Pour recevoir notre newsletter
+
Nicolas d'Estienne d'Orves
L'enfant du premier matin
 

Philippe Chauveau :
Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves. Merci de nous recevoir ici dans votre bureau, votre univers...

Nicolas d'Estienne d'Orves :
Mon antre.

Philippe Chauveau :
Cette petite chambre de bonne que vous avez aménagé pour travailler. Et j'ai envie de dire « quel travail » parce qu'il y a l'écriture et votre actualité c'est un nouveau roman chez XO, un nouveau thriller « L'enfant du premier matin » et votre autre activité, c'est la musique. On sait que vous travaillez pour la presse magazine, pour Le Figaro, Le Figaroscope entre autre, en tant que critique musical. Parlons de la musique justement. Ce goût pour la musique d'où vient-il ?

Nicolas d'Estienne d'Orves :
J'étais pensionnaire quand j'avais l'âge de 14 ans, jusqu'au Bac, et je m'ennuyais la nuit, je n'arrivais pas à dormir. Je ne savais pas quoi faire et j'ai récupéré un walkman à la maison, chez ma mère et je suis tombé par hasard sur « La vie parisienne » d'Offenbach en cassette et j'avais jamais vraiment écouté de musique avant. Je n'écoutais pas ce qu'écoutaient les gens de mon âge ou alors j'écoutais de la chanson d'avant-guerre ou du Fernandel, du Ray Ventura, ce genre de truc que mon père me faisait écouter quand j'étais gamin, mais le classique, je n'étais jamais tombé dedans et j'ai pris un peu par hasard « La vie parisienne » et ça a été une véritable révélation la nuit. J'ai acheté des guides de CD de façon très autodidacte et j'ai commencé à cocher et j'ai dis « je veux ça » et le week-end je revenais à Senlis, ma petite ville de l'Oise où j'habitais, je prenais le train pour aller à Paris et je filais directement au Virgin Mégastore, à la FNAC acheter les disques que mon argent de poches me permettais.

Philippe Chauveau :
Votre goût aujourd'hui en matière de musique et éclectique ou vous avez une époque, des compositeurs qui ont votre préférence ?

Nicolas d'Estienne d'Orves :
Il est éclectique dans la mesure ou il reste classique. Les gens me disent que je suis sectaire, mais je leur dis « vous savez, j'ai quatre siècles de répertoire musical à ma portée et je n'en connais peut-être que 10% donc je n'ai pas le temps physique d'explorer d'autres domaines ». Il y a peut-être le jazz que j'aimerais bien un jour explorer, mais une période de prédilection je ne sais pas, je suis plus opéra que musique de chambre par exemple et je suis plus 19-20 que 17-18 pour parler des siècles.

Philippe Chauveau :
Vos études et vos envies vous ont conduits au journalisme et plus précisément le journalisme musical, Radio France, Classica, aujourd'hui Le Figaro, vous êtes un critique reconnu, avec parfois la dent dure comme tout bon critique. Alors lorsqu'on est soi-même écrivain, a-t-on peur de la critique ?

Nicolas d'Estienne d'Orves :
Evidemment qu'on a peur de la critique, mais c'est le principe. Surtout quand on voit Internet maintenant, la liberté des blogs ou la liberté de ton, quand on va sur des sites de la FNAC et quand on voit les commentaires de certains lecteurs, c'est d'une violence ! Donc moi je trouve ça saint, moi je prône le droit à l'injure ou en tout cas le droit à la descente ferme et violente. On est dans un tel monde d'auto-censure ou on ne s'autorise pas d'écrire telle chose parce que ça pourrait déplaire à untel ou untel. Ouvrons les vannes et disons vraiment ce qu'on pense, quitte à ce que ce soit totalement délirant, mais j'aime bien la démesure quelle qu'elle soit, même dans le domaine de la critique.

Philippe Chauveau :
Vous vous amusez en écrivant ?

Nicolas d'Estienne d'Orves :
Beaucoup. Je m'amuse en inventant les histoires, en bâtissant le plan, en bâtissant la structure narrative. L'écriture pure, oui, la réécriture beaucoup plus et tout-à-coup, il y a un moment ou je ne supporte plus le bouquin, ou je déteste mes personnages, je n'en peux plus, il fut que ça sorte. Vous savez, c'est comme au neuvième mois de l'accouchement, la maman a envie d'expulser la bestiole, parce que ce n'est plus possible. Et puis après on le regarde et on le trouve pas mal ! Je veux que ça coule, je veux que ça roule, je veux qu'on soit pris par l'histoire et qu'effectivement le lecteur ne puisse pas le lâcher. Quand j'ai de amis qui me disent « ah, mais tu m'as bousillé mon week-end, je pensais faire autre chose et je n'ai pas pu lâcher ton livre », c'est la plus belle des critiques qui soit.

Philippe Chauveau :
Merci Nicolas d'Estienne d'Orves. On vous retrouve à la fois en tant que critique musical et puis en tant qu'écrivain avec cette actualité, vote nouveau thriller chez XO. Ca s'appelle « L'enfant du premier matin ».


Philippe Chauveau
 
L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'OrvesL'enfant du premier matin
Aux editions XO
À la une : Nicolas d'Estienne d'Orves - L'enfant du premier matin

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire Avis des lecteurs
Ne vous fiez pas au côté « gentils intello » de Nicolas d'Estienne d'Orves. Derrière ses petites lunettes, il cache une imagination débordante, un brin de provocation et il adore vous faire frissonner. Après des études littéraires, c'est vers le journalisme qu'il se tourne et il se spécialise dans l'univers musical et plus particulièrement classique. Collaborant à France Musique, à Classica, au Figaro, Nicolas d'Estienne d'Orves est un journaliste reconnu, dont la critique, parfois assassine, est attendue autant qu'elle fait peur. De ...

L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'Orves - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
Bonjour Nicolas d'Estienne d'Orves. Merci de nous recevoir ici dans votre bureau, votre univers...

Nicolas d'Estienne d'Orves :
Mon antre.

Philippe Chauveau :
Cette petite chambre de bonne que vous avez aménagé pour travailler. Et j'ai envie de dire « quel travail » parce qu'il y a l'écriture et votre actualité c'est un nouveau roman chez XO, un nouveau thriller « L'enfant du premier matin » et votre autre activité, c'est la musique. On sait que vous travaillez pour ...

L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'Orves - Portrait - Suite
Philippe Chauveau :
Nicolas d'Estienne d'Orves, votre actualité chez XO, ça s'appelle « L'enfant du premier matin », c'est votre septième roman en tant que tel, mais il y a aussi des nouvelles, des essais. Et là, on va suivre Valentin. Valentin est né le 11 septembre 2001. Et puis on va suivre aussi un autre personnage, Yves de Saint-Alveydre qui est dans le Paris de la Belle époque et forcément ces deux personnages à un moment vont se croiser. D'où est-elle ...

L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'Orves - Le livre - Suite
Librairie « La Colomberie »
7, rue de Condé
75006 Paris
Tél : 01 43 26 36 47
www.lacolomberie.fr
Jean-Denys

Nicolas d'Estienne d'Orves est un auteur à succès. 200 000 exemplaires dans le monde pour « Derniers jours de Paris » son dernier roman. En voilà un nouveau, « L'enfant du premier matin » qui recèle les mêmes ficelles littéraires. On le recommande pour un lecteur qui a envie de se divertir. Je serai tenté de dire que c'est une bonne lecture ...

L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'Orves - L'avis du libraire - Suite
Posté par : mimi le 24/02/2012
Bizarre, c'est bizarre je lis le figaro depuis longtemps et je n'ai jamais découvert les articles concernant la musique, enfin la critique.Désormais j'y ferais attention. J'aime particulièrement la page de Philippe Bouvart quel talent d'humeur de distance et d'humour.Et beaucoup d'autre pages du figaro évidemment.
L'enfant du premier matin de Nicolas d'Estienne d'Orves - Commentaires - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.