Pour recevoir notre newsletter
+
Michel Bussi
Le temps est assassin
 

Philippe Chauveau : Bonjour Michel Bussi.

Michel Bussi : Bonjour.

Philippe Chauveau : Votre actualité dans les « Presses de la cité », « Le temps est assassin ». En faite il y a deux Michel Bussi j'ai l'impression, il y a l'auteur, le romancier, celui qu'on connait pour les thriller, et puis il y a l'autre Michel Bussi ce géopoliticiens c'est ça ?  Géopolitologue ! Vous enseignez à l'université de Rouen, c'est quoi finalement cette matière que vous enseignez ?

Michel Bussi : La géographie politique ou même la géopolitique, c'est la matière... Alors moi je suis plus sur le volet des élections par exemple,  ça peut parler des relations internationales, ça peut parler des guerres, de conflits, enfin tout ce qui concerne la politique mais appliqué au territoire.

Philippe Chauveau : Lors de notre précédente rencontre vous nous m'avez expliqué que vous aviez un peu hésité entre les études littéraires et les études géographie, mais que vous aviez peur de vous ennuyer en étude littéraire, c'est paradoxale !

Michel Bussi : Ouai c'est ça, spontanément j'aurai été vers les études littéraires en tout cas, une fac de lettre pour enseigner le français, mais quand on enseigne le français, il y a à la fois le coté littérature, et puis il y a le coté les dictée, la conjugaison, et c'est vrai que ce volet là m'attirait pas du tout. Et alors la géographie, enfin je m'attendais plus à faire de l'Histoire Géographie, me semblait plus ancré dans le réel plus ancrée dans la vraie vie, et finalement plus motivante à enseigner. Donc c'est vraiment le coté enseignement, qui m'a motivé parce que sinon en terme de goût j'aurai été ver les lettres.

Philippe Chauveau : Alors justement pourquoi l'enseignement, c'est l'envie de partager, l'envie de transmettre ? C'est quoi la motivation ?

Michel Bussi : Au départ quand je suis rentré à l'université, j'avais vraiment un profil littéraire, et du coup les débouchés classiques d'un étudiant qui entre à l'université, c'est l'enseignement. Et moi je me voyais professeur au collège ou au lycée, à la limite je ne pensais pas qu'on pouvait l'être à l'université. Je pensais que c'était réservé pour une élite qui a fait normal supérieur et etc... Voilà donc je m'attendais pas du tout en rentrant en première année, dans le flux des étudiants en première année, à en sortir avec une thèse et donc ça c'est vraiment déroulé petit à petit, donc c'est là que j'ai découvert ce qu'était vraiment la recherche. Et que ça m'a vraiment plu par la notion de créativité, d'imagination qu'il  y a dans la recherche et c'est quelque chose que je ne connaissais absolument pas.

Philippe Chauveau : Est ce que l’écriture ça été à l'origine, quand il y a eu « les nymphéas noirs », l'écriture à été justement pour vous une sous-pape pour changer un petit peu de votre parcours d'enseignant ou l'écriture était une sorte de récréation ?

Michel Bussi : Oui forcément, je sépare les deux c'est à dire mes romans sont assez ludiques, avec une distraction assez forte, de divertissement, alors que mes écrits universitaires, sont des écrits sérieux, scientifiques et c'est même d'ailleurs des choses qui s'opposent un peu. C'est à dire, un écrit sur la géographie politique, on emmène des chiffres, on emmène des preuves, on emmène des arguments, on emmène une procédure, donc c'est assez rébarbatif mais c'est nécessaire c'est pas parce que on fait des études ou des recherches en politique, ou géographie donc en science humaine que ça doit être différent  des sciences dures, ou en médecine où on doit effectivement amener des preuves. Donc c'est forcément assez sérieux même si on parle de thèmes sur lesquelles où tout le monde pourrait à avoir évoquer des chose alors qu'à l'inverse, un roman c'est purement fictif c'est l'imagination, il n'y a pas d'obligation, d'être, de dire des chose vraies, réelles... De ce point de vue là, pour moi c'est très reposant du coup j'ai pas besoin de prouver ce que je dis c'est une liberté complète de ce que j’écris, c'est ça je pense la différence fondamentale.

Philippe Chauveau : J'ai eu le plaisir de vous découvrir avec les « Nymphéas noirs » mais c'est vrai que le grand succès est arrivé en 2011-2012 avec « Un avion sans elle », depuis vous faites partis des 10 auteurs qui vendent le plus. Je sais que les auteurs n'aiment pas non plus être mis dans des cases, mais c'est une vérité. Comment vivez-vous tout cela ? Ce succès, ces demandes, ces sollicitations au quatre coins de la France pour aller en signature par exemple, vous vivez ça avec beaucoup de recul, c'est quoi votre quotidien ?

Michel Bussi : Moi je le vis avec beaucoup de recul et puis c'est assez facile de vivre ça avec beaucoup de recul dans le sens où un écrivain en dehors des périodes où on fait un peu de promos sont pas forcément beaucoup sollicités, même quand on vend beaucoup de livres, bon on peut aller faire des signatures en librairie, on peut aller faire comme ça, mais on est pas plus sollicité, qu'on vende un million d'exemplaires ou qu'on en vende mille... Enfin quelque part, on peut continuer à vivre de la même vie, rester chez soi écrire.

Philippe Chauveau : Vous vous faites plaisir avant tout à l'écriture ou vous pensez déjà à votre lecteur ?

Michel Bussi : Non, je pense, je me fais évidemment avant tout plaisir, il y a l'idée qu'on essaie de se réinventer en permanence. Il y a vraiment pas cette idée de dire il y a une recette qu'il faudrait ré-appliquer à chaque fois, parce que là c'est à peu près sûr que ça ne marche pas. Globalement, si on a déjà utilisé la recette et qu'on la ressort exactement de la même façon...

Philippe Chauveau : Ca se voit.

Miche Bussi : Ça se voit et ça marche pas donc … Non c'est plutôt laisser faire les choses, c'est à dire ça a marché une fois,  moi je reprends une idée qui me semble originale, une façon originale de réécrire mon livre donc si ça marché la fois d'avant, on va faire l'hypothèse que même s j'écris quelque chose de tout à fait différent, ça fonctionnera encore en tout cas. Mais je calcule pas en me disant qu'il faut que je fasse ça pour que ça fonctionne. Voilà donc c'est assez étrange finalement de se dire qu'on fait des choses assez différentes et que néanmoins les gens, continue d'adhérer au livre.
Après je cache pas quand même qu'il y a un effet boule de neige, c'est à dire quand on arrive à un niveau où on vend beaucoup de livre, on a quand même un avantage comparatif très fort sur les autres livres, c'est à dire les livres sont très mis en avant dans les libraire, il y a les médias... Donc du coup il y a un effet d'entraînement, qui donne une liberté à l'auteur, on peut écrire n'importe quoi on est sûr que ce sera diffusé. D'un autre coté une petite pression supplémentaire parce qu'évidemment, si le roman est mauvais, comment dire l'échos sera aussi amplifié.

Philippe Chauveau : En tout cas je vous rassure votre roman n'est pas mauvais bien au contraire et vous réussissez à nous bluffer. Votre actualité aux « Presses de la cité », « Le temps est assassin », c'est votre nouveau livre.


Philippe Chauveau
 
Le temps est assassin de Michel Bussi Le temps est assassin
Presses de la cité
À la une : Michel Bussi - Le temps est assassin

Présentation Portrait Livre Avis des lecteurs
La persévérance pourrait être un bon qualificatif pour évoquer Michel Bussi. Car il en fallu de la pugnacité à cet écrivain normand pour se faire reconnaitre. Des manuscrits refusés, de bons romans qui peinent à faire leur place en librairie comme « Mourir sur Seine » ou « Les nymphéas noirs ». Mais depuis « Un avion sans elle » en 2011, quel succès ! Au fil de ses publications, Michel Bussi est même entré dans le très prisé classement des dix auteurs français les plus vendeurs ...

Le temps est assassin de Michel Bussi - Présentation - Suite
Philippe Chauveau : Bonjour Michel Bussi.

Michel Bussi : Bonjour.

Philippe Chauveau : Votre actualité dans les « Presses de la cité », « Le temps est assassin ». En faite il y a deux Michel Bussi j'ai l'impression, il y a l'auteur, le romancier, celui qu'on connait pour les thriller, et puis il y a l'autre Michel Bussi ce géopoliticiens c'est ça ?  Géopolitologue ! Vous enseignez à l'université de Rouen, c'est quoi finalement cette matière que vous enseignez ?

Michel Bussi : La géographie ...

Le temps est assassin de Michel Bussi - Portrait - Suite
Philippe Chauveau : Dans ce nouveau roman Michel Bussi, « Le temps est assassin », vous allez nous emmener en Corse qui est un bon point de départ mais surtout nous allons faire connaissance avec Clotilde, Clotilde qui est une jeune femme qui revient en Corse à l'été 2016. Elle a vécu un drame 27 ans plus tôt, à l'été 89, puisque elle a perdu ses parents et son frère sur une petite route montagneuse de Corse. Et elle a ce besoin de ...

Le temps est assassin de Michel Bussi - Livre - Suite
Posté par : huub le 30/05/2016
Bonjour,

Autrefois je pouvais lire la transcription de vos émissions, malheureusement je ne peux plus trouver ce bouton transcription. Ce n' est plus possible ou dois-j' acheter d' autres lunettes?

merci pour votre réponse,

Huub van der Poel (prof de français à Eindhoven,Pays-Bas)
Le temps est assassin de Michel Bussi - Commentaires - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.