Pour recevoir notre newsletter
+
Christine Orban
Avec le corps qu'elle a...
 

Philippe Chauveau : Dans votre nouveau roman, nous faisons connaissance avec une jeune fille dont on saura le prénom une ou deux fois. Elle a 20 ans et vient de publier son premier roman. Ce qui pourrait être un jour de joie devient un jour de tristesse car il y a cette phrase : « Avec le corps qu’elle a… » prononcée par son beau-père. D’où vient cette histoire ? D’où vient le personnage de Gwendoline ?

Christine Orban : Généralement, ce sont les histoires qui me choisissent. Un jour, en me promenant dans la rue, cette phrase m’est revenue. Je l’avais occulté. Après, je l’ai prêté à une héroïne et c’est elle qui me prend par la main et me raconte son histoire. Mais cette phrase m’a été dite.

Philippe Chauveau : Ce beau-père qui s’appelle Hubert, mais qu’on appelle BP dans le roman, comme beau-père, a sûrement ses failles et ses faiblesses. Il s’est construit une carapace et est odieux avec sa femme et sa fille. Il ne les ménage pas. La jeune fille n’avait peut-être pas pris concience que son beau-père était odieux. Il a fallu qu’il prononce cette phrase pour qu’elle le découvre réellement ?

Christine Orban : Elle ne s’en rend même pas compte immédiatement. C’est la perversion de cette relation, elle lui donne presque raison. Peut-être que publier un livre est réservé au domaine des hommes importants, puissants. Elle se demande ce qu’elle fait là-dedans, si elle n’a pas fait une erreur. Elle-même va étouffer le fait qu’elle a été acceptée par un éditeur.

Philippe Chauveau : Ce n’est que bien des années plus tard, quand sa vie de femme aura été construite, que cette phrase va resurgir et que la jeune femme va comprendre que cet homme était un monstre. Avait-il peur qu’elle lui fasse de l’ombre ?

Christine Orban : Oui et c’est intéressant. J’ai essayé ici de parler de la jalousie des hommes, des pères et des beaux-pères. Dans les contes de fées, on parle toujours de la marâtre et de la relation belle-fille/belle-mère. Il y a une autre relation moins évidente mais intéressante, c’est celle entre le beau-père et la belle-fille.

Philippe Chauveau : Avec votre roman, vous évoquez le pouvoir des mots, les mots qui peuvent blesser comme des poisons très lents, pouvant conduire à l’issue fatale. La romancière que vous êtes connait bien le pouvoir des mots et vous souhaitiez que le lecteur s’intéresse à ce sujet.

Christine Orban : Oui, et c’est le sujet du livre. C’était audacieux de montrer qu’il y a des mots qui sont des poisons invisibles pouvant tuer lentement. Les mots sont des armes. Le Dr Cyrulnik que j’avais interviewé il y a quelques années m’avait dit : « Il n’y a pas de hiérarchie dans les causes de douleur, il n’y a que la manière dont vous allez vivre l’évènement ». Effectivement, on peut souffrir à cause des mots.

Philippe Chauveau : Cette phrase assassine va entrainer Gwendoline presque jusqu’au bord du gouffre. Elle aura des incidences sur sa vie de femme, sur ses relations avec les hommes quand elle rencontrera ce bel italien, Andrea, ou plus tard Antoine. Par cette petite phrase, on a l’impression que sa vie va être totalement différente de ce qu’elle aurait pu être.

Christine Orban : Vous avez raison. Elle va endosser le costume qu’on veut lui donner. Elle obéit et va devenir corps. On lui interdit l’esprit qui est trop noble pour une jeune femme qui porte des balconnets. Ce que pense l’autre devient plus vrai que ce que vous pensez. On vous étiquette et cela ne correspond pas toujours à ce que vous êtes. Et c’est ce qui va lui arriver. Elle va aussi obéir en se vendant en faisant photographier ses mains, ses pieds, son cou… Jusqu’à la révolte.

Philippe Chauveau : On parlait du pouvoir du mots qui blessent. Ils font encore plus mal quand ils sont prononcés par quelqu’un qui devrait être votre premier protecteur. En l’occurrence, ici, c’est le beau-père qui devrait la protéger puisque son père est mort. Il est finalement son pire ennemi.

Christine Orban : Effectivement, c’est une circonstance aggravante. Ce beau-père est censé remplacer son père décédé. Elle ne peut pas croire qu’il ne la protège et c’est aussi pour cela qu’elle pense qu’il a raison.

Philippe Chauveau : On a parlé de l’actualité et de la résonnance de votre livre. Nous avons bien compris qu’il n’y avait pas acte de militantisme dans l’écriture de ce roman. Avez-vous tout de même l’impression que ce livre est un caillou supplémentaire dans ce combat que mènent les femmes ?

Christine Orban : J’espère. C’est aussi une forme de témoignage spontané. Je ne milite auprès d’aucune formation féministe mais là, je les rejoins comme s’il y a avait un inconscient collectif, un moment où les femmes ont dit : « ça suffit ! », sans même se consulter. J’ai trouvé ce mouvement très fort et très émouvant, comme un orchestre qui se levé. Quand mon livre a été publié, j’ai eu la sensation d’être en accord avec mon époque et avec ce que pensent les femmes.

Philippe Chauveau : Merci Christine Orban. Une histoire violente et forte portée par la sensibilité et la finesse de votre écriture. Votre actualité « Avec le corps qu’elle a… » aux éditions Albin Michel


 
Avec le corps qu'elle a... de Christine OrbanAvec le corps qu'elle a...
Albin Michel
À la une : Christine Orban - Avec le corps qu'elle a...

Présentation Portrait Livre
Christine Orban aurait pu ne jamais être auteur. Des études de droit dans la perspective d’une carrière d’avocate, pour faire plaisir à son père, telle était la voie toute tracée. Mais le goût de la littérature était bien ancré en elle. L’envie de s’accomplir, de se prouver à elle-même et aux autres qu’elle en était capable l’incite à écrire et à proposer à un éditeur son premier livre « Les petites filles ne meurent jamais ». Nous sommes en 1986. Depuis, derrière une ...

Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Présentation - Suite
Philippe Chauveau : Bonjour Christine Orban. Votre nouveau roman « Avec le corps qu’elle a.. » parait chez Albin Michel. Un livre qui prend place dans une bibliographie déjà conséquente. Quel regard portez-vous sur ce parcours ? Christine Orban : Finalement, j’ai fait ce que je voulais, je suis allée là où mon cœur me portait. Je me souviens très bien du moment du choix. Parfois, il m’arrive d’aller dans des écoles ou de conseiller des jeunes et je leur dis : « Vraiment, faites ce que vous ...

Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Portrait - Suite
Philippe Chauveau : Dans votre nouveau roman, nous faisons connaissance avec une jeune fille dont on saura le prénom une ou deux fois. Elle a 20 ans et vient de publier son premier roman. Ce qui pourrait être un jour de joie devient un jour de tristesse car il y a cette phrase : « Avec le corps qu’elle a… » prononcée par son beau-père. D’où vient cette histoire ? D’où vient le personnage de Gwendoline ? Christine Orban : Généralement, ce sont les histoires qui me choisissent. ...

Avec le corps qu'elle a... de Christine Orban - Livre - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.