Pour recevoir notre newsletter
+
Philippe Delerm
Les eaux troubles du mojito
 

Philippe Chauveau

Bonjour Philippe Delerm.

Philippe Delerm

Bonjour.

Philippe Chauveau

Votre actualité aux éditions du Seuil, Les eaux troubles du mojito. Avez-vous des fois l'envie de regarder en arrière, lorsque vous pensez à vos premiers livres, vos premiers essais d'écriture. Est-ce qu'il y a une petite nostalgie de ce temps enfui ?

Philippe Delerm

Oui bien sûr. Ca fait partie de mon rapport à la vie d'arriver à me souvenir assez facilement notamment aussi des tristesses, puisque pendant très longtemps, je n'ai pas réussi à publier, et donc c'est une chose qui me manquait, même si j'avais une vie qui était heureuse avec une femme que j'aimais, que j'aime toujours et un petit garçon délicieux qui s'appelait Vincent et aussi un métier qui me passionnait, et que je pratiquais d'une façon qui me plaisait, avec des clubs théâtres, des clubs de foot dans le cadre du collège. Mais il me manquait d'être transformé en livre, de devenir livre, puisque c'était quand même un rêve qui m'était nécessaire.

Philippe Chauveau

Ce qui veut dire que vous écriviez, vous aviez envoyé à des éditeurs qui vous avaient répondu par la négative lorsqu'ils avaient répondu. Mais pourquoi ce besoin d'écriture, puisque vous le dites, vous étiez comblé, vous aviez la vie que vous souhaitiez. Philippe Delerm Mais il y avait un manque. A l'évidence, je pense que si l'on a cette faculté de saisir l'instant, qu'on me reconnaît parfois dans mes recueils de textes courts et des arrêtés. En même temps, si on l'a vraiment dans la vraie vie, on n'éprouve pas le besoin d'écrire, et c'est sûr, ça traduit une fêlure. Puis, au delà de la fêlure, je l'ai analysé à cause du type même de famille dans laquelle j'étais. C'est-à-dire que je suis arrivé au monde pour succéder à la mort d'une sœur que je n'ai pas connue. J'avais un frère et une sœur beaucoup plus âgés et entre deux, une sœur qui est morte des bombardements alliés à la fin de la guerre de 40, et ma mère, ayant hésité longtemps avant d'avoir un autre enfant, a fini par m'avoir donc et par me dire souvent des phrases du genre : tu m'as sauvé la vie, tu m'as redonné goût à la vie. Autant de phrases qui m'ont semblé extrêmement positives lorsque j'étais enfant et adolescent, mais qui après, avec le recul, me paraissent aussi chargées d'une espèce d'exigence, comme si, quand on a reçu cela, c'est aussi un poids, et il faut en faire quelque chose, et la seule chose que je savais vraiment bien faire c'était d'écrire, donc c'était sûrement l'écriture.

Philippe Chauveau

Vous avez choisi l'enseignement, l'enseignement des lettres notamment. Il y a aussi la découverte de la littérature. Je sais que Colette compte beaucoup dans votre Panthéon littéraire. Quels sont les auteurs qui vous ont influencé et qui peut-être, inconsciemment, vous ont donné vous-même envie d'écrire ?

Philippe Delerm

Colette, c'est tout-à-fait à fait juste, par deux aspects qui me sont très chers : par la sensualité de l'écriture, le fait de pouvoir rendre compte de toutes les odeurs, les couleurs, les façons de sentir. Mais aussi par son statut même. Colette a écrit beaucoup de romans, mais ce que l'on a gardé d'elle, ce sont précisément plutôt des recueils de textes courts, qui ne sont pas des nouvelles. Sido ou La maison de Claudine, ce ne sont pas des nouvelles, mais plutôt des recueils de textes courts, de fragments aussi. Et donc, cette idée que l'on peut être écrivain sans forcément être romancier. Et par ailleurs, l'autre pôle évidemment encore plus prégnant, c'est Proust, qui a longtemps été plutôt dissuasif, puisque je l'ai découvert au début de mes années d'études à Nanterre et tout d'un coup, tellement écrasé par cette façon de voir qui change votre façon de voir la vie, car vous prenez les lunettes de Proust pour tout regarder et vous vous dîtes, à quoi bon écrire, ce serait tellement dérisoire par rapport à ça, et qui paradoxalement, est aussi pleine d'autorisation d'écrire, parce qu'il y a là-dedans des tas de choses dont on se dit qu'elles n'ont rien à faire dans ce que l'on appelle traditionnellement un livre. Vous ouvrez A la recherche du temps perdu, et vous voyez cette idée un peu paradoxale, le désir de trouver le sommeil me réveillait, et vous vous dites, ah oui, c'est vrai, ça m'est arrivé souvent à moi aussi, mais je n'aurais jamais pensé que cela puisse être la matière d'une œuvre littéraire.

Philippe Chauveau

Ca veut dire finalement que lorsque Proust écrit sur la saveur de la madeleine et du thé, et que lorsque Philippe Delerm écrit sur la saveur de la première gorgée de bière, on est un petit peu dans le même univers ? Philippe Delerm Oui, on est un peu dans le même univers. Il y a souvent un petit côté madeleine de Proust dans les textes que j'écris. D'avantage encore dans La première gorgée de bière que dans le nouveau recueil. Parce qu'il y a maintenant, avec le temps qui passe aussi, non seulement le fait de rechercher des sensations intenses comme dans l'enfance, un peu comme la madeleine de Proust, mais il y a aussi le temps qui passe et la peur du temps qui passe et la fragilité des instants qui deviennent d'autant plus précieux qu'on les sait menacés.

Philippe Chauveau

Vous avez écrit également des romans mais c'est vrai que lorsque l'on cite votre nom, lorsque l'on parle de Philippe Delerm, instinctivement, ce qui revient, c'est La première gorgée de bière, et ce sont toujours ces textes courts. Est-ce que parfois vous avez peur d'être enfermé dans cette écriture, et vous avez envie de dire : je sais faire autre chose ?

Philippe Delerm

Je ne sais pas si j'en ai envie. Je pense que finalement, j'ai de la chance. Déjà, j'ai de la chance de rencontrer le succès, ça c'est évident. Mais rencontrer le succès avec une chose qui est vraiment vous, c'en est une autre. J'assume complètement. Je me battais beaucoup pour publier ce type de texte, et j'ai eu beaucoup de mal à les faire. Et je pense que c'est de loin ce que je préfère faire. Il y a d'autres écrivains qui sont un seul livre comme André Dhotel et Le Pays où l'on n'arrive jamais. Ce qu'il y a c'est que c'est plus élégant d'être un pays où l'on n'arrive jamais qu'une gorgée de bière mais bon, je n'ai pas choisi.

Philippe Chauveau

Votre actualité Philippe Delerm, Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d'habiter sur terre. Vous êtes publié aux Editions du Seuil.


Philippe Chauveau
 
Les eaux troubles du mojito de Philippe DelermLes eaux troubles du mojito
Seuil
À la une : Philippe Delerm - Les eaux troubles du mojito

Présentation Portrait Livre
En 1997, avec " La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ", Philippe Delerm connaissait un succès de librairie phénoménal. Avec ce recueil de textes courts, l'auteur nous donnait à lire les petits bonheurs du quotidien. Ce succès était aussi la récompense de la patience de Philippe Delerm qui avait écrit pendant 10 ans avant d'être enfin publié. Dans la famille Delerm, on aime jouer avec les mots, toutes générations confondues. Les parents de l'auteur étaient enseignants et apprenaient à lire ...

Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm - Présentation - Suite
Philippe Chauveau Bonjour Philippe Delerm. Philippe Delerm Bonjour. Philippe Chauveau Votre actualité aux éditions du Seuil, Les eaux troubles du mojito. Avez-vous des fois l'envie de regarder en arrière, lorsque vous pensez à vos premiers livres, vos premiers essais d'écriture. Est-ce qu'il y a une petite nostalgie de ce temps enfui ? Philippe Delerm Oui bien sûr. Ca fait partie de mon rapport à la vie d'arriver à me souvenir assez facilement notamment aussi des tristesses, puisque pendant très longtemps, je n'ai pas réussi à publier, et donc ...

Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm - Portrait - Suite
Philippe Chauveau Philippe Delerm, on vous a connu comme romancier. Il y avait eu Sundborn ou les jours de lumières, plus récemment, Elle marchait sur un fil. Mais c'est vrai que lorsque l'on cite votre nom, Philippe Delerm, instinctivement vient La première gorgée de bière, viennent ces textes courts. Est-ce qu'il y a une définition sur cette écriture. Est-ce que c'est un genre à part entière, est-ce que ce sont des mini-nouvelles ? Comment traduisez-vous votre travail ? Philippe Delerm Il n'y a pas de ...

Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm - Livre - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.