Pour recevoir notre newsletter
+
Mathieu Belezi
C'était notre terre
 
Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Mathieu Belezi, merci d'être avec nous sur Web TV Culture à l'occasion de la sortie chez Albin Michel de votre nouveau roman « C'était notre terre ». Nous sommes en pleine guerre d'Algérie, qu'est ce qui vous a donné envie d'écrire sur cette période ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Je pense que c'est une période importante dans l'histoire de la France, et je trouve que la littérature s'en est peu occupée, donc j'avais envie de m'y atteler mais bon, avec beaucoup d'humilité en même temps. Je me disais :« Est ce que t'en es capable ? », c'est quand même un sujet extrêmement sensible. Je suis resté plusieurs années comme ça, à tourner autour de cette idée sans oser me décider. Et puis à un moment donné, quand j'ai senti quelques personnages en moi qui étaient en train de prendre corps, chair et sang, je me suis dit : « Bon tu vas essayer d'y aller, donne leur la parole et lance toi ! ». Pour cela j'ai quitté la France, j'avais besoin d'une grande distance, je suis parti dans le sud de l'Italie et j'ai commencé à écrire ce texte avec cette liberté physique et une liberté intellectuelle en même temps.

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : « C'était notre terre » : une famille, une famille de colons installée sur un immense domaine de 653 hectares, un domaine qui a un nom bien particulier « Montaigne ». Cette famille va être emporté dans le tourbillon de l'histoire, obligée de s'exiler, pourquoi avoir choisit ce nom de Montaigne ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Le livre se passe dans une région qui s'appelle le Dahra. Le Dahra est une région de plateau entre Alger et Oran. Je m'étais aperçu, en regardant les cartes de l'époque, qu'il y avait beaucoup de villages qui avaient des noms d'écrivains français, il y avait Victor Hugo, Lamartine, un autre qui s'appelait Rabelais. Je me suis dit que ça serait bien de l'appeler Montaigne. Alors j'ai choisi Montaigne. Et puis c'était la culture française qui arrivait là et qui s'imposait sur une terre qui n'était pas la sienne.

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Cette famille que nous allons suivre sur 3 générations, vous vouliez donner quoi, une impression de déchirement dans la famille ? De déchirement par rapport à la terre ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : D'incompréhension. Ce sont des gens qui ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils développent une espèce de démesure, de colère… C'est difficile à expliquer parce qu'au départ j'avais ces personnages mais je me disais : « Est ce que le style que tu vas employer va convenir à leurs mémoires torturées, à leur déchirement, à leur colère ? »

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : C'est comme ça qu'est née cette envie de les faire intervenir les uns après les autres sous forme finalement de monologues qui s'enchaînent. C'est pour ça que vous appelez ce roman un roman choral ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : J'aime bien toujours, dans un roman, faire parler plusieurs personnages, donc là, j'avais la possibilité de faire parler toute une famille. Ça me permettait d'avoir des points de vue différents : de gens plus âgées, de gens plus jeunes… Je voulais que ça reste un roman mystère, moi j'en dis le minimum, ce sont eux qui parlent. Et à travers leurs caractères, leurs emportements, on peut deviner plein de choses. Mais moi je ne voulais pratiquement pas prendre la parole, j'étais une sorte de chef d'orchestre. En fait chaque personnage est profondément seul et souffre d'ailleurs de cette solitude et de l'incompréhension de l'autre. Le fils, par exemple, sait très bien qu'il est incompris de sa mère et son père parce qu'il s'est mis dans un autre camp. De même pour une des filles, parce qu'elle est homosexuelle et totalement incomprise aussi. Effectivement, il y a beaucoup de solitude je crois dans ces personnages.

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Vous nous le disiez en préambule, les événements d'Algérie, la guerre d'Algérie pour citer son nom, ce sont des événements qu'on a peut-être un peu tendance à occulter. Vous souhaitez qu'avec ce roman, le lecteur s'interroge d'avantage sur ce conflit, sur ses raisons, sur ses aboutissements ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Je l'espère, parce que moi-même j'ai trouvé assez peu de documents avant d'écrire le livre. Je m'étais dit : « Bon, je vais lire une histoire de l'Algérie en 7 ou 8 volumes qui couvrira toute la période 1830-1962. Et je n'ai rien trouvé du tout. C'est quand même 130 ans qui ont compté dans l'histoire de la France. Alors on parle de la guerre d'Algérie vers 1954-1962, mais toute cette période de l'Algérie coloniale, je crois qu'il y a beaucoup à faire.

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Finalement, est ce que vous êtes sorti indemne de cette écriture ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Je ne crois pas ! C'est pour ça que j'en écris un autre d'ailleurs sur le même sujet.

Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Mathieu Belezi, « C'était notre terre » publié chez Albin Michel. Merci beaucoup.
Philippe Chauveau
 
C'était notre terre Mathieu BeleziC'était notre terre
Aux Editions Albin Michel
À la une : Mathieu Belezi - C'était notre terre

Présentation Le portrait Le livre L'avis du libraire AVIS DU LIBRAIRE Avis des lecteurs
Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Né en France, Mathieu Belezi a vécu en Inde, en Louisiane avant de rejoindre l'Italie. L'auteur a t-il des racines ou s'adapte t-il aux pays où il pose ses valises. Le déracinement, l'exil, l'appartenance à une terre, il en est, en tout cas, fortement question dans le nouveau roman de Mathieu Belezi, publié aux éditions Albin Michel, « C'était notre terre ». Un domaine immense au cœur de l'Algérie des années 50, une ...

C'était notre terre Mathieu Belezi - Présentation - Suite
Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Mathieu Belezi, Limoges, ça c'était votre naissance et puis il y a eu la Louisiane, l'Inde, aujourd'hui il y a l'Italie, d'abord les Pouilles et aujourd'hui Rome. Pourquoi ce besoin de changer de décor, d'univers ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Moi, j'ai un tempérament nomade donc j'aime bien bouger. Au bout de 2 ans dans un endroit, je m'ennuie. Donc voilà, je voyage et j'ai besoin de ça ...

C'était notre terre Mathieu Belezi - Le portrait - Suite
Philippe CHAUVEAU (Web TV Culture) : Mathieu Belezi, merci d'être avec nous sur Web TV Culture à l'occasion de la sortie chez Albin Michel de votre nouveau roman « C'était notre terre ». Nous sommes en pleine guerre d'Algérie, qu'est ce qui vous a donné envie d'écrire sur cette période ?

Mathieu BELEZI (« C'était notre terre ») : Je pense que c'est une période importante dans l'histoire de la France, et je trouve que la littérature s'en est ...

C'était notre terre Mathieu Belezi - Le livre - Suite
Philippe Leconte
Librairie « Le livre écarlate »
31 rue du moulin vert
75014 Paris
01 45 42 75 30
lelivreecarlate@wanadoo.fr

C’est surtout quelqu’un qui travaille pour l’écriture. C’est quelqu’un qui, pour ce, a accepté de tout sacrifier. Il écrit parce que c’est une nécessité, je crois même que c’est une obligation, une force, quelque chose qui le pousse et qui fait qu’il vit dans le sud de l’Italie, il vit en dehors du monde, il vit ...

C'était notre terre Mathieu Belezi - L'avis du libraire - Suite
Philippe Leconte
Librairie « Le livre écarlate »
31 rue du moulin vert
75014 Paris
01 45 42 75 30
lelivreecarlate@wanadoo.fr

C’est surtout quelqu’un qui travaille pour l’écriture. C’est quelqu’un qui, pour ce, a accepté de tout sacrifier. Il écrit parce que c’est une nécessité, je crois même que c’est une obligation, une force, quelque chose qui le pousse et qui fait qu’il vit dans le sud de l’Italie, il vit en dehors du monde, il vit ...

C'était notre terre Mathieu Belezi - L'avis du libraire - Suite
Posté par : Lire le 29/04/2016
Bonjour beau film
Posté par : Ivredelivre le 29/04/2016
Un beau livre
Posté par : Elisabeth le 26/08/2011
Merci à l'auteur pour ce roman : vous ouvrez une VOIX et même des voix puisque chacun et chacune parle tour à tour dans votre roman choral. Cette prise de paroles, c'est la 1ère fois que je la trouve sur cette question de la colonisation et de la guerre et de l'après guerre. En aussi bien et autrement écrit c'est aussi juste et aussi beau que les écrits journalistiques pas très connus d'Albert Camus "Misère de la Kabylie". j'ai ressenti à la lecture de votre roman tout à la fois le village de ma grand mère près de Cherchell, femme de pauvre pied noir pas même payé pour son travail d'agriculteur chez le grand colon Borgeaud, la peur de petite fille que j'avais dans le quartier populaire d'Alger où je vivais, et j'ai entendu aussi le bruit de la campagne écrasé de chaleur. Je me demande dans quel décalage par rapport à celui-ci va se situer votre prochain roman sur la même question. En tout cas merci et merci à Web TV culture, c'est très intéressant.
C'était notre terre Mathieu Belezi - Commentaires - Suite
Web Tv Culture : Premier programme audiovisuel sur le Net consacré à l'actualités littéraire.

Web Tv Culture se veut un lieu de rencontres pour tous les amoureux des livres :

- Auteurs
- Lecteurs
- Libraires
- Éditeurs

Qu'est-ce-que WebTvCulture ?
Inscrivez-vous ici pour recevoir nos programmes en avant-première
Mentions légales
Contactez-nous

Web Tv Prod Structure entièrement dédiée à la vidéo sur Internet proposant une solution globale et intégrée : captation, montage, création, intégration, hébergement, diffusion en streaming de vidéo flash (web tv, site vidéo, bannière vidéo, vidéo mail, vidéo flash) diffuse les webtv suivantes :
Web Tv Culture : web tv sur l'actualité des livresen vidéo (émissions, interviews, reportages chez les auteurs, écrivains, romanciers) - webtvculture l'actualité littéraire en vidéo.
Web Tv Tourisme : web tv exclusivement dédiée à la découverte audiovisuelle du patrimoine touristique sur Internet - webtvtourisme votre office de tourisme en vidéo.