Pour recevoir notre newsletter
+
Marie-Hélène Lafon
Joseph
 

Philippe Chauveau :
Dans ce nouveau titre Marie-Hélène Lafon, vous avez choisi un prénom qui n'est peut-être pas anodin, nous verrons, Joseph. Présentons rapidement ce personnage. Joseph a une soixantaine d'année, il travaille dans une ferme dans le Cantal.
Joseph est un taiseux, il parle peu mais observe. D'où vient-il ce personnage de Joseph ? Pourquoi avoir eu envie de raconter son histoire ?

Marie-Hélène Lafon :
Joseph vient de deux sources, une source très très ancienne. Il est composé comme tous mes personnages et tous mes livres des pièces qui viennent de tous les ouvriers agricoles, tous les Joseph que j'ai vu défiler chez mes parents entre 1968 et 1980.
Il y eavait tantôt un, tantôt deux ouvriers agricole et certains vivaient avec nous à la maison, vivaient, mangeaient, dormaient. Ma mère faisaient leur lessive et c'est d'abord ça, ces gestes, ces silences, ces façons d'être dont j'ai été témoin.

Philippe Chauveau :
Pourquoi le prénom de Joseph ? Pourquoi avoir choisi ce prénom ?

Marie-Hélène Lafon :
Alors, il y a une première raison qui m'est apparue tout de suite. C'est un prénom qui est très présent sur les monuments aux morts, les listes des morts de 14-18. Quand vous regardez les prénoms il est très rare que vous n'ayez pas un ou plusieurs Joseph.
Et ce prénom s'est imposé à moi pour cette raison-là, parce que cette période 14-18 a été, pour le monde paysan, un moment de basculement assez définitif. Et on m'a fait remarquer évidemment que Jésus, Marie, Joseph…
C'est le père nourricier, le père charpentier, le taiseux au fond. C'est le taiseux du nouveau Testament , Joseph. Et c'est vrai que le Joseph de mon roman est très taiseux mais je dois dire que cette raison-là est secondaire, c'est une résurgence de ma quincaillerie catholique, d'ancienne élève des écoles chrétiennes.

Philippe Chauveau :
 On va donc découvrir ce personnage de Joseph, il y aura des aller-retours, on découvrira sa vie, parce que Joseph a eu ses failles même si aujourd'hui il avance dans sa vie discrète et sobre. C'est aussi une peinture du monde paysan d'aujourd'hui, notamment dans le Cantal. Et cela vous tient à cœur, vous cherchez à raconter cette histoire d'un monde qui finit.

Marie-Hélène Lafon :
Oui, qui finit et qui s'adapte en même temps, qui n'en finit pas de finir, parce qu'en effet Joseph vit ici et maintenant et en même temps il sait qu'il est le dernier, et son patron le sait aussi, que ce système-là est finissant.
Je tiens beaucoup dans mes livres, c'était déjà le cas dans mes deux précédents, à  témoigner de cette transformation et de cette adaptation. Donc, ça n'en finit pas de finir et donc quelque chose continue et en même temps,
Joseph et ses patrons sont les témoins d'un ordre du monde ancien et qui est en train de s'effacer petit à petit pour laisser place à autre chose.

Philippe Chauveau :
Lorsqu'on découvre la vie de Joseph, on se dit que s'il avait parlé, sa vie aurait pu être toute autre, vous n'apportez pas de jugement de valeur, vous observez la vie de Joseph.

Marie-Hélène Lafon :
Oui, j'observe, je regarde, et je tente par la langue à donner à voir, à entendre et à sentir c'est tout, pas de jugement et dans aucun de mes livres. Qui serais-je pour juger ? Je donne à voir, à entendre et à sentir et avec Joseph, il y a de quoi faire !
Et c'est pour ça que je commence par les gestes, par le corps, il faut que ça s'incarne.

Philippe Chauveau :
Lorsque vous avez mis le point final, avez- vous eu du mal à quitter Joseph ou le fait de l'offrir au lecteur est-ce une façon de continuer le travail ?

Marie-Hélène Lafon :
Vous mettez le doigt sur quelque chose de très important. J'ai dit tout à l'heure que je ne commence pas un livre, j'ouvre un chantier. Ce que je trouve très difficile, c'est de terminer un livre, de mettre le point final, de se dire qu'on arrête.
Et mon éditrice m'y aide d'une certaine manière, car s'il ne tenait qu'à moi, je ne m'arrêterais jamais. Le point final, quitter un texte, c'est toujours quelque chose de difficile. Et ce qui me va bien c'est que le texte parte.
Quand il est publié, il part et les lecteurs font leur affaire avec, ou ne la font pas. Mais il y a quelque chose qui de moi se détache.

Philippe Chauveau :
Avez-vous le sentiment de faire œuvre utile, avec « Joseph » et les titres précédents ?

Marie-Hélène Lafon :
Oeuvre utile me semble être une bien grande ambition, j'ai juste le sentiment d'être à ma place et de faire mon travail.

Philippe Chauveau :
« Joseph », c'est votre nouveau titre Marie-Hélène Lafon et vous publiez aux éditions Buchet-Chastel, merci beaucoup.


Philippe Chauveau
 
Joseph de Marie-Hélène LafonJoseph
Buchet-Chastel
À la une : Marie-Hélène Lafon - Joseph

Présentation Portrait Le livre L'avis du libraire
Marie-Hélène Lafon fait partie de ces auteurs discrets qui sans bruit, font leur chemin, loin de toute médiatisation outrancière. De son enfance auvergnate, elle a gardé le goût de la discrétion, de la patience, de l'observation. Professeur de lettres, elle publie son premier roman en 2001 »Le soir du chien » qui reçoit le Prix Renaudot des lycéens. Dans la dizaine de romans et de nouvelles qu'elle a déjà publiés, elle raconte un monde paysan qui n'en finit pas de mourir. Ses ...

Joseph de Marie-Hélène Lafon - Présentation - Suite
Philippe Chauveau :
Bonjour Marie-Hélène Lafon, « Joseph », c'est votre actualité aux éditions Buchet-Chastel. J'ai lu dans une interview que vous disiez « j'écris comme on trace un sillon, comme on laboure ». Pourquoi choisissez-vous ces mots quand vous parlez de votre écriture ?

Marie-Hélène Lafon :
Je ne les choisis pas vraiment. Je dis toujours que j'ai la métaphore agricole. En fait, j'applique au travail d'écriture les méthodes forcenées et même le langage qui me viennent de mes origines agricole et même paysannes.


Joseph de Marie-Hélène Lafon - Portrait - Suite
Philippe Chauveau :
Dans ce nouveau titre Marie-Hélène Lafon, vous avez choisi un prénom qui n'est peut-être pas anodin, nous verrons, Joseph. Présentons rapidement ce personnage. Joseph a une soixantaine d'année, il travaille dans une ferme dans le Cantal.
Joseph est un taiseux, il parle peu mais observe. D'où vient-il ce personnage de Joseph ? Pourquoi avoir eu envie de raconter son histoire ?

Marie-Hélène Lafon :
Joseph vient de deux sources, une source très très ancienne. Il est composé comme tous ...

Joseph de Marie-Hélène Lafon - Le livre - Suite
Librairie "Entre les lignes"
38 rue de la République 60100 Creil

Libraire : Anne Lesobre Joseph c'est un très beau portrait d'homme, elle n'avait jamais abordé quelque chose d'aussi intime, ce livre pose des questions, fait réfléchir. Et puis il y a aussi une écriture, on ne peut pas parler de Marie-Hélène Lafon sans parler de sa force d'écriture.
C'est un livre qui n'est pas très épais, donc qui se lit vite, mais on ralentit la lecture pour pas le ...

Joseph de Marie-Hélène Lafon - L'avis du libraire - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.