Pour recevoir notre newsletter
+
Alessandro Mari
Les folles espérances
 

Philippe Chauveau :

Bonjour Alessandro Mari, vous êtes de passage à Paris chez votre éditeur Albin Michel à l'occasion de la sortie des « Folles espérances », votre premier roman publié en France. Mais comment s'est passé votre entrée en littérature, comment est né chez vous l'envie d'écrire ?

 Alessandro Mari :

C'est difficile de répondre à « comment décide-t-on d'écrire ». Je pense qu'on ne le décide pas. Ca arrive. Quand j'étais petit, je ne m'intéressais pas à la littérature. J'avais limite peur des livres. Je viens d'une famille ouvrière et les livres n'étaient pas présents dans notre maison. Ce n'était pas quelque chose que j'aurais pu découvrir. J'avais un grand-père qui était camionneur, et chaque fois qu'il revenait d'un voyage, il racontait une histoire, et s'il y a eu quelque chose qui a réveillé en moi l'étincelle de la passion pour écouter et ensuite écrire des histoires, c'est bien ce papi conteur.

Philippe Chauveau :

Il y a une autre facette de votre travail Alessandro Mari, c'est la traduction. Il y a de nombreux ouvrages, littérature générale, essais, mais aussi littérature jeunesse. Pourquoi ce goût pour le travail de littérature jeunesse ?

Alessandro Mari :

Premièrement parce que, je ne sais pas comment ça se passe en France, mais en Italie, il y a un fait très important qui est que les jeunes ne lisent pas. C'est plutôt notre faute, parce que nous ne réussissons pas à ouvrir un canal de communication avec eux. Parce que peut-être, dans notre époque, comme jamais avant dans l'histoire, les jeunes ont une solitude assiégée par des stimulations : internet, la télévision, tout. Et ce bon petit moment de solitude qu'on prenait pour lire est en train de se perdre. Il faut commencer quand ils sont jeunes, sans leur donner que des classiques ou de la littérature manifestement sociale, mais en les amusant. 

Philippe Chauveau :

Vous êtes diplômé en langue et en littérature étrangère, vous avez fait une thèse sur le post-modernisme, quel regard portez-vous sur la littérature contemporaine ?

Alessandro Mari :

Il y a un retour à une littérature haute et excellente, qui est un peu un retour à la littérature du 19ème siècle, un peu comme je fais. Par contre, il y a aussi une littérature qui regarde le cinéma et la télévision, qui reprend un mécanisme de narration que la littérature avait précédemment appris au cinéma et à la télévision. Et quand je parle de cette littérature, je fais référence à Dickens, à Dumas. Et nous, les écrivains, on est en train de récupérer ce schéma. Dans ce sens, je n'ai pas de jugement. Je ne saurais pas dire si c'est mieux ou pire qu'il y a trente ans. Ca me rassure le fait que la littérature existe depuis 10 000 ans. Et si à chaque époque, elle change, c'est parce qu'elle est en train de trouver la meilleure façon d'arriver au lecteur.

Philippe Chauveau : 

« Les folles espérances » a été un gros succès en Italie, vous avez été notamment récompensé par le prix Viareggio, comment avez-vous vécu ce succès, pour votre premier roman ?

Alessandro Mari :

Quand j'ai commencé à faire circuler les premières copies de mon roman aux éditeurs, personne en Italie ne pensait que l'on puisse vendre un roman de 900 pages. Parce que l'on passe notre temps à se répéter qu'en Italie on ne lit pas assez, et donc les éditeurs ont plus de facilité à publier des livres plus courts. C'était un pari et l'avoir gagné à la sortie du roman, c'était évidemment un plaisir, et ça m'a donné beaucoup de confiance et que là-dehors, il existe ce genre de lecteurs, comme moi, qui cherchent ce type d'histoire.

Philippe Chauveau :

« Les folles espérances », c'est votre premier roman publié en France, pouvez-vous nous parler des autres ? 

Alessandro Mari :

Dans le premier roman, j'ai traité de la façon dont on est devenu une nation, et dans le deuxième, j'ai traité les 100 protecteurs de l'Italie, donc c'est un dialogue entre moi et une partie de l'Histoire. Dans le troisième, je raconte tout simplement une histoire d'école, une histoire entre des jeunes, mais là aussi, même si c'est une histoire contemporaine, c'est quand même un roman historique, parce qu'il y a quelque chose qui s'est passé entre moi qui ai un peu plus de trente ans et les plus jeunes générations, d'un peu plus de 18 ans, les adolescents d'aujourd'hui, et ce qui s'est passé, c'était une révolution historique, c'est-à-dire l'arrivée du monde numérique. Et donc même si j'ai écrit un livre qui est bien différent au niveau du style et de l'histoire racontée, parce qu'il parle de l'école, en réalité, j'ai vraiment écrit un roman historique. Parce que je raconte une révolution historique.

Philippe Chauveau :

Je le disais en préambule, « Les folles espérances » c'est votre premier roman publié en 2011, que vous apporte l'écriture au quotidien ?

Alessandro Mari :

Ecrire, de façon un peu métaphorique, ça veut dire continuer à devoir accepter de vivre avec moi même beaucoup d'heures par jour, ce qui n'est pas facile. Parfois c'est pas facile. Parce que, vous voyez, les personnes qui n'écrivent pas, ils voient peut-être les écrivains comme des êtres mythologiques, or, nous sommes des personnes comme toutes les autres, qui passons juste beaucoup de temps tout seul. Et tout ce temps passé seul peut-être magnifique et exceptionnel quand il est créatif, ou très dangereux, quand il n'est pas créatif. L'écriture est un lieu vers lequel revenir mais pas un lieu où habiter tout le temps, pour des raisons d'hygiène mentale. 

Philippe Chauveau :

Votre premier roman Alessandro Mari est publié en France chez Albin Michel, ça s'appel « Les folles espérances ».


Philippe Chauveau
 
Les folles espérances d'Alessandro MariLes folles espérances
Albin Michel
À la une : Alessandro Mari - Les folles espérances

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire
Voilà un énorme pavé comme la littérature sait parfois nous en offrir. Alors, bien sûr, 1000 pages, ça peut effrayer mais quel bonheur quand on est happé par l’histoire et l’écriture. En 2011, en Italie, avec ce titre « Les folles espérances », Alessandro Mari a reçu le prix Viareggio, l'un des plus prestigieux de l'édition italienne. C'était alors son premier roman. Depuis, Alessandro Mari a publié deux autres ouvrages dans son pays mais celui-ci, traduit magistralement par Anna Colao, sort en France ...

Les folles espérances d'Alessandro Mari - Présentation - Suite
Philippe Chauveau : Bonjour Alessandro Mari, vous êtes de passage à Paris chez votre éditeur Albin Michel à l'occasion de la sortie des « Folles espérances », votre premier roman publié en France. Mais comment s'est passé votre entrée en littérature, comment est né chez vous l'envie d'écrire ?  Alessandro Mari : C'est difficile de répondre à « comment décide-t-on d'écrire ». Je pense qu'on ne le décide pas. Ca arrive. Quand j'étais petit, je ne m'intéressais pas à la littérature. J'avais limite peur des livres. Je viens d'une famille ...

Les folles espérances d'Alessandro Mari - Portrait - Suite
Philippe Chauveau : Avec « Les folles espérances » Alessandro Mari, vous nous plongez dans une page importante de l'histoire italienne. Nous sommes en 1830, c'est ce qu'on appelle le Risorgimento, cette sorte de renaissance italienne qui verra l'unification du pays. Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire cette grande fresque historique ? Alessandro Mari : Je parle d'une génération d'aventuriers, de personnes divisées au sein de la même nation, qui cherchent toutes les façons de lutter pour réunifier le pays. Mais je ne raconte pas l'unification. Je ...

Les folles espérances d'Alessandro Mari - Le livre - Suite
J'ai aimé le roman d'Alessandro Mari, c'est un bon roman, un roman fleuve on peut le dire. Mais c'est un roman plein de personnages, de situations et de styles très différents. On met un peu de temps pour rentrer dans l'intrigue, mais on s'y attache définitivement. Les points forts du livre, ce sont certainement cette richesse de personnages, Alessandro Mari a écrit un livre qu'on aurait pu écrire au 19ème siècle. Et le style mélange antique et moderne et c'est très ...

Les folles espérances d'Alessandro Mari - L'avis du libraire - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.