Pour recevoir notre newsletter
+
Didier van Cauwelaert
Jules
 

Philippe Chauveau :
Bonjour Didier Van Cauwelaert

Didier Van Cauwelaert :
Bonjour.

Philippe Chauveau :
Un nouveau titre de Didier Van Cauwelaert, aux éditions Albin Michel, Jules. En ce qui vous concerne, un nouveau titre, c'est toujours un événement. Lorsque l'on a été primé, lorsque l'on a reçu le Goncourt comme ce fut le cas en 1994 pour Un aller simple. Est-ce qu'à chaque sortie d'un nouveau roman, c'est pour vous une sorte de challenge ? Est-ce que le Goncourt est une sorte d'épée de Damoclès au-dessus de la tête des auteurs ?

Didier Van Cauwelaert :
Non, c'est un merveilleux cadeau le Goncourt. C'est tout. Le challenge, c'est : est-ce que les gens seront encore présents à ce rendez-vous ? J'ai le privilège d'avoir un public fidèle, qui m'attend, et ça c'est appréciable. Parce qu'il pourrait y avoir un phénomène d'usure. Il y a des phénomènes de mode qui retombent, d'autres qui arrivent. Ca fait longtemps le Goncourt, les gens auraient pu se lasser. Et je trouve ça formidable que, dès le premier jour, avant qu'il y ait des papiers tout ça, les gens répondent à ce rendez-vous. Pour moi c'est même plus important que le plus beau des prix, c'est la durée. Un public qui vous suit et se renouvelle en même temps.

Philippe Chauveau :
Justement, depuis vos premiers romans à Jules aujourd'hui, avez-vous l'impression Didier, qu'il y ait un fil rouge, une continuité même si ce sont des sujets, des personnages différents ? Il n'y a rien à voir entre Jules et L'évangile selon Jimmy par exemple et pourtant, est-ce qu'il y a quand même un fil rouge ?

Didier Van Cauwelaert :
Et pourtant si. Vous avez dans les deux cas un personnage qui est un peu installé dans une routine, qui n'est pas très haut dans la société, qu'on ne remarque pas et à qui il arrive tout à coup quelque chose d'extraordinaire qui va agir comme un révélateur pour lui. Moi aussi, j'ai l'impression que je me renouvelle à chaque fois. Alors, on n'est jamais dans le même milieu. Souvent je dis « je » à travers mes personnages donc ce n'est jamais le même niveau de langage selon leur âge, leur position sociale, leur sexe. Là, il y a de la nouveauté. Mais sinon, c'est vrai que mes thèmes très souvent, je m'en rends compte en cours de route ou après coup, c'est la seconde chance, la réparation de l'autre ou de soi même, la reconstruction.

Philippe Chauveau :
Que représente l'écriture dans votre vie ? Est-ce que l'écriture est pour vous un outil pour mieux communiquer ? Pour peut-être vous cacher, donner votre vision de la société ?

Didier Van Cauwelaert :
Me cacher certainement pas. D'abord, c'est une respiration. Quand on me dit « Vous écrivez tout le temps ? » Je dis « Oui, mais je respire tout le temps aussi. » Essayez d'arrêter de respirer pour gagner des records d'apnée, ce n'est pas mon but sur Terre. Quand je parle de respiration, c'est comme les arbres qui absorbent le gaz carbonique et envoient de l'oxygène et rendent l'air un peu plus respirable. C'est ce dont j'ai profondément besoin. Je ne vais pas employer le terme de mission... Mais en tous cas, c'est ce qui me rend heureux et ce qui, j'espère, fait du bien autour de moi.

Philippe Chauveau :
Mais dans vos romans, vous pointez souvent, parfois sous le couvert d'une certaine légèreté comme c'est le cas avec Jules, vous pointez souvent des dysfonctionnements de notre société, des problèmes de sociabilité entre les êtres humains.

Didier Van Cauwelaert :
Et puis je pense que pour traiter les sujets graves, il faut une apparence de légèreté, sinon, on est ton sur ton. Et tout le monde s'en fout. On vit dans une époque suffisamment pesante pour ne pas en rajouter dans cette pesanteur qui nous entoure. Donc, montrer des personnages qui sont plus forts que les événements qui leur arrivent, c'est à dire, pas la force, la puissance, pas le rapport de force, mais le pouvoir de décalage, l'humour, le fait de rester intact soi même émotionnellement quand vous en avez pris plein la gueule.

Philippe Chauveau :
Lorsque vous construisez vos personnages comme les héros de votre dernier roman, vous avez conscience de la résonance qu'ils peuvent avoir sur vos lecteurs ?

Dider Van Cauwelaert :
Alors d'abord, je sens la résonance qu'ils ont en moi, parce que ce sont des personnages avec lesquels je vis longtemps avant de les coucher sur le papier. Il faut vraiment que je ne puisse pas faire autrement pour me lancer dans la rédaction. C'est-à-dire que les personnages sont tellement mûrs qu'ils demandent : « allez, c'est quand , c'est maintenant ! ». Et je ne peux plus faire autrement que d'écrire la situation, parce que tout ce que je fais par ailleurs me tombe des mains, je deviens désagréable pour tout le monde et pour moi même donc il vaut mieux que je cède à l'appel des personnages.

Philippe Chauveau :
Lorsque vous êtes en salon ou en librairie pour des signatures, avez-vous un souvenir de rencontre, le témoignage d'un lecteur ou d'une lectrice qui vous ait particulièrement marqué, et où vous avez trouvé finalement la justification de votre travail d'auteur ?

Didier Van Cauwelaert :
Tout le temps. Quelle que soit la nature. Il y a une chose qui revient souvent qui me touche beaucoup. Là encore, il y a quelques jours, une jeune femme qui me dit : je détestais lire pendant mes études, et c'est dans un de vos livres que j'ai retrouvé le goût de la lecture, avec vous et Romain Gary. Elle dit ça dans cet ordre, je ne me permettrais pas de le citer comme ça, Romain Gary étant l'un de mes auteurs préférés, sous toutes ses coutures, et peut-être même avant tout le versant Emile Ajar. Voilà le genre de choses qui vous fait terriblement plaisir à entendre. Parfois des choses très intimes, des gens qui se sont rencontrés autour d'un de mes livres, et qui après, viennent me raconter leur histoire personnelle à laquelle à mon insu, je suis lié. Je connais un type qui a dragué avec mes bouquins une fille qui était une de mes fans. Et puis après, ils ont des enfants qui me lisent à leur tour. C'est merveilleux quand on publie depuis plus de 30 ans, il y a cette continuité, ce renouvellement. Mes lecteurs me rendent très heureux, donc tout va bien. Après, pourquoi j'écris, c'est par insatisfaction de la réalité. Donc j'ai envie de la modifier cette réalité, de secouer un petit peu des gens qui en sont prisonniers.

Philippe Chauveau :
Didier Van Cauwelaert, votre nouveau titre chez Albin Michel, Jules.


Philippe Chauveau
 
Jules de Didier van CauwelaertJules
Albin Michel
À la une : Didier van Cauwelaert - Jules

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire Avis des lecteurs
Prix Goncourt 1994 pour « Un aller simple », Didier van Cauvelaert a à son actif plus d'une vingtaine de romans, sans compter des récits, des essais ou encore des pièces de théâtre. Ce besoin de l'écriture arrive très jeune, dès 8 ans, il se sent des velléités d'écrivain. Il attendra tout de même l'âge de 22 ans pour concrétiser ce rêve. Mais depuis, il n'a jamais cessé d'écrire avec toujours le même plaisir. Si dans certains de ses livres, l'intrigue flirte ...

Jules de Didier van Cauwelaert - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
Bonjour Didier Van Cauwelaert

Didier Van Cauwelaert :
Bonjour.

Philippe Chauveau :
Un nouveau titre de Didier Van Cauwelaert, aux éditions Albin Michel, Jules. En ce qui vous concerne, un nouveau titre, c'est toujours un événement. Lorsque l'on a été primé, lorsque l'on a reçu le Goncourt comme ce fut le cas en 1994 pour Un aller simple. Est-ce qu'à chaque sortie d'un nouveau roman, c'est pour vous une sorte de challenge ? Est-ce ...

Jules de Didier van Cauwelaert - Portrait - Suite
Philippe Chauveau :
Dans ce nouveau titre, Didier Van Cauwelaert, nous allons avoir j'ai envie de dire trois personnages essentiels. Il va y avoir Zibal, Alice, puis Jules. On parlera aussi de Fred qui aura son importance au fil des pages. Il y un joli chien sur la couverture choisie par Albin Michel. C'est assez rare qu'un auteur fasse d'un chien un personnage central dans un roman. C'est un chien guide d'aveugle puisqu'Alice a perdu la vue dans sa jeunesse, ...

Jules de Didier van Cauwelaert - Le livre - Suite
Nathalie Iris Non seulement j'ai aimé le dernier roman de Didier Van Cauwelaert mais je l'ai dévoré. En fait j'ai rencontré des personnes de chez Albin Michel, ils m'ont donné les épreuves, je l'ai commencé en rentrant chez moi et puis je ne l'ai pas lâché. Et ce roman m'a tellement conquise que j'ai demandé à Didier Van Cauwelaert d'être le parrain de la nuit blanche du livre, que j'organise fin juin à La Garennes-Colombes. Je trouve ce livre très drôle, mais derrière ...

Jules de Didier van Cauwelaert - L'avis du libraire - Suite
Posté par : michelou le 10/06/2015
L’évènement
Roman
Sous PRESSE aux ’édition EDILIVRE Paris.
Michel l’autre ou moi même
;Un LIVRE contestataire d’actualité -

J’ai écrit ce livre pour dénoncer les lamentations que nous cachent les femmes.
Nous vivons sous le régime sociétal de l’absolution des meurs qui conduit notre civilisation a produire l’acte sexuel comme une culture bienfaitrice.
A l’origine l’écho de l’amour faisait frémir la femme dans sa vision sur le sexe mais aujourd’hui il n’est plus jubilatoire et ne devient plus qu’un produit de consommation nécessaire, voir vital.
Ce livre m’attirera les foudres de la bonne société, cette petite-bourgeoise qui s’enorgueillit de la beauté, l’imagination de leur fantasme sans complexe avec leurs avantages sur le commun des mortels, mais ne sont elles pas à l’image diabolique tel que je l’ai écrit dans ce livre, un choix qui s’offre à elles et qui fera la différence entre mes récits et l’actualité sur les parodies burlesques pour vulgariser le sexe ?.
Découvrir des histoires privées au féminin est l’objet d’intérêts renouvelés que recherchent les lecteurs, voila pourquoi j’ai écrit ce livre .
Mon objectif est d’élargir une analyse ; riche et débordante, en observant la variété du rôle social de la femme dans sa représentation psychologique qui lui confére le droit de s’épanouir dans la relation sexuelle libérée de toutes contraintes morale que condamne la société.
J’ai retracé les différentes aventures qui ornent ma mémoire en m’interrogeant sur les particularités éventuelles qui ont influencés mes attentes; parfois inquiétantes, de la conduite sexuelle féminine dans ce monde où chacun cherche sa place.
La libération sexuelle a permit aux femmes de se donner d’elles-mêmes aux plaisirs du sexe pour s’incarner divines face aux caprices du temps qui flétrit leur beauté, meurtrit leur corps.
J’ai vécu et regardé, ce spectacle empirique que je vous livre dans cet ouvrage:
MICHEL L’AUTRE ou MOI MÊME
Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains.

L’auteur: Michel ALARCON

Consulter le prélude du LIVRE:
http://web-tv-avc.voila.net/pressecom.html
http://avc-presse.voila.net/compresse.doc

En cours d’édition chez EDILIVRE Paris.

Jules de Didier van Cauwelaert - Commentaires - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.