Pour recevoir notre newsletter
+
Armel Job
Le bon coupable
 

Philippe Chauveau :
Bonjour Armel Job.

Armel Job :
Bonjour.

Philippe Chauveau :
Merci d'avoir accepté notre invitation à l'occasion de la sortie chez Robert Laffont de votre nouveau titre, le 16ème si je ne me trompe pas. Ça s'appelle le « Le bon coupable ». Depuis 2000, c'était la sortie de votre premier titre « La femme manquée », c'est un joli parcours. Comment analysez-vous votre parcours littéraire, tous ces titres qui se sont succédé, est-ce qu'il y a une suite logique ou est-ce qu'à chaque fois c'est un peu de la surprise ?

Armel Job :
Bon d'abord je pense que mes débuts ont été relativement tardifs. Très longtemps, je pensais que je n'écrirai jamais de roman, je ne me sentais vraiment pas de taille à écrire un roman. J'étais plutôt un auteur de petits textes, nouvelles, contes etc. Et puis ce premier roman, « La femme manquée », ça c'était plutôt bien passé pour moi et j'ai pris goût au roman. Je ne savais pas du tout ce que c'était un roman en fait. J'étais quelqu'un qui écrivait des textes brefs, surtout pour l'anecdote. J'aime beaucoup le genre de la nouvelle, je cherche à raconter de bonnes histoires avec une bonne chute. Et puis je me suis aperçu qu'en écrivant des romans, on avait évidemment le temps davantage de s'occuper des personnages, de leur psychologie. C'est devenu vraiment une passion pour moi, j'aime beaucoup mes personnages et petit à petit, le côté anecdote, circonstance du roman est un petit peu passé en arrière plan.

Philippe Chauveau :
Est-ce que ça veut dire Armel Job que dans la nouvelle, il y aurait une sorte de frustration et que le roman vous permettrait de vous exprimer davantage ?

Armel Job :
En tout cas, c'est ce que moi j'ai ressenti, il y a des auteurs de nouvelles qui parviennent à dresser des portraits psychologiques intéressants de leurs personnages, pour moi c'était pas vraiment le cas. J'avais l'impression que mes personnages étaient plutôt des utilités dans le cadre de l'histoire que je voulais raconter. En écrivant mes premiers romans, je me suis aperçu que la grande satisfaction de l'auteur, c'est d'avoir le temps d'approfondir la personnalité de chacun de ses personnages.

Philippe Chauveau :
En 2000, avec votre premier roman, vous avez reçu le prix Emmanuel Roblès du premier roman justement. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour être publié ? C'était un choix ou est-ce que vous aviez envoyé des manuscrits qui n'avait pas trouvé preneur ?

Armel Job :
Non en fait je suis un auteur plutôt heureux parce que j'ai été accepté immédiatement quand j'ai envoyé mes premiers manuscrits donc j'ai pas vraiment beaucoup cherché. Non ce qu'il se passait, c'est que je ne pensais pas que je ne serais jamais accepté par un éditeur donc je ne tentais même pas ma chance. Je savais que les éditeurs reçoivent une marée de manuscrits chaque année, je me disais c'est même pas la peine d'essayer, j'avais une autre profession, j'étais professeur. Pour moi la littérature c'était, je dirais un petit à côté de mon travail principal.

Philippe Chauveau :
Que ressentez-vous lorsque vous écrivez ? Lorsque vous vous emparez de personnalités, des destins de vos personnages. Vous avez l'impression d'être un alchimiste ?
Un voyeur ? Que ressentez-vous dans l'écriture ?

Armel Job :
Je me sens peut être plus proche des autres êtres humains. Je crois que c'est ça la découverte principale du travail d'écriture. Pour moi c'est un travail de méditation où on réfléchit à la manière dont les gens vivent, dont les personnages se débrouillent avec les évènements auxquels ils sont confrontées et moi je ressens beaucoup de compassion, de sympathie, d'empathie comme on dit, avec mes personnages.

Philippe Chauveau :
Merci beaucoup Armel Job. Votre actualité aux éditions Robert Laffont, ça s'appelle « Le bon coupable ».


Philippe Chauveau
 
Le bon coupable de Armel JobLe bon coupable
Éditions Robert Laffont
À la une : Armel Job - Le bon coupable

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire
Professeur agrégé de philologie en Belgique, Armel Job a enseigné le grec et le latin pendant plus de 20 ans. Après avoir écrit plusieurs nouvelles, il s'essaie avec succès au roman et publie en 2000, à 58 ans, son premier roman « La femme manquée » qui recevra notamment le Prix Emmanuel Roblès.
Suivent plusieurs titres portés par une écriture classique certes mais brillante, précise et travaillée. « Baigneuse sur un rocher », « Les fausses innocences » prix Jean Giono en 2005 ou « Tu ne ...

Le bon coupable de Armel Job - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
Bonjour Armel Job.

Armel Job :
Bonjour.

Philippe Chauveau :
Merci d'avoir accepté notre invitation à l'occasion de la sortie chez Robert Laffont de votre nouveau titre, le 16ème si je ne me trompe pas. Ça s'appelle le « Le bon coupable ». Depuis 2000, c'était la sortie de votre premier titre « La femme manquée », c'est un joli parcours. Comment analysez-vous votre parcours littéraire, tous ces titres qui se sont succédé, est-ce qu'il y a une suite logique ou est-ce ...

Le bon coupable de Armel Job - Portrait - Suite
Philippe Chauveau :
Armel Job, avec votre 16ème titre aux éditions Robert Laffont, « Le bon coupable », vous nous racontez une histoire tragique que vous situez au coeur de l'été 1960 mais c'est une histoire qui pourrait se passer de nos jours. C'est une fillette de 10 ans qui se fait mortellement renversée par une voiture. Le chauffard ne s'arrête pas, il n'y a personne, personne n'a vu l'accident, on ramasse le corps de la fillette et on la ramène à ...

Le bon coupable de Armel Job - Le livre - Suite
Frederic Lapeyre On va lui dire merci pour les libraires parce que ça fait partie des rares bouquins actuellement qui sont très bien écrit et ça ça fait vraiment du bien. On sent qu'il y a un véritable écrivain derrière, c'est une histoire très forte, ce sont des personnages plus qu'attachants, ce sont des personnages qui vivent. En fait ça m'a fait penser, quand j'ai commencé à le lire et jusqu'à la fin d'ailleurs, au premier Simenon, vraiment l'écriture française comme ...

Le bon coupable de Armel Job - L'avis du libraire - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.