m'a emmené la première fois sur un plateau de cinéma, je devais avoir 6 ans, 5 ans, et je savais pas du tout ce que c'était. Je savais qu'il faisait des films mais je n'avais pas vu ses films. Et je suis arrivé sur le plateau de Billancourt, et il y avait une reconstitution de la Rue de Paris. Alors les maisons étaient fausses, le pavé de Paris était en bois, il y avait des «bagnoles» fausses, poussées par des machinistes, il y avait un orage, il y avait l'eau qui tombait par des lances à incendies, les éclairs étaient des projecteurs, agité à la taule pour le bruit. Et Papa au milieu de tout ça disait, plus de pluie, plus d'éclairs ! Et je me disais que ses jouets à lui étaient beaucoup plus beau qu'à moi. Et j'ai admiré d'avoir un père joueur, c'était très sérieux ce qu'il faisait, mais pour moi c'était quelque chose de gagesque, et là, j'étais en adulation. Ce que Papa aimait dans le cinéma, c'était raconter des histoires, et je n'ambitionne rien d'autre que d'être un raconteur d'histoires. De prendre mon lecteur par la main, comme lui prenait son spectateur, et de l'emmenait dans un endroit inconnu et de lui raconter une histoire.»

PC :
«Vous avez un parcours qui n'a rien a envier à celui de votre père, dans un autre domaine, lorsque vous vous penchez sur ces années écoulées, votre sentiment, quel est-il ?»

DD :
«J'ai été très heureux, si je devais faire un bilan, ça serait le bilan d'une série de joie, c'est prétentieux de dire ça, attendez j'ai eu des chagrins comme tout le monde, mais c'est vraiq eu j'ai eu, non pas des satisfactions, mais des bouffées de joie, Goncourt, ça été un moment formidable.

PC :
Vous le journalisme aussi, ça été un grand moment de votre vie, France Soir, VSD, Europe 1, le Figaro, ça vous a manqué, ou ça vous manque peut être encore le journalisme, ou c'est une page qui s'est tournée ?»

DD :
«Non , non, elle ne s'est pas tourné. Je me considère encore comme journaliste, c'est à dire que lorsque le téléphone sonne et qu'on me demande de faire une pige, je dis presque toujours oui. Et puis vous savez le travail de romancier s'apparente de beaucoup à celui d'un journaliste, parce que, qu'est-ce que je fais quand j'écris un livre ou un scénario ? J'écoute mes personnages, je les interviewe, je suis perpétuellement dans l'attitude du curieux, je regarde le décor dans lequel ils évoluent, je regarde leurs habitudes.. Les plus jeunes me demande comment fais-ton pour être romancier. Je leur répond vous faites exactement ce que font les journalistes. Vous vous mettez en face de quelqu'un que vous voulez faire parler, vous lui poser 2, 3 questions et vous l'écoutez, surtout vous l'écoutez.»

PC :
«Comment passe t'on du roman au scénario ?»

DD :
«Très facilement, parce que l'on se recréer de l'un sur l'autre, le roman c'est le travail solitaire par excellence, moi je suis dans mon bureau, je verrouille tout, même les oiseaux, je mets même de la musique pour pas les entendre. Il faut que je sois complètement en immersion dans le livre. Alors que le scénario, c'est tout à fait le contraire, vous avez 80 ou 100 personnes qui sont en aval de votre travail, d'abord c'est rassurant, parce que vous vous dites si j'écris une bêtise, ils vont la corriger, le roman pas toujours. C'est merveilleux, après la longue solitude, la longue traversée d'un désert que représente l'écriture d'un roman, de se retrouver avec le bouillonnement humain des gens, qui vont faire le film, qui vous parle costume, qui vous parle lumière, qui vous parle son... ça me rassure de retrouver ça. Et un moment donné je suis fatigué, et je reviens au silence du roman, à mon hamac romanesque.»

PC :
«Avez-vous eu des moments de doutes en tant qu'écrivain, en tant qu'auteur ?»

DD :
«Horrible ! Mais j'en ai à chaque fois. Mais vous êtes chic de dire du doute, c'est une angoisse et même un dégout de ce je fais, je m'en veux, je trouve ça moche, pas abouti, ça correspond pas a ce que je veux faire; vous savez mon problème, c'est que je suis un gros lecteur, donc je lis les livre des autres, des Français, des étrangers... Je tombe sur des chefs d'oeuvre, et je me dis mais pourquoi je n'arrive pas à faire ça, moi.»

PC :
«Votre père a connu vos tout premiers pas en littérature, mais il n'a pas connu votre succès et votre pris Goncourt notamment, est-ce que votre travail aujourd'hui, c'est une sorte d'hommage que vous avez envie de lui rendre, est-ce que vous y penser, est-ce qu'il aurait été fier de vous ?»

DD :
«Ah ! Je lui poserai la question quand je le retrouverait la-haut pour savoir si il a été fier de moi. Mais si j'y pense, oui. J'y pense tout le temps. Je me dis est-ce que Papa serait content. Mais je réponds pas à la question, je me la pose la question. Très objectivement, honnêtement, je pense qu'il ne serait ne pas furieusement mécontent de ce que j'ai fait. Il ne voulait pas que je fasse du cinéma, enfin que je fasse le même métier de metteur en scène que lui. Il m'avait dit un jour, au cinéma, si tu veux faire couler un porte avion dans un film, tu va dire ça au producteur, et il commence à te «foutre dehors avec un coup de pied au cul» parce que ça coute trop cher ! Si tu veux faire coule un porte avion dans un livre, tu prend un stylo bille et une feuille de papier, et tu écris un porte avion coule, et ça n'a rien couté et ça a coulé un porte avion. Alors choisis plutôt l'écriture. Et je le revois me disant ça et beaucoup de choses sont partis de là, de cet instant là. Donc si c'est vraiment ce qu'il voulait pour moi, et bien il doit être un peu près satisfait.»

PC :
«Merci beaucoup Didier Decoin et continuez à nos raconter de belles histoires. Une Anglaise à bicyclette, ça c'est votre nouveau roman, et c'est aux éditions Stock.»
Philippe Chauveau
 
Une anglaise à bicyclette de Didier DecoinUne anglaise à bicyclette
Aux édition Stock
À la une : Didier Decoin - Une anglaise à bicyclette

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire
Didier Decoin est le fils du cinéaste Henri Decoin qui réalisa plus d'une cinquantaine de films entre les années 1930 et 1960. Est-ce d'avoir souvent accompagné son père sur les plateaux lorsqu'il était enfant, toujours est-il que Didier Decoin est devenu lui aussi un raconteur d'histoires. C'est d'abord dans le journalisme qu'il exerce ses talents d'écriture à France Soir, au Figaro, puis à Europe 1. Des l'age de 20 ans il publie son premier roman « Le procès à l'amour ». Dix ...

Une anglaise à bicyclette de Didier Decoin - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
«Bonjour Didier Decoin»

Didier Decoin :
«Bonjour Philippe»

PC :
«Merci de nous recevoir ici dans votre Normandie, je dis votre Normandie, parce que c'est une région à laquelle vous êtes attaché. Et puis vous êtes attaché à cette maison de famille, une maison que votre père a acheté. On va parler de votre père, puisqu'il compte beaucoup dans votre parcours d'auteur aussi. Grand cinéaste des années 30, 40, 50, lorsque vous pensez à ...

Une anglaise à bicyclette de Didier Decoin - Portrait - Suite
P.C
Didier Decoin, nous sommes ensemble chez vous en Normandie, dans cette belle région, à l'occasion de la sortie chez stock de votre nouveau roman « Une Anglaise à bicyclette ». Alors nous sommes à la fin du 19e siècle, en 1890 avec Jayson, un photographe anglais qui est parti aux Etats-unis pour prendre des photos, dans une région où vivent les Sioux.

DD
Il va faire des photos de visages de femmes qui sont, vous savez, extrêmement burinés où il ...

Une anglaise à bicyclette de Didier Decoin - Le livre - Suite
Pascale Perrot, de la librairie Chapitre à Lorient J'aime beaucoup ce livre qui est un hymne à la liberté, qui offre cette belle histoire d'amour entre cet homme qui a vieilli et cette jeune fille qu'il a élevé, mais en même temps ils vont passer des moments délicieux ensemble.
Il est fan de Jane Austen, fan d'Emily Brontë, fan de Dickens, donc dans ce livre là on retrouve toute cette écriture.
Il est scénariste donc il sait nous faire rêver ...

Une anglaise à bicyclette de Didier Decoin - L'avis du libraire - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.