Pour recevoir notre newsletter
+
Luc Ferry
L'invention de la vie de bohème
 

Philippe Chauveau :
Bonjour Luc Ferry. Merci de nous accueillir à l'occasion de la sortie au Cercle d'Art de ce très bel ouvrage « L'invention de la vie de Bohème ». On connait l'homme politique, le chroniqueur, vous êtes régulièrement convié pour donner votre position sur tel ou tel sujet. On connait aussi le philosophe et surtout le philosophe. Quand on est enfant ou adolescent, on veut être pompier, vétérinaire ou médecin, est-ce que l'on peut avoir envie d'être philosophe ?

Luc Ferry :
D'abord, je vais être honnête, j'aurais aimé être pilote de course comme mon père. C'était le premier métier à l'époque ou plutôt la première vocation, mais quand j'ai découvert la philosophie, j'avais un grand frère, plus âgé que moi, Jean-Marc, qui est lui aussi professeur d'université en philosophie. Quand j'ai découvert grâce à lui la philosophie, il m'avait fait lire un texte de Kant, la préface de « La critique de la raison pure », je me suis rendu compte que ça ne ressemblait à rien de ce que je connaissais. Ca parlait de l'être humain, comme la littérature, mais ça avait cette espèce de rationalité de la science qui n'appartient pas au monde littéraire. Et donc cet objet non identifié et pour moi non identifiable à l'époque m'a vraiment intrigué. J'ai voulu savoir ce que c'était et à quinze ans j'ai décidé d'y consacré ma vie et je n'ai pas changé depuis.

Philippe Chauveau :
Vous êtes un philosophe un peu poil à gratter. Vous n'allez pas dans le sens dans lequel vont les autres philosophes que l'on peur connaître. Est-ce que quelque part vous aimez mettre le doigt où ça fait mal ?

Luc Ferry :
Non, il y a une dimension critique dans la philosophie. Il y a une dimension de recherche de la vérité. Sans vouloir être cuistre, je cite Hegel, mais ce n'est pas par cuistrerie, c'est parce qu'il dit quelque chose de très intelligent. Il dit que la philosophie c'est « son temps saisi dans la pensée » et il y a quelque chose de cet ordre là dans la philosophie, dans le travail théorique de la philosophie. De la même manière, il y a une dimension éthique. Il y a forcément dans l'optique de la connaissance de la vérité et dans l'optique de l'éthique une dimension critique. Donc ça fait partie du jeu. La tâche de la philosophie c'est de réfléchir à cette question de la vie bonne et éventuellement de proposer des hypothèses de travail.

Philippe Chauveau :
Vous même, lorsque vous publiez, lorsque vous écrivez, même si vous n'êtes pas romancier, quel est le mot qui pourrait traduire votre envie vis à vis du lecteur ? C'est le partage, c'est l'échange ?

Luc Ferry :
Oui. Partage, c'est un mot un peu nunuche, mais en même temps c'est le bon...

Philippe Chauveau :
C'est le seul qui me soit venu à l'esprit...

Luc Ferry :
C'est le bon. C'est ce que je vous aurai dit si vous ne l'aviez pas dit. Evidemment, ça fait un peu nunuche, un peu cul-cul, le quart d'heure partage, ce n'est évidemment pas au sens cul-cul du terme. Je vais vous dire dans quel sens exactement. Quand vous êtes devant un paysage magnifique ou quand vous êtes dans un musée sublime – j'étais l'autre jour à Tournay dans un petit musée que pas grand monde visite aujourd'hui en Belgique où il y a des oeuvres absolument magnifiques, à tomber par terre – si vous êtes seul, vous êtes malheureux. La joie que vous éprouvez est entachée d'une espèce de souffrance liée à la solitude, on aimerait avoir quelqu'un qu'on aime à côté de soi, partager cette beauté, cette grandeur qu'on a devant soi. Ce qui m'intéresse, c'est d'écrire sans jargon, parce que j'ai envie de partager avec un lecteur non spécialiste le caractère sublime de ces palais magnifiques que sont les grandes philosophies. Et en plus, je pense que si on veut un jour philosopher par soi-même, il faut d'abord, avec humilité, commencer par les autres. L'idéologie des cafés de philo est sympathique, mais elle est fausse. On ne philosophe pas comme ça en claquant des doigts, pas plus que Bach ou Beethoven ne pouvaient se permettre d'ignorer le solfège, ça n'a pas de sens.

Philippe Chauveau :
Merci Luc Ferry. Votre actualité, c'est donc « L'invention de la vie de Bohème » et c'est aux éditions Cercle d'Art.


Philippe Chauveau
 
L'invention de la vie de bohème de Luc FerryL'invention de la vie de bohème
Aux éditions Cercle d'Art
À la une : Luc Ferry - L'invention de la vie de bohème

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire Avis des lecteurs
On le connait en tant que philosophe, ministre, chroniqueur, Luc Ferry a plus d'une corde à son arc, mais un seul leitmotiv, l'échange, le partage, le dialogue. Attentif à l'évolution de notre société, n'hésitant pas à aborder les sujets les plus polémiques en argumentant pour exposer ses positions quitte à faire grincer des dents, Luc Ferry suit son chemin, fidèle à ses idées, tout en flegme et en élégance, sans se départir d'une certaine originalité. Cette originalité on la retrouve ...

L'invention de la vie de bohème de Luc Ferry - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
Bonjour Luc Ferry. Merci de nous accueillir à l'occasion de la sortie au Cercle d'Art de ce très bel ouvrage « L'invention de la vie de Bohème ». On connait l'homme politique, le chroniqueur, vous êtes régulièrement convié pour donner votre position sur tel ou tel sujet. On connait aussi le philosophe et surtout le philosophe. Quand on est enfant ou adolescent, on veut être pompier, vétérinaire ou médecin, est-ce que l'on peut avoir envie d'être philosophe ?


L'invention de la vie de bohème de Luc Ferry - Portrait - Suite
Philippe Chauveau :
Luc Ferry, quel bel album que vous publiez aux éditions Cercle d'Art, « L'invention de la vie de Bohème ». J'ai envie de dire que vous êtes toujours là ou on ne vous attend pas. Comment un philosophe peut-il proposer un livre sur la Bohème et avec beaucoup d'illustrations, il y a des demi-mondaines à moitié nues à toute les pages. Qu'est ce qui vous fascine dans la vie de Bohème ?

Luc Ferry :
Très brièvement, c'est ...

L'invention de la vie de bohème de Luc Ferry - Le livre - Suite
La Colomberie
(Paris)
Jean-Denys Tétier

On ne s'attend pas à trouver Luc Ferry, le philosophe, auteur d'un magnifique album sur la vie de Bohème, la vie dans les années 1850-1900 à Paris, où se côtoient des écrivains, des journalistes, des sculpteurs, des peintres. Mais il semble que notre philosophe, ministre de l'Education, s'intéresse avec beaucoup de sérieux à cette période où l'art a explosé. Il en ressort un très beau livre qui nous donne de magnifiques reproductions, mais aussi ...

L'invention de la vie de bohème de Luc Ferry - L'avis du libraire - Suite
Posté par : mimi le 25/10/2012
C'est pas vrai que l'idée de café philo n'a pas de sens ou nunuche.
L'invention de la vie de bohème de Luc Ferry - Commentaires - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.