Pour recevoir notre newsletter
+
Bernadette Pécassou
L'hôtelière du Gallia-Londres
 

Philippe Chauveau :

Bonjour Bernadette Pécassou

Bernadette Pécassou : Bonjour

Philippe Chauveau : Votre actualité : « L'hôtelière du Gallia-Londres », c'est votre neuvième roman et vous êtes publiée chez Flammarion. Aujourd'hui, vous vivez de votre plume mais vous avez longtemps été journaliste, reporter, vous avez voyagé. Pourquoi ce goût pour communiquer l'information ? Pourquoi cette envie ?

Bernadette Pécassou : Je suis perplexe parce que j'ai envie de répondre quelque chose de juste et de vrai et c'est compliqué. Ce n'était pas une envie féroce. C'était plutôt la non-envie de faire un métier dans un bureau, stable, régulier. C'est assez égoïste comme sentiment, ce n'était pas l'idée d'aller défendre des causes ou d'aller découvrir des secrets.

Philippe Chauveau : Quel regard portez-vous sur le journalisme tel qu'il est aujourd'hui ? Vous avez toujours un regard assez aiguisé sur ce qu'il se passe, quel regard portez-vous sur cet univers ?

Bernadette Pécassou : Alors, « aiguisé », je ne sais pas. Mais j'ai démarré quand il n'y avait que trois chaînes... L'information prend plusieurs visages, elle prend le visage du reportage, du documentaire ou du news. J'ai longtemps été en news et j'ai vu cette transformation. On faisait jusqu'à 2min30 pour un sujet en journal alors qu'aujourd'hui c'est du 30secondes. Vous mettez 2mn30 dans un journal, personne ne tient. On ne se rend pas compte de cette accélération.

Philippe Chauveau : Vous regrettez cette rapidité dans l'information ?

Bernadette Pécassou : Non, elle a une fonction, c'est d'être rapidement au courant des choses. Après, on peut aller plonger dans la presse écrite. Les choses se transforment, je ne pense pas qu'elles soient négatives, elles imposent un nouveau regard.

Philippe Chauveau : Pourquoi l'envie de l'écriture romanesque ? Pourquoi l'écriture ?

Bernadette Pécassou : Ce n'était pas une envie, je n'avais qu'une envie, une seule, c'était de faire du cinéma.

Philippe Chauveau : Devant ou derrière la caméra ?

Bernadette Pécassou : Derrière la caméra, être réalisatrice, créer des mondes. Je suis passée au documentaire en allant chez Arte. Un directeur littéraire a vu la soirée Théma que j'avais réalisée sur Lourdes et il a voulu que j'en fasse un livre. Donc, j'ai basculé d'un monde extrêmement vivant à un monde de solitude et de travail, j'ai renoué avec l'étude.

Philippe Chauveau : Flammarion vient donc vous solliciter avec le succès que l'on sait aujourd'hui puisque c'est maintenant votre neuvième roman. Si j'essaie de définir votre bibliographie, il y a souvent une écriture romanesque, sentimentale, il y a toujours une recherche historique avec une toile de fond historique importante, il y a la passion de vos personnages, il y a souvent un attachement à votre région d'origine, le Pays basque et vous donnez une belle place à la femme. Les hommes ont plus généralement un rôle secondaire. Etes-vous d'accord avec cette définition de votre travail ?

Bernadette Pécassou : Pour le pays-basque, je suis enfaite Bigourdane ! Il y a trois petits territoires très forts d'identité : Le Pays basque, le Béarn et la Bigorre et moi, je viens de la Bigorre. Je suis quelqu'un qui aime la fiction mais elle est basée sur des contextes réels, des territoires réels, ce qui fait que les individus peuvent s'y retrouver.

Philippe Chauveau : Lorsqu'on lit vos romans, tout semble simple, tout semble fluide, on s'attache aux personnages, on découvre mille et cent choses mais finalement, à l'écriture, le plaisir est-il plus dans la recherche ou dans la construction des personnages et de leurs intrigues ?

Bernadette Pécassou : C'est vraiment les deux.

Philippe Chauveau : Justement, comment faites-vous entre la recherche et la construction de vos personnages ? Y-a-t-il a le risque que la recherche prenne le pas sur l'intrigue ?

Bernadette Pécassou : Non, pas du tout, parce que la recherche c'est le socle, cela créé la base.

Philippe Chauveau : Et après il y a les personnages. Justement, au bout de neuf romans, vous avez créé beaucoup de personnages. Que deviennent-ils les personnages de vos romans ?

Bernadette Pécassou : En fait, je n'y repense pas mais ce sont les lecteurs qui m'y font repenser. Quand je vais signer des livres, cela me touche beaucoup, les lecteurs viennent vers moi avec ferveur parce qu'elles se sont presque reconnues dans des personnages.

Philippe Chauveau : La femme a un rôle important dans vos romans, est-ce une forme de militantisme ? Pourquoi est-ce important pour vous que la femme soit au cœur de l'action ?

Bernadette Pécassou : Il n'y a pas du tout de militantisme, en tout cas il n'est pas volontaire. C'est une évidence. Quand j'ai commencé à travailler, c'était un terrain inoccupé, il y a tant à faire. C'est d'abord le sujet, et derrière, à chaque fois il y a les femmes dont on n'a pas parlé et qui on fait énormément de choses.

Philippe Chauveau : Bernadette Pécassou, votre actualité chez Flammarion : « L'hôtelière du Gallia-Londres ».


Philippe Chauveau
 
L'hôtelière du Gallia-Londres de Bernadette PécassouL'hôtelière du Gallia-Londres
Flammarion
À la une : Bernadette Pécassou - L'hôtelière du Gallia-Londres

Présentation Portrait Livre
Journaliste, réalisatrice de reportages pour la 5 et Arte, Bernadette Pécassou a quitté la profession pour ne vivre que de sa plume. Très attachée à son Pays basque natal, elle y puise l’inspiration de certains de ses romans comme La villa Belza. Non dénué d’un certain sentimentalisme qu’elle reconnaît volontairement, les livres de Bernadette Pécassou sont des histoires au souffle romanesque dans lesquelles la femme tient le premier rôle. Parmi ses succès de librairies, on lui doit notamment La belle ...

L'hôtelière du Gallia-Londres de Bernadette Pécassou - Présentation - Suite
Philippe Chauveau : Bonjour Bernadette Pécassou Bernadette Pécassou : Bonjour Philippe Chauveau : Votre actualité : « L'hôtelière du Gallia-Londres », c'est votre neuvième roman et vous êtes publiée chez Flammarion. Aujourd'hui, vous vivez de votre plume mais vous avez longtemps été journaliste, reporter, vous avez voyagé. Pourquoi ce goût pour communiquer l'information ? Pourquoi cette envie ? Bernadette Pécassou : Je suis perplexe parce que j'ai envie de répondre quelque chose de juste et de vrai et c'est compliqué. Ce n'était pas une envie féroce. C'était plutôt la non-envie de faire un ...

L'hôtelière du Gallia-Londres de Bernadette Pécassou - Portrait - Suite
Philippe Chauveau : Avec ce nouveau titre, Bernadette Pécassou, « L'hôtelière du Gallia-Londres », ce n'est pas à Londres que vous nous emmenez mais bien à Lourdes. Nous sommes dans les années 50 et on va même aller plus loin. Vous nous racontez l'essor de l'univers hôtelier à Lourdes suite au développement des pèlerinages au sanctuaire marial. C'est votre cœur qui a parlé car c'est votre région là-bas. Vous aviez déjà écrit sur cette ville de Lourdes, pourquoi avez-vous envie de nous raconter ...

L'hôtelière du Gallia-Londres de Bernadette Pécassou - Livre - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.